A Paris, l’IFM veut devenir la meilleure école de mode au monde

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

En trois ans, l’Institut français de la mode (IFM) a triplé le nombre de programmes, d’étudiants et la surface de ses locaux. Son directeur général, Xavier Romatet, fait le point.

Tripler. Le verbe résume à lui seul ce qu’est devenu l’Institut français de la mode (IFM). Suite à la fusion en 2019 de l’IFM et de l’Ecole de la chambre syndicale de la couture parisienne, avec le projet de former une seule grande école de mode en France, l’IFM a triplé le nombre de programmes, d’étudiants et la surface de . son quartier, quai d’Austerlitz (13e arrondissement). Dix-sept formations sont désormais proposées – certaines à Parcoursup – de la licence au master. Avec une nouveauté cette année : « Considérant que 37 % des étudiants qui rejoignent notre Bachelor stylisme de mode passent d’abord par un cursus préparatoire, nous avons créé le nôtre », explique Xavier Romatet, directeur général de l’IFM. La classe accueille 45 élèves et pourrait passer à 60 en septembre 2023.

» LIRE AUSSI – Avec Etam, les étudiants de l’IFM exposent leurs créations boulevard Haussmann

L’école accueille 1200 étudiants, dont 350 étudiants étrangers de 50 pays différents. Six mois après l’obtention de leur diplôme, neuf sur dix trouvent un emploi : 40 % dans l’horlogerie, la beauté ou dans un autre domaine, 10 % dans l’entrepreneuriat et 50 % dans la mode. Cette année, l’IFM a reçu 35 % de candidatures en plus, tous programmes confondus. Le choix est fort : seuls deux étudiants sur dix l’intègrent. « Nous ne voulons pas augmenter le nombre d’étudiants, assume Xavier Romatet. Les petits nombres sont propices à la créativité, qui s’inscrit dans notre stratégie de professionnalisation et d’excellence académique. »

À Lire  Dirigeants et entrepreneurs : L'EDC Business School lance un Executive Bachelor in Management

Des partenariats avec de prestigieuses institutions

Afin de devenir « la meilleure école de mode au monde », objectif déclaré, l’Institut Français de la Mode s’articule autour de trois axes. Le volet académique repose sur des diplômes de licence et de master ciblés et accrédités. L’école a de nombreux partenariats avec des institutions prestigieuses (Sorbonne, ESCP, Bocconi, etc. Lire aussi : Huit façons de financer votre entreprise.). Et dispose d’un « pôle entrepreneuriat mode » qui incube et « accélère » une vingtaine de projets chaque année. « Nous voulons former à tous les métiers, ceux de la main, du design et de la gestion », ajoute Xavier Romatet.

L’IFM a des partenariats avec des institutions prestigieuses comme la Sorbonne ou l’ESCP.

Le deuxième axe est celui de la diversité. Environ 370 étudiants sont en apprentissage dans des maisons et des entreprises prestigieuses. Le fonds scolaire finance les études de 130 autres. « La seule barrière doit être celle du talent, pas celle de l’argent », assure le directeur général de l’IFM. L’autre priorité de l’école, qui est l’essence même de sa création, est la proximité avec l’industrie de la mode – l’IFM est une branche de la profession. Le Conseil des affaires académiques, présidé par la DRH Dior Emmanuelle Favre, réunit quinze directeurs des ressources humaines issus d’entreprises leaders du secteur. « Cela permet d’adapter les contenus pédagogiques et d’être à l’écoute des attentes, des évolutions et des besoins de la filière », explique Xavier Romatet.

Cette année, l’école a doublé les heures de cours consacrées au « web 3.0 » et à son impact sur la mode. Et chaque année, environ 20 % du contenu des programmes change. De même, les étudiants participent à des « cas créatifs » encadrés par des professionnels et les étudiants de M2 ​​Design de mode présentent leur collection à l’ouverture de la Fashion Week de Paris. Une stratégie qui porte ses fruits face aux grandes écoles internationales comme Central St Martins à Londres ou la Royal Academy d’Anvers, en Belgique, selon Xavier Romatet. « Je pense qu’aujourd’hui nous sommes reconnus dans le monde entier », vante-t-il. Mais des efforts restent à faire. En particulier, l’IFM souhaite développer davantage de partenariats (double diplôme, cursus conjoint) avec des universités, des écoles d’ingénieurs ou de commerce françaises et internationales. Certains verront le jour dès septembre 2023.

À Lire  Protégez la création de votre entreprise grâce à la propriété intellectuelle

Agents commerciaux et immobiliers : L'Institut "Travailler Autre" remet son rapport à la FNAIM
Sur le même sujet :
Au passage, la Fondation Rad soumet à la FNAIM la 1ère édition…