110 ou 130 km/h sur autoroute ? Notre essai. consommation, temps de trajet, etc.

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

L’autoroute limitée à 110 km/h est une idée qui fait son chemin. Nous avons donc décidé de l’expérimenter pour essayer de mesurer ses mérites à la lumière de la limitation actuelle. Par Romain Vannier, Andy David, Laurent Pinel et Flavien Fouque.

L’autoroute limitée à 110 km/h est une idée qui fait son chemin. Nous avons donc décidé de l’expérimenter pour essayer de mesurer ses mérites à la lumière de la limitation actuelle. Par Romain Vannier, Andy David, Laurent Pinel et Flavien Fouque.

C’était l’une des propositions phares de la Convention citoyenne pour le climat, tenue en 2020. Depuis, de nombreux élus et représentants politiques se sont prononcés en sa faveur. Et le sondage Ifop, publié en juillet dernier, suggère que c’est vrai aujourd’hui même pour la majorité des Français, jusqu’à 63 % en moyenne. Or, demandez à un sujet d’abaisser la limite de vitesse sur autoroute à 110 km/h lors d’un repas familial, entre poires et fromage, vous verrez que le consensus est loin d’être atteint. Même ici chez Auto Moto, quand le thème a refait surface à la cantine, les avis ont fini par être partagés.

Au regard de l’accueil positif présenté récemment par le célèbre institut de sondage cité plus haut, l’échantillon de 1.000 personnes interrogées devait se placer « spécifiquement dans le but d’économiser du carburant ». A l’heure où il est régulièrement supérieur à 2 €/l, les dés de l’étude étaient un peu pipés… Plutôt que de suivre le sens du vent ou de se contenter de sortir la calculette, nous avons voulu en venir à nos propres avis, en mesurant l’impact d’un tel projet sur le terrain, en affrontant la dure loi du bitume. Car la différence ne se limite pas aux 20 km/h d’écart d’une limite à l’autre.

=> Plan sobriété : 110 km/h sur autoroute

Nos habitations, rendez-vous professionnels et autres lieux de villégiature sont rarement situés sur une route à péage. Ici on compare les parcours à différentes vitesses dans leur ensemble, et pas seulement en s’en tenant aux tronçons autoroutiers. Cela nous permet d’avoir une vision plus globale et, en même temps, de revoir de nombreux critères. Consommation de carburant des véhicules de catégories et de motorisations différentes, temps de parcours, vitesse moyenne, sensation au volant… C’est un début de réponse, certes plus empirique que scientifique, sur le bien-fondé et les dangers éventuels d’une baisse de la vitesse autorisée.

Notre protocole

Notre essai a été réalisé au volant de quatre paires de voitures totalement identiques, jusque dans leur niveau de finition. Sur le même sujet : En voyage, je soigne ma posture. Chaque duo a également démarré en même temps, à la minute près, afin d’annuler tout avantage ou désavantage dû aux conditions de circulation : météo, trafic, travaux…

Nous avons choisi quatre types de moteurs différents : l’électrique avec la BMW i4 M50 et l’hybride avec le Lexus UX 250h, ceux-ci sont arrivés au Mans depuis Boulogne-Billancourt et Meudon (Hauts-de-Seine). Les pures motorisations thermiques, essence et diesel, à savoir la Polo TSI 110 DSG et la Peugeot 308 SW BlueHDi 130 EAT8, ont pris la direction de Tours depuis Boulogne-Billancourt dans les deux cas.

Enfin, tous les chauffeurs qui ont participé à cette opération commando (ou presque) ont été clairement instruits de choisir un style de conduite que l’on qualifierait d’académique et bien sûr de respecter les restrictions en dehors des autoroutes à péage, en tenant compte de la vitesse réelle ( GPS) et non ce qui est indiqué par leur compteur de vitesse monté.

À Lire  Canicule juillet 2022 : Alerte pour lundi, carte météo pour dimanche et début...

Le marché des transports intelligents devrait atteindre 34,1 milliards USD d'ici 2028 | TCAC prévisionnel de 15,9 % | IMIR – Androidfun.fr
A voir aussi :
Le rapport sur le marché du transport intelligent fournit une analyse complète…

Nos chiffres

Comme attendu, plus le trajet est long, plus la proportion d’autoroutes augmente et plus le temps de parcours varie. Jusqu’à Tours, le trajet est rallongé d’une vingtaine de minutes à 110 km/h maximum. L’écart de vitesse moyenne se creuse en effet, de l’ordre de 15 km/h, malgré une part importante de travaux sur l’A10 autour d’Orléans, où la limite de vitesse est réduite à 90 km/h par endroits.

Si Le Mans n’est guère plus proche de notre ligne de départ que la capitale de l’Indre-et-Loire, rouler à 130 km/h en revanche est bien moins avantageux sur une distance plus courte. En UX spécifiquement, je n’aurais passé que 1h 07 sur 130 sur un total de 1h 58 de trajet. La différence de vitesse moyenne sur l’ensemble du trajet n’est que d’environ 10 km/h d’un bout à l’autre. Y compris à la fin de notre trajet en BMW i4, en dehors des heures de pointe, donc sans que le trafic ait une quelconque influence sur la vitesse maximale à respecter.

