Actualités urgentes – APM / Association Française de Médecine en …

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

PARIS, 23 décembre 2022 (APMnews) – L’agence régionale de santé (ARS) d’Ile-de-France lance « un appel solennel » à la mobilisation de la médecine de ville et du secteur privé pour soutenir l’hôpital dans le contexte de l’épidémie et mettre fin -des congés annuels, et prend plusieurs mesures, dont l’appel au volontariat étudiant, a expliqué vendredi sa directrice générale, Amélie Verdier, lors d’un point presse avec des journalistes.

La situation est « critique » et sera « sensible dans les prochains jours », a souligné le directeur général de l’ARS. Comme l’évoquaient mardi la Première ministre, Elisabeth Borne, et le ministre de la Santé et de la Prévention, François Braun, qui participaient à une réunion de crise à l’agence, les tensions sont particulièrement vives aux urgences (voir dépêche du 20/12/2022 à 17h34).

Le volume d’appels au 15 « a explosé depuis une dizaine de jours », a confirmé Amélie Verdier. A cette époque de l’année, « nous nous attendions à avoir environ 15 000 appels par jour et nous sommes, selon les jours, à 20 000-22 000 appels ».

Les services enregistrent des « limites très élevées » de visites aux urgences avec, selon les sites, des volumes « pouvant être 20 à 25 % supérieurs » par rapport à d’habitude. Pour « les 15-74 ans, on arrive à un pic proche des 9.000 passages », contre 6.000 et 9.000 attendus. Le volume de « lits de civière » est « très élevé », a-t-elle déclaré.

Les épidémies de Covid, de bronchiolite et de grippe se conjuguent au manque de personnel dans les hôpitaux, a-t-elle rappelé.

Face à ces difficultés de fin d’année, l’agence a demandé « il y a plus de 15 jours » aux établissements de faire « une projection très fine » de leur capacité afin d’anticiper « les renforts de la manière la plus appropriée possible ». Il s’agit de ne « prendre aucun risque pour les Franciliens, notamment sur les capacités de réanimation », a souligné Amélie Verdier.

« Les soignants sont extrêmement mobilisés, mais tout ne peut pas reposer sur eux », dit-elle, insistant sur la volonté de préserver leur congé.

Les établissements ont donc été « encouragés à déprogrammer tout ce qui pouvait l’être ». En raison du manque de personnel et des congés, la capacité « cette semaine est entre 5 et 8% » inférieure à celle de l’an dernier. Mais « chaque jour, nous mobilisons les capacités ».

Amélie Verdier a donc lancé « un appel solennel aux libéraux, au secteur privé, pour qu’il y ait une mobilisation de tous pour soulager les hôpitaux ».

« Je sais qu’ils sont présents », mais « nous devons tous être unis, comme c’est l’habitude de la région ».

À Lire  Wyylde : le réseau social des rencontres libertines et échangistes

La permanence des soins ambulatoires (PDSA) est « assurée », d’ici la fin de l’année, « les horaires sont remplis », a-t-elle précisé.

Par ailleurs, l’ARS a reçu l’accord de l’assurance maladie pour intégrer les matinées des samedis 24 et 31 décembre dans les périodes PDSA.

Pour rappel, le Syndicat des médecins libéraux (SML), la Fédération des médecins de France (FMF) et l’Union française pour la médecine libre (UFMLS) ont appelé à la grève du lundi 26 décembre au lundi 2 janvier 2023.

Dans le contexte épidémique actuel, « on a vraiment besoin d’acteurs de la ville », a insisté Amélie Verdier. « J’appelle très solennellement les libéraux à l’esprit de responsabilité ». Le directeur général n’a pas exclu de faire des réquisitions. « Ce n’est pas un objectif », mais s’il le faut, « bien sûr qu’on le fera », a-t-elle répondu à une question sur ce point.

Appel au volontariat des étudiants et solutions d’aval

Amélie Verdier a annoncé qu’elle avait décidé, avec les doyens, de lancer un appel à la mobilisation des étudiants en santé en début de semaine. Sur le même sujet : Moustiques : 10 produits bio pour éviter les piqûres. Ainsi, « 1.317 étudiants ont déjà répondu favorablement » pour prêter main forte aux services, qu’ils soient étudiants en médecine, étudiants en soins infirmiers, ou assistant de régulation médicale (ARM) du centre de formation.

