▷ 7 choses que vous ne savez (peut-être) pas sur Google Ads

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Vous pensez tout savoir sur Google Ads ? Pas si sûr. Google Ads devient de plus en plus complexe chaque année, certaines fonctions passent inaperçues, d’autres ne fonctionnent pas comme elles devraient théoriquement fonctionner. Voici 7 choses peu connues sur le fonctionnement de Google Ads…

1. Google peut facturer jusqu’à deux clics sur une annonce

Google peut comptabiliser deux clics par impression sur une annonce Google Ads. Voir l’article : En savoir plus sur les missions de conseiller Google Ads. Nous n’avons rien découvert, Google indique clairement dans une formulation qui lui est propre : « Gardez à l’esprit qu’avec Google Ads, vous payez au maximum deux clics par impression ». On a l’impression d’une faveur (« seulement deux clics ») alors qu’on pourrait logiquement s’attendre à pouvoir payer au plus un clic par impression.

Avec les extensions d’annonces (extensions cliquables : lien site, appel, localisation, prix, promotion), un annonceur peut payer deux clics si un même internaute clique sur une extension en même temps. Ou même en deux prolongations.

On vous rassure : la probabilité qu’un même internaute clique deux fois sur la même annonce est faible. En fait, cela suppose que l’internaute fasse un clic droit (ou cmd/ctrl+clic sur PC ou encore un clic long sur mobile) pour ouvrir la landing page dans un nouvel onglet puis retourne à l’onglet d’accueil pour cliquer sur un élément encore. de l’annonce Autre cas de figure : deux clics peuvent aussi être comptés si l’internaute revient sur le navigateur après le premier clic. L’annonce s’affiche à nouveau (il ne s’agit pas d’une nouvelle recherche, mais de l’impression elle-même) et l’internaute peut cliquer une deuxième fois.

Avez-vous déjà vu des CTR supérieurs à 100 % ? Maintenant vous savez pourquoi.

Le portage salarial expliqué de A à Z
Ceci pourrez vous intéresser :
Travailler de manière indépendante offre des libertés qui ne s’accompagnent pas de…

2. La rotation aléatoire des annonces, c’est fini !

Bien que Google Ads recommande désormais une seule annonce réactive (RSA) par groupe d’annonces, il existe toujours deux options pour diffuser les différentes annonces possibles au sein d’un même groupe d’annonces : la distribution aléatoire ou la diffusion des annonces les plus performantes. L’option de randomisation peut être très utile lorsque l’on souhaite AB tester, manuellement et sans biais méthodologique, deux annonces distinctes.

Notez que la sélection du paramètre « rotation aléatoire des annonces » – qui signifierait que si le groupe d’annonces comporte, par exemple, deux annonces, chacune représentant environ 50 % du nombre total d’impressions du groupe d’annonces – n’affectera pas la distribution. annonces, le système privilégie toujours l’annonce la plus efficace.

À Lire  Paie : comment ça marche ?

Portage salarial : l'histoire d'une nouvelle forme de travail hybride
Ceci pourrez vous intéresser :
En France, le taux de chômage atteindra 7,2% de la population en…

3. Les annonces les plus performantes ne sont pas toujours les plus diffusées

Si l’algorithme Google Ads est contraint de diffuser les annonces a priori les plus performantes, il apparaît qu’il peut diffuser des annonces peu performantes.

Vous trouverez ci-dessous un exemple de campagne « Maximiser les conversions » avec deux annonces dans un groupe d’annonces.

Nous avons deux annonces réactives, jugées par l’algorithme lui-même comme « bonnes » et « excellentes ».

La « bonne » annonce est en fait sous-performante (CTR plus faible, CPC plus élevé, taux de conversion plus faible) mais reste presque deux fois plus populaire que l’annonce la plus performante.

Nous vous invitons à ne pas toujours faire confiance à l’algorithme et à observer attentivement ses options, pour vous forcer à faire les bonnes.

Voir l’article :
Le 17 novembre, le fabricant français de piscines bois écologiques Biopooltech sera…

4. L’ajustement des enchères en smart bidding

Il n’y a (presque) pas d’ajustement des enchères dans la stratégie d’enchères automatiques (ou smart bidding).

Dans les campagnes de CPC manuel ou de maximisation des clics, il est possible d’ajuster le CPC à la baisse ou à la hausse (par exemple +10% ou -25%) selon le device (mobile/ordinateur/tablette), la zone géographique et les jours par exemple. par semaine

Dans une stratégie d’enchères automatiques, vous avez uniquement la possibilité d’utiliser un ajustement des enchères pour empêcher la diffusion de vos annonces sur un ou plusieurs appareils en appliquant un ajustement de -100 %.

