A proximité de Louviers, des médecins démissionnaires salariés, le village de …

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

La commune d’Heudebouville (Eure) pensait avoir la solution contre le désert médical : payer ses médecins. Ils ont quitté le navire moins d’un an plus tard. Recrutements ouverts.

« Nous sommes passés de l’espoir au désespoir. Le pharmacien d’Heudebouville (Eure), François-Xavier Clin, revient sur le récent événement malheureux du village. Les trois médecins employés par la Ville, embauchés en septembre 2021, ont tous démissionné entre juin et octobre 2022 (lire l’encadré sur la chronologie ci-dessous). Conséquence : la commune de 800 habitants, qui se situe à proximité de Louviers, le long de l’autoroute A13, entre Rouen et Paris, se trouve sans aucun médecin généraliste, dans un département déjà en tension.

En effet, l’Eure fait partie des dix départements où la densité de médecins généralistes est la plus faible (61,5 pour 100 000 habitants). Et pour les médecins toutes spécialités confondues, c’est le dernier département de France, avec une densité de 94,5 pour 100 000 habitants (171 pour la France métropolitaine).

« On a toujours de l’espoir malgré tout »

Ni le maire ni le pharmacien du village ne souhaitent revenir sur la situation du cabinet médical. Mais on comprend que c’est vite devenu tendu. Sur le même sujet : Journée mondiale sans tabac : 5 conseils pour réussir ses 24 premières heures sans tabac. « On pouvait dire que ça tournait mal », a déclaré le pharmacien. Contactée, le Dr Lucille Pellerin nous dit aussi qu’elle ne veut « pas nous nourrir de quoi que ce soit avec cette expérience difficile ».

La Ville et François-Xavier Clin doivent désormais se tourner vers l’avenir. « Nous avons de l’espoir malgré tout. La maison médicale n’est pas fermée et je pense que ça aura intérêt pour les médecins de s’installer ici », nuance le pharmacien.

Cependant, les habitants ressentent l’unité. « Pour le patient, c’est très compliqué. Il y a eu la même panique que lors du départ du Dr Nathalie Lambany en 2020, en pleine crise du Covid-19 », décrit François-Xavier Clin. Et certains se retrouvent même sans médecin généraliste.

Les gens, surtout les personnes âgées, sont un peu inquiets. Certaines personnes avaient leur médecin ailleurs. Ils sont venus ici quand les trois médecins salariés ont emménagé. Et maintenant il ne reste plus rien.

Le pharmacien indique même que le nouveau médecin installé à Pont-de-l’Arche a récupéré un grand nombre de patients d’Heudebouville. « Je pense qu’il a la moitié du village », glisse-t-il. Et on poursuit : « Quand on se donne du mal, on arrive à trouver des médecins. »

Alerte ozone : un épisode de pollution de l'air s'annonce en Eure-et-Loir
Ceci pourrez vous intéresser :
La préfecture d’Eure-et-Loir alerte sur un épisode de pollution à l’ozone à…

Un médecin trouvé, mais…

Le Maire affirme avoir trouvé un médecin. Il s’agit d’une jeune femme qui a déjà fait des suppléances pour les trois anciens médecins ainsi qu’au centre médical de Gaillon. Une entente verbale a été conclue, mais à une condition pour le professionnel de la santé.

À Lire  Canicule : voici 4 astuces pour créer de l'ombre au potager et protéger vos légumes de la chaleur

Elle ne veut pas pratiquer seule. Elle veut au moins un autre médecin à ses côtés. Mais elle veut travailler à Heudebouville. Le salaire est bien mérité. Nous devons donc trouver un autre médecin ou deux. Pour cela, nous mettons tout en œuvre.

Début novembre dernier, le Maire a donc publié une offre d’emploi sur les réseaux sociaux. « Mais si ce n’est pas ce remplacement, nous n’avons encore reçu aucune candidature », regrette l’édile. Il ajoute : « Si les médecins arrivent, j’embaucherai à nouveau une deuxième secrétaire. »

Cependant, les conditions d’embauche sont avantageuses et modulables : poste à temps plein ou partiel, rémunération statutaire fixée sur la nouvelle grille des praticiens hospitaliers et selon l’ancienneté, semaine de 35 heures, 25 jours de congés payés par an, etc.