Ces étudiants volontaires, mobilisés pendant la période des vacances scolaires, « hors période de formation ou de stage », seront indemnisés de ce renfort. Celui-ci est assuré « à la demande de l’établissement », public ou privé.

Hier, « hors Paris, qui fait l’objet d’une gestion spécifique, nous avions déjà plus de 200 étudiants déjà concernés ». A l’hôpital de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), « cinq étudiants arriveront en renfort sur certaines plages horaires », a illustré le directeur général de l’ARS.

La réserve sanitaire a été demandée en Ile-de-France « pour les pédiatres, ARM » notamment.

Interrogée sur l’augmentation des indemnités de nuit, une mesure prise par le ministère pour l’été puis de décembre jusqu’en mars 2023, Amélie Verdier a répondu que la période courant depuis septembre était « couverte, il n’y a pas d’ambiguïté ». Des instructions ministérielles ont été envoyées à cet effet, a-t-elle confirmé.

Le recours aux associations de sécurité civile sera également renforcé, notamment dans le cadre de « la gestion des tensions dans les situations d’urgence ».

Face au besoin de lits en aval pour les patients qui n’ont plus besoin de soins hospitaliers mais sans solution d’hébergement, « nous avons exceptionnellement autorisé et financé des places » d’accueil médico-social temporaire, a également expliqué Amélie Verdier.

À Lire  Libre-échange et écologie de marché

« A ce stade, quatre associations [Aurore, Groupe SOS, Croix-Rouge française et Hôtel social 93] vont installer 182 places d’ici au 2 janvier, dans des locaux mis à disposition soit par l’AP-HP, soit par l’établissement de Ville-Evrard, en Seine-Saint-Denis ».

Ces places, notamment en lits médicalisés (LHSS), permettront d’accueillir pendant la période hivernale et jusqu’au 30 juin 2023 un maximum de patients sortant des hôpitaux de l’AP-HP et des groupes hospitaliers régionaux (GHT) Grand Paris Nord Est (hôpitaux de Aulnay, Montfermeil, Montreuil) et Plaine de France (Saint-Denis et Gonesse).

Par exemple, à l’hôpital de Saint-Denis, 30 personnes ont été recensées mercredi comme pouvant être soignées par ce dispositif. Des solutions d’hébergement ont également été trouvées pour « 16 femmes sortant de maternité ».

Sur l’ensemble de la région, environ 180 places pour les mères et leurs nouveau-nés sans solution d’hébergement, sortant de la maternité, seront mobilisées. L’ancien bâtiment de l’hôpital Chardon-Lagache (AP-HP) propose depuis jeudi 85 places pour les accueillir, a indiqué l’agence. Un centre similaire ouvrira le lundi 2 janvier au sein de l’EPS de Ville-Evrard.

En mai, l’ARS a pérennisé le dispositif de financement des sorties hospitalières en Ehpad, a rappelé son directeur général. Elle a également souligné que l’élargissement des horaires des maisons médicales de garde était « travaillé depuis longtemps ».

Concernant les lits aval, « nous avons vérifié que nous n’avions pas trop de lits SSR [services de soins de suite et de réadaptation] fermés dans les secteurs public et privé » et demandé « aux établissements d’admettre des patients sur des plages horaires étendues », a-t-elle précisé. . Des simplifications administratives sont également à l’étude en vue de « plus de flexibilité sur les admissions ».

Le directeur général de l’ARS a rappelé qu’il n’y avait pas de plan blanc régional. « Si nécessaire, nous le ferons », mais « nous souhaitons rester dans une gestion territoriale qui mobilise tous les acteurs et qui évite de trop demander aux soignants qui donnent déjà beaucoup », a-t-elle dit. valoir.

« Nous avons déjà des niveaux de déprogrammation importants, une solidarité territoriale qui s’exerce. »

Si les établissements n’ont pas déclenché ce dispositif, sauf dans des situations particulières, comme l’hôpital de Versailles touché par une cyberattaque, « ils sont tous au niveau maximum de mobilisation ‘hôpital en tension' ».

Voir l’article :
Selon les aveux de la directrice des enquêtes de la section d’investigation…