7 choses que vous devez savoir sur le cannabidiol ou CBD

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Interdit par arrêté ministériel fin 2021 et homologué provisoirement fin janvier 2022, le cannabidiol ou CBD fait grand bruit en France. Voici 7 choses à savoir sur cette molécule, désormais disponible en vente libre dans toute la France.

Le cannabidiol ou CBD est une molécule non psychotrope et non addictive disponible sans ordonnance dans les 2 000 magasins spécialisés en France.

Le statut juridique du cannabidiol a changé plusieurs fois ces derniers mois. Ainsi, le 31 décembre 2021, un arrêté ministériel a été pris interdisant la commercialisation des feuilles et fleurs de CBD, suscitant l’ire des professionnels du secteur qui ont rapidement saisi le Conseil d’État.

Trois semaines plus tard, la cour administrative suprême a suspendu l’interdiction de l’arrêté ministériel, déclarant qu' »il existe des doutes sérieux sur la légalité de cette interdiction générale et absolue en raison de son caractère disproportionné ».

Aujourd’hui, les produits CBD peuvent être légalement commercialisés tant qu’ils ont une concentration en THC inférieure à 0,3 %.

Cette question est essentielle pour comprendre le statut juridique du CBD. Selon un avis du Conseil constitutionnel publié le 7 janvier 2022, le cannabidiol ne répond pas aux deux critères pour définir un produit psychotrope, à savoir :

– Un risque accru de dépendance (ou d’addiction) ;

– Effets nocifs sur la santé.

En 2017, l’Organisation mondiale de la santé (OMS), par l’intermédiaire de son comité d’experts sur la toxicomanie, a signalé que le CBD « ne semble pas avoir de potentiel d’abus ou de préjudice ».

Les juges européens ont fait écho à cette position en 2020, notant que le CBD ne pouvait pas être qualifié de stupéfiant car il n’avait « aucun effet psychotrope ni effet nocif sur la santé humaine ».

Dans un communiqué publié sur son site internet, le ministère des Solidarités et de la Santé a indiqué que le ministre de tutelle, Olivier Véran, avait donné son feu vert au cannabis médicinal en France avec une expérimentation à grande échelle menée dans 215 établissements sur tout le territoire.

Le ministre de la Santé s’est donc rendu au CHU de Clermont-Ferrand le 26 mars 2021 pour assister à la toute première prescription de CBD thérapeutique à un patient épileptique.

En France, le nombre de magasins (physiques et en ligne) spécialisés dans les produits à base de CBD a quintuplé entre 2020 et 2022, passant de 400 à plus de 2 000 magasins à travers le pays.

L’industrie réalise un chiffre d’affaires de 400 millions d’euros… un véritable exploit compte tenu de l’insécurité juridique qui empêche toute visibilité pour les entrepreneurs, investisseurs et donateurs.

Il faut dire que les coûts matières en France sont très compétitifs, probablement parce que la France concentre plus de la moitié de la production européenne de chanvre. Les professionnels peuvent acheter du CBD à bas prix et obtenir des primes comprises entre 15% et 35%.

Selon plusieurs études rigoureuses (exemple), le CBD aurait des propriétés anti-inflammatoires et des propriétés relaxantes et antalgiques. Certains professionnels de santé le prescrivent à leurs patients sportifs pour faciliter la récupération musculaire, ainsi qu’à ceux souffrant de stress chronique, d’anxiété ou de troubles du sommeil (notamment l’insomnie).

En plus des applications ci-dessus, le cannabidiol est largement utilisé dans l’industrie pharmaceutique, dans le secteur cosmétique, dans l’industrie textile (où il est considéré comme une solution écologique puisqu’il utilise peu de ressources en eau) mais aussi dans le secteur de la construction, où il est possible, en raison de ses propriétés thermiques et acoustiques, peut être utilisé comme matériau de construction.

À Lire  Fait divers : Son chien est mort empoisonné lors d'une promenade dans un vignoble à Vertus