Hubert Zotu envisage même d’appeler des médecins étrangers, au cas où aucun médecin français ne se montrerait intéressé. « Je vais contacter le directeur départemental de l’Eure à l’ARS [Philippe Luccioni-Michaud] pour savoir comment recruter un médecin ukrainien, par exemple », glisse l’élu. Sur ce point, le pharmacien se montre prudent : « L’expérience a montré que les médecins étrangers ne sont pas stables. Ils y restent un an ou deux puis repartent. Ce ne serait donc pas une solution durable, même si je comprends l’urgence. »

Urgences dentaires : tests en Drôme, Loire, Isère et Rhône
Lire aussi :
Alors que certains soins dentaires sont clairement urgents, d’autres cas ne nécessitent…

Atouts et nouvelle maison médicale

Même si les trois médecins ont brusquement quitté le navire, le village d’Heudebouville ne manque pas d’atouts. Outre sa position géographique, la commune compte déjà deux infirmières indépendantes, deux kinésithérapeutes et une pharmacie. Des logements pour le personnel, situés au sommet de l’actuel cabinet médical, pourraient même être disponibles.

Surtout, la Ville construit actuellement un nouveau cabinet médical en lieu et place de l’ancien jardin d’enfants. Les travaux de rénovation et d’extension ont débuté en septembre 2022 et devraient se terminer d’ici juin 2023. Six cabinets médicaux composeront le bâtiment de 265 m2, permettant ainsi l’accueil de six professionnels de santé. Il y a aussi un cabinet pour les deux infirmières libérales d’Heudebouville, ainsi qu’un cabinet auxiliaire pour les médecins internes. « Nous pouvons avoir à la fois des médecins salariés et des médecins libéraux, s’ils le préfèrent. Nous avions prévu de pouvoir séparer les réseaux afin de bien distinguer les numéros de téléphone », précise Sylvie Dumets.

À Lire  Tourisme / Santé. Des vacances sans moustiques, c'est possible !

Au total, ce projet coûte près de 938 000 € TTC (20% d’Heudebouville, 55% de l’Etat et 25% du Département de l’Eure).

« Avec tout ça, il y aura une très belle place pour les médecins. On espère les attirer », confie le 3e adjoint.

Hubert Zoutu précise que cette offre médicale potentielle desservira les communes environnantes : Ailly, Les Trois Lacs, Fontaine-Bellenger, Pinterville et Vironvay. A noter que non loin de là, la ville de Courcelles-sur-Seine a également choisi le métier de médecin généraliste qui vient d’être embauché. Dans le canton de Gaillon, 10 000 patients n’ont pas de médecin traitant.

Ceci pourrez vous intéresser :
L’hôpital public traverse une crise marquée par la pénurie de soignants et…

« Les médecins ont quand même une mission de service public »

La volonté d’Hubert Zotu de garantir à ses électeurs l’accès aux soins de santé est d’autant plus forte que la commune d’Heudebouville va accueillir de nouveaux habitants, notamment via le Verger du Manoir. Là, les deux kinés ont acheté un terrain pour y loger leurs patients.

Bref, au village, tout le monde est prêt à accueillir les médecins. Encore faut-il qu’ils répondent favorablement au tapis rouge qui leur est déroulé.

Sur ce dernier point, et en référence à la grève de certains médecins généralistes en France, François-Xavier Clin ne cache pas son agacement : « Les médecins ont toujours une mission de service public. Nous, les pharmaciens, ne pouvons pas nous asseoir où nous voulons et nous devons être présents dans notre pharmacie. C’est réglementé. Un jour, des mesures coercitives devront être prises pour qu’ils travaillent là où ces médecins sont nécessaires. »

C’est un problème récurrent. Les autorités locales font parfois de leur mieux pour harceler les médecins. Quitte à leur accorder des subventions spéciales. Un exemple récent : une subvention de 15 000 euros a été accordée par la Seine-Eure Agglomération, début 2022, au Dr Emmanuel Damamme, à La Haye-Malherbe, en échange de son installation en remplacement du Dr Hugues Le Carpentier .

Cet article vous a-t-il été utile ? A noter que vous pouvez suivre La Dépêche Louviers dans l’espace Mes News. En un clic, après inscription, vous retrouverez toutes les actualités de vos villes et marques préférées.

Voir l’article :
Au Centre hospitalier Eure-Seine d’Évreux, Suzanne (nom modifié, ndlr) est assise dans…