Ces valeurs obtenues entre l’Île-de-France et la Sarthe plaident d’autant plus en faveur des 110 km/h que nous avons fait le rapprochement au volant des deux modèles électriques de notre échantillon de voitures. Cependant, comme tout le monde le sait, la vitesse n’est pas vraiment la tasse de thé des véhicules à batterie. A 130 km/h sur l’A11, la machine électrique de la Lexus ne l’aide pas beaucoup tandis que les performances de la « Béhème » voient une baisse. Que ce soit en litres sans plomb ou en kWh, la différence de consommation est proche de 17 %. Une belle économie ou une belle augmentation d’autonomie selon le type de moteur choisi.

Au contraire, les bénéfices d’une réduction de vitesse sont moins évidents lorsqu’il s’agit d’utiliser nos deux voitures thermiques. La Polo TSI 110 n’est guère plus frugale, la 308 Blue-HDi 130 sirotant à peine 10 % de gazole en moins que sa jumelle roulant à 130 km/h. A noter toutefois la sobriété assez spectaculaire d’un tel diesel en ne dépassant pas les 110 km/h, son ordinateur de bord n’affichant alors qu’une moyenne de 3,7 l/100 km ! Il faut dire qu’à ce régime, le régime moteur ne dépasse pas 1 700 tr/min sur le 8e et dernier rapport de la boîte automatique.

Lire aussi :
« Nous sommes humains. » Au Pôle emploi de Cergy (Val-d’Oise), les agents qui…

Et au volant, ça donne quoi ?

« À 110 km/h, je suis impressionné par le silence d’une voiture moderne. Le bruit du vent est presque absent sur le navire. Hélas, je passe beaucoup plus de temps à conduire les yeux rivés sur mes rétroviseurs. Principalement parce que j’ai l’impression de rouler « entre deux eaux », dépassé par de nombreuses voitures ce qui rend assez difficile le dépassement des poids lourds. A l’idée d’attendre plusieurs minutes entre deux camions, je ne suis pas très serein. – Andy

À Lire  Voiture : peut-on revendre sans contrôle technique ?

« Sans l’aide du limiteur ou du régulateur de vitesse, j’ai l’impression de ne pas pouvoir respecter les 110 km/h. Ensuite, j’ai dû « régler » pour m’adapter au trafic. Changer de voie sans forcer les autres à ralentir demande beaucoup de prévoyance. Ce qui me fatigue. Mais après avoir été libéré de la circulation, le trajet devient si sombre qu’il me pousse à faire autre chose que conduire : téléphoner, interférer avec l’interface multimédia, grignoter… » – Laurent

« Comme Andy, je ressens une sorte d’incertitude lorsque je réduis ma vitesse à 110 km/h. Ceci est principalement dû à la coexistence avec les poids lourds. Ce serait sûrement différent si tous les automobilistes devaient également respecter cette restriction. En tout cas, le trajet semble long, monotone, voire angoissant. Cependant, j’ai du mal à rester concentré. Seule note positive à mes yeux, j’ai bien rigolé lorsque je me suis fait doubler par une femme âgée au volant de sa Toyota Yaris; il m’a jeté un regard très sombre, comme pour dire que ça vaut le coup de choisir un SUV Lexus flashy pour rouler à 110 …” – Flavien

« Je vois que la limite des 110 km/h exacerbe le phénomène de pelotonnage quand le trafic s’intensifie ne serait-ce qu’un peu. Les différences de vitesse entre les différents utilisateurs sont encore plus douces, dépassant les étirements en distance. Et je sens que cette impuissance est inconfortable. Je préfère me sentir libre de sortir d’une situation dangereuse, quitte à augmenter la vitesse de quelques hectomètres. Un (mauvais ?) réflexe qui me vient sans doute de mon quotidien à moto… Bref, après un coup à 110 km/h, lors de cette expérience, je me suis « déconnecté » complètement de la conduite pour être absorbé par une émission de radio ou baladodiffusion. » – Romain

Ceci pourrez vous intéresser :
Frédéric Michel, édité par Ophélie Artaud 07:12, 07 août 2022, mis à…

Notre verdict

Notre modeste expérience montre que sous un certain rayon d’action, autour de 200 km, réduire sa vitesse de pointe à 110 km/h a peu d’effet sur le temps de trajet. Plus il y en a, mieux c’est. Autre enseignement malheureusement, l’écart de consommation tant attendu ne s’avère pas significatif non plus… sauf dans le cas d’un véhicule électrique. Ce qui n’a rien d’anecdotique au final. Car le parc automobile évoluant, un changement de réglementation autoroutière aura toujours plus de poids. Néanmoins, on plaiderait jusqu’ici pour le maintien de la limite à 130 km/h, chacun restant libre de rouler à 128, 105 ou 117, autrement dit d’ajuster davantage sa vitesse en fonction de son emploi du temps, de son confort de conduite et/ou ou son désir d’économiser de l’argent.

Freeway : des progrès historiques en 2023

Qui a (vraiment) inventé l’autoroute ?

Voir l’article :
La future Renault 4L électrique se prépare actuellement en coulisses. Qu’en savons-nous…