7 conseils pour gérer l’EXPERIENCE

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée, Sara vous présente les nouveaux faits d'actualité 

A l’image du langage d’Esope, le crédit est la pire et la meilleure des choses : bien maîtrisé, il vous permet de financer des dépenses imprévues et vous évite de vous replonger dans votre épargne de précaution. Acheter à crédit oui, mais être gagnant en restant dans des limites raisonnables.

Il y a quelques années, il était possible de multiplier les crédits avec de confortables augmentations de salaire et autres revenus pour rembourser facilement les échéances. Les temps ont changé. Non seulement le revenu s’arrête, mais aussi des impôts plus lourds qui ne réduisent jamais irrémédiablement le revenu disponible. Le financement des biens et services nécessaires à la vie quotidienne peut devenir un casse-tête et conduire à la multiplication des crédits bancaires.

Le crédit n’est ni un ami ni un ennemi – il est utile, il suffit de rester en place tant que l’on sait le contrôler. Comme pour toutes choses, c’est l’excédent qui comporte le plus grand risque pour les finances familiales.

La voiture a besoin de réparations coûteuses, la machine à laver est en panne et doit être remplacée, les lits des enfants grincent et doivent être remplacés, le canapé ne ressemble plus à rien, le toit coule et le budget de construction est épuisé. il s’avère que c’est grave, la note du dentiste, la rénovation du bâtiment, etc. Outre les dépenses quotidiennes d’épicerie, de vêtements, de loyer, de crédit immobilier, d’essence pour se rendre au travail et en revenir, il y a des dépenses imprévues mais essentielles qui reviennent constamment sur la table de votre budget familial. Que faire ?

Réfléchissez d’abord si la dépense prévue que vous envisagez de financer à crédit est indispensable ou non. Après tout, l’adhésion à un club de sport n’est peut-être pas indispensable. Le petit week-end prévu en bord de mer est assurément reporté à une date ultérieure.

Une seule chose est sûre : si les dépenses sont indispensables et que vous ne pouvez pas vraiment les différer, il est préférable d’utiliser le crédit plutôt que d’utiliser votre épargne de précaution. Conservez soigneusement cette balle, elle vous sera très utile en cas de coup dur, de licenciement, de décès du conjoint, d’invalidité, etc.

Acheter est un plaisir, personne ne peut le nier. Mais chacun a sa propre idée de l’achat pour le plaisir. Pour l’un ce sera une belle voiture, pour l’autre un canapé confortable, ou de beaux vêtements des plus grandes marques de prêt-à-porter, pour un autre un voyage dans des lieux paradisiaques.

Il n’est pas possible de bannir sans plus tarder tout achat d’impulsion que le crédit permet d’obtenir, mais il faut replacer ce projet de dépense dans un contexte plus large et étudier ses capacités d’amortissement pour que le plaisir de l’achat ne devienne pas un enfer. privations quotidiennes.

Un des éléments de réflexion est d’étudier votre capacité à amortir. Vous n’avez pas besoin d’être instruit ou sophistiqué sur les tableaux Excel. Il suffit d’établir un budget « dépenses-revenus » dans une feuille de brouillon et de voir quel est le résultat. Dans la colonne « revenus », ajoutez les revenus que vous percevez chaque mois : salaires, pensions, prestations sociales, revenus fonciers, etc. Dans la colonne des dépenses, additionnez toutes les dépenses fixes : loyer, taxes, facture d’électricité, téléphone, cantine scolaire des enfants, assurances, frais de nourriture, frais de transport, etc.

Si le total de vos mensualités est supérieur aux revenus perçus chaque mois, lorsque cela est possible, il convient de différer la souscription d’un nouveau prêt, sauf évidemment si la dépense à financer est urgente.

Que vous soyez pour ou contre, la déduction initiale de l’impôt sur le revenu change la donne et réduit certainement le revenu disponible et donc la possibilité de rembourser des crédits.

Lorsque vous effectuez vos calculs de faisabilité pour voir si la souscription d’un nouveau prêt est réaliste, vous devez retenir le montant effectivement prélevé chaque mois après l’application de la retenue, et non la base imposable.

De même, si vous faites partie des contribuables (revenus du patrimoine, revenus des professions libérales, etc.) dont les prélèvements sont prélevés sur le compte bancaire, vous devez tenir compte de cette nouvelle situation, et tenir compte de la ponction opérée. . chaque mois sur votre compte bancaire par les autorités fiscales.

