3 exercices pour faire face aux crises de panique

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Palpitations cardiaques, sueurs, douleurs thoraciques… les symptômes d’une crise de panique – ou d’une crise d’angoisse sévère – peuvent être très dérangeants. S’ils sont vraiment simples et vivent peu de temps – quelques minutes – apprendre à gérer ce genre de problème est important pour ne pas s’enfermer dans l’atmosphère de la peur. Explications et exercices pour calmer les émotions.

Palpitations cardiaques, sueurs, douleurs thoraciques… les symptômes d’une crise de panique – ou d’une crise d’angoisse sévère – peuvent être très dérangeants. S’ils sont vraiment simples et vivent peu de temps – quelques minutes – apprendre à gérer ce genre de problème est important pour ne pas s’enfermer dans l’atmosphère de la peur. Explications et exercices pour calmer les émotions.

« La première fois que j’ai eu une crise de panique, j’ai cru que j’allais mourir d’une crise cardiaque », raconte Daphné, 47 ans, en panique depuis trois ans. Il est clair que les symptômes des crises de panique et des crises cardiaques sont similaires à leurs symptômes : troubles du rythme cardiaque, transpiration, douleurs thoraciques, essoufflement, tremblements violents, picotements, maux de tête, maux de tête et étourdissements. … « On estime que 25 % des visites aux urgences pour des douleurs thoraciques sont dues à la panique », déclare Elena Welsh, psychiatre et auteur de Coping with Panic Attacks and Severe Anxiety Attacks (Desclée de Brouwer).

Ainsi, bien que les symptômes d’une crise de panique, contrairement à ceux liés à une affection cardiaque, soient légers et de courte durée – quelques minutes tout au plus – « il est toujours recommandé de consulter un médecin pour avis médical lorsqu’une crise d’infection commence à se produire. « 

La différence entre panique et anxiété

Bien que la panique puisse s’accompagner, selon Elena Welsh, « de pensées anxieuses, comme la peur de perdre le contrôle ou de mourir, des sentiments de folie, ou une sorte d’isolement ou de réalité », certaines personnes ne peuvent que les ressentir. Ceci pourrez vous intéresser : Série de webinaires sur les problèmes de l’industrie des formules. aspects physiques d’une crise d’angoisse aiguë qui rendent parfois le diagnostic difficile.

Ainsi, même si une crise de panique est associée à de l’anxiété, il s’agit d’un type très spécifique car « le problème de la panique est la source la plus importante d’anxiété, c’est la question de savoir quand et où la catastrophe se produira. La panique ce n’est pas le résultat d’une autre peur, comme la peur des situations sociales telles que l’agoraphobie ou toute autre phobie. » De plus, l’infection est spontanée, elle se produit sans processus clair et sans grande raison d’être aux yeux de la personne qui en a souffert.

Cependant, il est à noter qu’une personnalité anxieuse, une personne qui est stressée ou déprimée au quotidien aura la possibilité de crises de panique comme l’explique Elena Welsh « Les soucis quotidiens entraînent une augmentation des hormones du stress telles que l’adrénaline et le cortisol. un risque accru de panique lorsque vous êtes déjà stressé. Le corps est déjà préparé et réagira facilement et plus fortement pour détecter le danger. »

Pour aller plus loin

Pour aller plus loin, procurez-vous le livre Faire face à la crise de panique et à la crise de dépression aiguë (Desclée de Brouwer) du Dr. Elena Gallois

Voir l’article :
« La bronchiolite est une infection respiratoire causée par un virus très contagieux,…

3 exercices pour sortir du cercle vicieux de l’attaque de panique

Le problème avec les attaques de panique est que la peur des attaques de panique se concentrera sur la « peur de la victime d’attaques futures, et non sur d’autres peurs, devenant la principale préoccupation ». attaque. » Comme le souligne Elena Welsh, plus une personne essaie d’éviter une crise, plus elle se poussera et plus elle sera vulnérable… à avoir une crise.

De cette situation brutale, l’exercice inspiré des thérapies cognitives et comportementales peut apporter une aide réelle et pratique. L’essentiel est de rétablir un certain équilibre psychosomatique pour empêcher le corps et l’esprit de courir.

Utiliser le « STOP »

Si vous sentez venir les premiers signes de panique, pensez à l’abréviation STOP en anglais.

S pour « Stop » : arrêtez ce que vous êtes en train de faire et allongez-vous dans un endroit calme

T pour « respirer » : respirez profondément, connectez votre souffle, essayez de calmer votre souffle si possible.

O est pour « Regarder »: remarquez les choses autour de vous. Que vois-tu? Reconnectez-vous avec vos sensations corporelles en appuyant vos pieds dans le sol. Faites attention au rythme de votre respiration. Sentez le temps : avez-vous chaud/froid ? Faites attention aux pensées qui vous traversent sans trop vous y attacher.

P pour « Carry On » : Restez calme et remerciez-vous d’avoir traversé ce moment anxieux aussi calmement que possible.

Faire un pas vers l’acceptation

C’est la première étape pour se libérer des attaques de panique. La thérapie ACT – pour Thérapie d’acceptation et d’engagement – invite donc « à s’ouvrir à toutes sortes d’émotions dans l’expérience humaine, y compris les émotions désagréables et non désirées telles que celles des crises de panique ». Elena Welsh explique: « Lorsque nous fermons des sentiments, des émotions et des expériences douloureux, sans les craindre et les symboliser, nous fermons simultanément les opportunités de croissance, de connexion avec les autres et finalement de bonheur et de bonheur ».

L’auteur vous invite à réfléchir à vos pensées négatives avec ce petit exercice. Pour commencer à lire un texte sans trop y penser, lisez une seconde fois en essayant d’entendre ce que dit le texte :

« Quel est le sentiment le plus dur pour toi ? Tristesse? Craindre? Fermez les yeux et imaginez que vous invitez ces sentiments. Pensez à quelque chose qui vous cause ces sentiments douloureux. Si le sentiment n’est pas élevé, ce n’est pas grave. L’important est que vous acceptiez le sentiment.

Si ces sentiments douloureux surgissent en vous, notez ce que vous ressentez. Quelles sont les sensations physiques ? Où est dirigée la pression ? Respirez profondément et imaginez que vous envoyez tout ce souffle aux parties les plus difficiles de votre corps.

Quelles pensées vous viennent avec ces pensées ? La résistance? Craindre? Autre chose? Imaginez à quoi cela ressemblerait, comment vous pourriez vous sentir, si vous acceptiez ces pensées pour ce qu’elles sont : juste des pensées, rien de plus. »

Se relier à ses sensations corporelles

Cette pratique de méditation appelée « body scan » permet de se reconnecter, chaque jour, avec les signaux que votre corps vous envoie afin de ne plus être submergé par les symptômes physiques d’une crise de peur.

==> Crises d’angoisse : 12 conseils pour calmer l’humeur

Apaiser le stress et les crises de panique avec des gestes simples et des produits naturels c’est possible. Conseils d’un psychiatre, naturopathe, pharmacien spécialisé et psychologue pour retrouver l’apaisement après le pic d’anxiété.

Un programme en ligne pour agir dès maintenant sur vos préoccupations, en :

Sur le même sujet :
La cigarette électronique est un moyen d’arrêter de fumer. Bien qu’il n’ait…

À Lire  S'adapter aux fortes chaleurs : les conseils d'un médecin du Samu