A Paris, les prix de l’immobilier baissent dans tous les arrondissements

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée, Sara vous présente les nouveaux faits d'actualité 

Paris, je t’aime, je ne t’aime pas non plus. Selon la dernière étude publiée par la plateforme d’évaluation immobilière Meilleurs Agents, on constate une baisse généralisée des prix parisiens tous arrondissements de 1,7% en 2021. Seul le 4e fait exception (très doux) et confirme la règle : +0,3 %, en un an. C’est le 3e arrondissement de la capitale qui a enregistré la plus forte baisse : -3,3 % en un an. « Les quartiers du centre sont ceux qui chutent le plus souvent car ce sont les quartiers les plus chers et donc les premiers à perdre leur attractivité quand les ménages ont d’autres trajets en périphérie », explique Meilleurs Agents.

» LIRE AUSSI – Paris : les prix de l’immobilier, trimestre par trimestre

« Pour moi, le signal le plus fort de cette déception vis-à-vis des grandes villes vient de la capitale elle-même. En 2021, Paris ne réussit plus. Alors qu’il y a tout juste dix-huit mois il allait atteindre 11 000 € le m², il a terminé cette année à moins de 10 203 € le m², soit une variation de -1,7 % par rapport à 2021 », précise Thomas Lefebvre, directeur scientifique de Meilleurs Agents. .

Pourtant, les prix de l’immobilier à Paris ont augmenté de 21,7% sur 10 ans et de 23,3% sur les 5 dernières années. En 2020, il a augmenté de 1,8 %. Ce n’est qu’à partir du 1er janvier 2021 que la capitale connaîtra une baisse des prix de 1,7 %.

Une baisse qui n’a pas vocation à perdurer?

Une baisse qui n’a pas vocation à perdurer?

Même constat du côté de la Fnaim : Fédération nationale de l’immobilier, dans son étude du marché immobilier d’octobre 2021 : « Les prix se stabilisent à Paris (-0,4 %), après avoir fortement augmenté de 2015 à 2020. Nous sommes donc assister à des changements morphologie du marché, la redistribution de la dynamique des prix. A voir aussi : Assainissement : qui paie le locataire et le bailleur ? | SeLoger immobilier. Le dynamisme de Paris s’est arrêté, et les villes petites et moyennes sont beaucoup plus dynamiques qu’avant la crise. »

Cette baisse des prix et ce manque d’amour s’accompagnent nécessairement d’une augmentation des stocks dans la capitale. Yanport, spécialiste des données immobilières qui scanne les annonces sur différents portails, montre que les actions à Paris ont bondi de 30% en moyenne (voir la carte ci-dessous, par arrondissement), alors que la hausse a été plus faible en Île-de-France : de 6 % en Seine-et-Marne jusqu’à 25% pour les Yvelines. Même genre d’évolution pour la durée de publication des annonces qui a augmenté de 50 % à Paris, alors que dans les autres départements elle a augmenté de 28 % au maximum (Hauts de Seine).

Les grands gagnants de ce développement seraient les territoires situés en grande couronne comme la Seine-et-Marne et le Val-d’Oise, qui enregistrent une hausse significative : +6,5% en 1 an, selon Meilleurs Agents. De son côté, Yanport arrive à des conclusions similaires avec une hausse encore plus importante (aux prix affichés) : +8,93 % pour la Seine-et-Marne, +6,97 % dans le Val-d’Oise et le tout jusqu’à +6,55 % dans le Val-d’Oise. de-Marne et +6,31% en Essonne. Dans le détail, compte tenu de la typologie des logements (voir tableau ci-dessous), les chiffres de Yanport confirment que les prix à Paris ont le plus baissé dans les petites surfaces (-2,55% pour les 2 doubles et -2,32% pour les studios/1 pièces) alors que dans les reste de l’Île-de-France, la plus forte hausse concerne les appartements les plus grands : les appartements 5 pièces bondissent de 12,16 % en Seine-et-Marne, et les appartements 4 pièces de 12,13 %, suivis des appartements 5 pièces et plus en Seine-et-Marne. Yvelines (+11,79%) et Val-d’Oise (+11,7%).

La Fnaim reste cependant convaincue que cette baisse des prix n’est que temporaire : « Cependant, Paris conserve de nombreux atouts et ne devrait pas connaître une baisse significative des prix : reprise à venir du tourisme et des achats par les acheteurs étrangers, attractivité économique et culturelle, structurellement limitée nouvelle offre, etc., avec des fondamentaux favorables du marché du logement. »

À VOIR AUSSI – Immobilier : va-t-il continuer à croître ?

Hosman : la néo-agence qui séduit de nombreux vendeurs en France !
Lire aussi :
[Publicité] Avec plus de 6 000 vendeurs accompagnés, un déploiement dans 7…