Après avoir décidé de recourir ou non au crédit, il reste à trouver le bon crédit qui est proposé dans des conditions pas trop chères. Quant au code de la consommation, il n’y a que deux familles de crédit : le crédit immobilier et le crédit à la consommation.

Juridiquement parlant, le prêt à la consommation est tout prêt bancaire compris entre 200 et 75 000 euros avec une durée de remboursement supérieure à 3 mois. Le crédit à la consommation se présente de différentes manières aux banques : le prêt personnel est le crédit qui vous est accordé sans que vous ayez à indiquer l’usage que vous souhaitez faire du montant. Une fois que vous avez obtenu le prêt, vous pouvez l’utiliser comme bon vous semble. Pour obtenir un prêt personnel, contactez d’abord la banque qui détient habituellement vos comptes.

Quel que soit le crédit que vous choisissez, assurez-vous de négocier les conditions du prêt – obtenez le taux d’intérêt le plus bas possible. Des frais de dossier sont systématiquement appliqués, mais les banques acceptent de renoncer aux (bons) clients qui en font la demande. Oui, si vous ne le demandez pas, l’agent bancaire se gardera de vous proposer les frais de dossier.

Les grands magasins proposent aux clients qui le souhaitent, une carte bancaire associée à un crédit renouvelable dont le taux est très élevé.

Au fur et à mesure de vos remboursements, le crédit renouvelable se reconstituera. Aussi pratiques que soient les cartes de crédit des grands magasins, le financement des dépenses quotidiennes à crédit n’est pas vraiment une façon saine de gérer les finances familiales. Si cette carte peut être conçue pour résoudre des problèmes ponctuels, elle ne doit pas être utilisée systématiquement.

Vous avez reçu un héritage, un don manuel d’argent, des indemnités importantes, une rentrée d’argent exceptionnelle… Est-il prudent d’utiliser ce capital pour rembourser par anticipation vos crédits à la consommation ? Pas au début. Il est préférable d’investir cette somme au lieu de l’utiliser pour rembourser vos crédits à la consommation. Mais si vous disposez déjà d’une épargne de précaution suffisante et si la multiplication des crédits à rembourser a été compliquée, il peut être judicieux de régler un ou deux crédits à la consommation par anticipation, histoire de vous laisser un peu de marge.

N’oubliez pas, si vous envisagez de contracter un crédit immobilier, la banque prendra en compte l’ensemble de vos crédits à la consommation en cours de remboursement pour calculer votre capacité d’emprunt. Dans ce cas, il est conseillé de rembourser par anticipation les prêts à la consommation et d’attendre au moins trois mois avant de faire une demande de crédit immobilier.

En effet, pour la souscription d’un crédit immobilier, la banque vous demande vos relevés de compte des trois mois précédents, justement pour vérifier s’il y a des prêts en cours de remboursement.

Certaines banques ont une politique de crédit très coûteuse sur une base permanente. Même lorsque les taux d’intérêt des crédits à la consommation baissent fortement sur le marché financier, ils maintiennent les taux élevés.

Comparez tout : les taux d’intérêt, les frais de dossier et les assurances.

Renseignez-vous auprès des conseillers des banques concurrentes de la vôtre, faites des simulations sur les sites des banques, et si la vôtre est trop chère pour les crédits comme pour le prix des prestations, il est peut-être temps d’envisager de changer de banque.

Mais attention, si vous avez récemment obtenu un crédit immobilier, votre contrat peut contenir une clause de prélèvement automatique pendant 10 ans : dans ce cas, si vos revenus ne sont plus versés sur ce compte, la banque pourra recalculer les conditions de votre crédit réel. ferme défavorablement.

Quels sont les droits et obligations du prêteur en cas de défaillance de l’emprunteur ?

Quels sont les droits et obligations du prêteur en cas de défaillance de l'emprunteur ?

En cas de défaillance de l’emprunteur, le prêteur peut exiger la restitution immédiate du capital restant dû, majoré des intérêts dus mais impayés. Ceci pourrez vous intéresser : Conseils de nettoyage : comment se débarrasser des poils qui obstruent les canalisations de la salle de bain. Jusqu’à la date de paiement effectif, les sommes dues produisent des intérêts moratoires à un taux égal à celui du prêt.