Une exception importante à noter : avec une stratégie d’enchères au CPA cible, vous avez la possibilité d’appliquer des ajustements au niveau de l’appareil (et uniquement à l’appareil), qui sont traités comme des ajustements au CPA cible. Si vous avez un CPA cible de 5 € au niveau de la campagne et un ajustement de -20 % sur les appareils mobiles, l’algorithme tentera de ne pas dépasser le CPA mobile de 4 €.

Ceci pourrez vous intéresser :
Le Salon de la création-reprise d’entreprise se déroulera ce mercredi 9 novembre,…

5. Google Ads peut diffuser des extensions automatiquement

En plus des extensions qui peuvent être configurées manuellement, Google Ads peut diffuser automatiquement des extensions de manière dynamique en fonction des éléments qui apparaissent sur le site de l’annonceur. Ces extensions automatiques se présentent sous trois types principaux : liens, extraits et accroches.

Le système peut distribuer automatiquement des extensions d’avis fournisseur, mais celles-ci sont automatiquement distribuées lorsque certains critères sont remplis, elles ne peuvent pas être définies manuellement.

Les extensions a priori sont des éléments dont les annonceurs doivent contrôler le contenu, auquel cas les extensions automatiques doivent être désactivées une à une. Les extensions automatiques sont activées par défaut, pour les désactiver suivez cette étape.

À Lire  Le portage salarial expliqué de A à Z

6. Vous pouvez diffuser des annonces avec des titres excédant 30 caractères

Les titres d’annonces pour les campagnes de recherche sont limités à 30 caractères. Parfois, tout ce que vous voulez présenter dans vos annonces est de 30 caractères et quelques caractères, par exemple « Apple Watch Strap Single Loop » avec 34 caractères. Dans cet exemple, on voit clairement qu’il est impossible de trouver une alternative avec seulement 30 caractères. Il existe une solution : les personnalisateurs d’annonces.

Les personnalisateurs d’annonces permettent de personnaliser le contenu d’une annonce en fonction de différents éléments de ciblage : campagne, groupe d’annonces, mot clé. Dans un customiseur vous pouvez paramétrer la diffusion d’un titre, pour reprendre notre exemple, basé sur le mot « single loop apple watch bracelet ». Ce n’est pas officiel, mais Google Ads prend en charge les titres de plus de 30 caractères dans les annonces personnalisées. Vous pouvez avoir 35 caractères, comme dans cet exemple où le titre 2 a 34 caractères.

7. Les mots-clés négatifs sont toujours des mots-clés exacts

Avec Google Ads, les mots perdent parfois leur sens. Par exemple, un type de correspondance appelé mot clé exact (entre crochets), qui nécessite que votre annonce s’affiche lorsqu’un utilisateur saisit le mot clé exact, affichera également votre annonce sur des variantes proches du mot clé.

Prenons l’exemple du mot-clé [maintenance informatique]. Vos annonces peuvent être diffusées si la recherche d’un internaute comporte une faute d’orthographe (maintenance informatique), une syntaxe similaire (maintenance informatique), une sémantique que l’algorithme juge proche (assistance informatique, dépannage informatique, assistance informatique, etc.).

En revanche, dans le cas des mots clés à exclure, qui permettent de ne pas diffuser ses publicités lorsqu’il y a un mot ou une expression dans la recherche de l’internaute, l’algorithme ne couvre plus aucune variation et s’en tient au négatif spécifique. mot-clé cette fois.

Pour reprendre notre exemple, si un annonceur enchérissant sur la maintenance informatique souhaite exclure toute requête sur la réparation informatique (ce qui semble sémantiquement proche de Google Ads, mais ce sont deux activités et recherches très différentes), l’annonceur doit exclure les mots. – les mots-clés suivants : résolution de problèmes (bien sûr), résolution de problèmes (sans accent), résolution de problèmes (avec une erreur), résolution de problèmes (au pluriel), et toutes les combinaisons possibles de ses variantes, par exemple, résolution de problèmes (avec une erreur, sans accent et au pluriel). A exclure, la liste des mots clés à exclure peut être très longue.

Connaissiez-vous ces 7 nuances qui font fonctionner Google Ads ? En tout cas, oui maintenant !

A propos de l’auteur

Olivier Cros (expert Google Ads) : Fondateur de l’agence 100% Google Ads Adflow, nous concevons des outils pour acquérir et convertir du trafic Google Ads.