Quelles sont les obligations du prêteur ? l’obligation pour le prêteur de vérifier la solvabilité de l’emprunteur, un délai de réflexion et un droit de rétractation, le droit au remboursement anticipé, avec versement d’une indemnité au prêteur si nécessaire.

Quelles informations le prêteur Doit-il fournir à l’emprunteur ?

l’identité du prêteur, de l’emprunteur et éventuellement du garant. la nature du prêt (prêt classique, prêt à taux zéro ou prêt bancaire classique) l’objet du prêt (achat d’un appartement neuf ou ancien, construction d’une maison) la date à laquelle les fonds seront disponibles.

Quelle loi oblige le prêteur à vérifier la solvabilité de l’emprunteur ?

Selon l’article L. 312-16 du Code de la consommation, « avant de conclure le contrat de crédit, le prêteur vérifie la solvabilité de l’emprunteur ». Par conséquent, pour satisfaire à cette exigence légale, le prêteur doit désormais consulter.

Trouver un artisan de confiance : conseils pour éviter le fiasco des travaux
A voir aussi :
Lorsque l’on doit effectuer des travaux, qu’il s’agisse de rénovation ou de…

Quelles sont les mentions obligatoires dans un contrat de crédit à la consommation ?

Quelles sont les mentions obligatoires dans un contrat de crédit à la consommation ?

Le prêteur doit vous fournir toutes les informations suivantes : Identité et adresse du prêteur. Type de crédit (prêt cédé, personnel, renouvelable, etc.) Montant du crédit et conditions de mise à disposition du prêt.

Quelles sont les caractéristiques d’un crédit à la consommation ? Le montant du crédit affecté oscille entre 200 et 75 000 euros. La durée de remboursement doit être supérieure à 3 mois. Le crédit peut être utilisé pour acquérir un bien spécifique au moment de la formalisation du contrat (voiture, électroménager, etc.).

Quels sont les mentions obligatoires en cas de publicité de crédit à la consommation ?

L’avis doit indiquer, entre autres, de manière très claire, précise et visible, les informations obligatoires suivantes : le type de dette et sa nature : fixe, variable ou révisable, les informations relatives à tous les frais inclus dans le coût total du crédit, montant total du crédit.

Quels sont les 3 types de crédit à la consommation ?

Types de crédit à la consommation

  • Le prêt personnel. Le prêt personnel permet l’achat de biens sans justificatif. …
  • Le crédit affecté Contrairement au prêt personnel, le crédit affecté fait référence à un achat précis. …
  • Crédit renouvelable. …
  • Location avec option d’achat (LOA)…
  • Crédit gratuit.

Hérault : il utilise des conteneurs frigorifiques pour construire une maison économique
Voir l’article :
A Pouzols, un habitant a lancé un projet insolite et économique.Il y…

Quelle épargne à 40 ans ?

Quelle épargne à 40 ans ?

Pour une préparation efficace à la retraite, Fidelity considère que 3 années de revenus annuels sont un bon montant à 40 ans. Enfin, selon l’INSEE, si vous disposez de plus de 220 000 euros d’écart entre 40 et 49 ans, vous faites partie des riches !

Quelle est l’épargne moyenne des Français ? En moyenne, une épargne mensuelle de 220 euros Si l’épargne économique moyenne est de 220 euros, on constate que 54 % des Français paient moins de 200 euros par mois, tandis que 16 % des Français paient plus de 500 euros par mois.

Quelle épargne pour être riche ?

Dans quoi investir pour devenir riche ? Optez pour un investissement PEA. Le PEA est un système qui vous permettra d’investir votre capital dans des entreprises européennes, le MSCI World ou encore le Nasdaq via des trackers. Il existe des avantages fiscaux intéressants.

Qu’est-ce qu’une bonne épargne ?

Épargne idéale selon vos revenus : Si votre salaire est inférieur à 1 000 €, il est idéal que vous épargniez 5 % de vos revenus. Si vous gagnez entre 1 000 € et 1 500 € par mois, cette économie peut atteindre 10 %. Si vous gagnez entre 1 500 € et 2 000 € par mois, vous avez la possibilité d’économiser 15 %.

Quel patrimoine à 40 ans ?

Selon les données de l’INSEE, le patrimoine brut moyen des quarantenaires est compris entre 190 000 et 2 800 000 euros, tandis que leur patrimoine net moyen est de 225 000 €.

A voir aussi :
Le juge a entendu la femme de l’amant de Delphine Jubillard dans…