Actuel / En Suisse comme ailleurs, les mouvements pro-vie gagnent du terrain

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Par Katy Romy, publié par Swissinfo.ch le 18 août 2022

« Le mouvement anti-avortement s’est modernisé, professionnalisé et politisé », a déclaré Neil Datta, secrétaire général du Forum parlementaire européen sur la population et le développement, un réseau indépendant de groupes parlementaires européens engagés dans l’amélioration de la santé et des droits sexuels et reproductifs.

Après la suppression, le 24 juin 2022, par la Cour suprême des États-Unis du droit fédéral à l’avortement, Neil Datta enquête désormais avec inquiétude sur la montée du mouvement pro-vie sur le continent européen. « Au cours de la décennie, les efforts pour restreindre le droit à l’avortement se sont multipliés, au Portugal, en Espagne, en Lituanie, en Slovaquie, en Pologne, en Autriche, en Finlande et même en Suède », a-t-il déclaré.

Ce phénomène touche également la Suisse. Bien que certains Suisses se prononcent ouvertement contre l’avortement, les organisations qui s’opposent à l’interruption volontaire de grossesse (IVG) font preuve d’inventivité dans la diffusion de l’idée.

Lobbying au Parlement

Lobbying au Parlement

Sur la scène politique, leurs revendications sont portées par une partie de l’Union du centre démocratique (UDC/droite conservatrice). Régulièrement, des élus du plus grand parti du pays déposent des interventions parlementaires ou lancent des initiatives populaires visant à limiter le recours à l’avortement. A voir aussi : Les meilleurs conseils pour choisir la bonne assurance habitation.

Cette proposition a jusqu’ici toujours été rejetée, deux représentants de l’UDC sont revenus à la charge en décembre dernier. Ils ont lancé deux initiatives populaires pour limiter l’accès à l’avortement. La date limite pour recueillir les 100 000 signatures nécessaires à la tenue d’un vote populaire est le 21 juin 2023.

Le premier texte, intitulé « La nuit apporte des conseils », a été lancé par la députée bernoise Andrea Geissbühler. Il souhaite instaurer un délai de réflexion d’une journée avant tout avortement, afin de « protéger les femmes d’avortements trop vite décidés ». Le second, porté par la députée lucernoise Yvette Estermann, s’oppose à « l’avortement tardif ». Il a précisé qu’il n’est plus possible d’avorter dès que « l’enfant pourra respirer hors de l’utérus, il sera probablement dans des mesures de soins intensifs ».

Si les deux femmes insistent sur le fait que leur initiative ne vise pas à interdire l’avortement, elles restent proches du mouvement pro-vie, dont elles ont soulevé les arguments. Andrea Geissbühler siège au comité directeur de l’association suisse Pro Life, ouvertement anti-avortement. Ce dernier n’a pas hésité à comparer l’avortement au meurtre. «Si cette initiative peut sauver quelques vies, cela en vaut la peine», a-t-il déclaré à swissinfo.ch.

Deux politiciens conservateurs de droite ont parlé de l’initiative, mais ils ne l’ont pas développée eux-mêmes. Derrière les deux femmes se cache un groupe radicalement opposé à l’avortement. « Différentes organisations ont conçu l’initiative. Elles nous ont ensuite contactés pour demander le président du comité d’initiative », explique Andrea Geissbühler.

A voir aussi :
La canicule est là et ces épisodes de chaleur intense devraient se…

Des militants connectés à l’international

Des militants connectés à l'international

Yvette Estermann et Andrea Geissbühler n’ont pas révélé le nom de cette organisation. Les signatures recueillies à l’appui du manuscrit doivent être adressées directement à l’une d’entre elles, l’association Mamma. Son président, Dominik Müggler, farouche opposant à l’avortement, s’est opposé en vain à la dépénalisation de l’avortement en Suisse en 2002. Basler siège actuellement à deux comités d’initiative.

À Lire  Assurance téléphone portable : faut-il assurer son téléphone ?

L’objectif de Dominik Müggler va au-delà des restrictions exigées par ce texte. « L’avenir éliminera rapidement l’avortement, non pas parce qu’il sera interdit, mais parce que l’humanité croira que l’avortement est diamétralement opposé à la dignité humaine », a-t-il souligné dans une réponse écrite à swissinfo.ch. « L’avortement n’est pas un trouble de la grossesse, mais le meurtre de l’enfant », peut-on également lire sur le site de son association.

Les militants sont très actifs et connectés. Il a participé à des congrès et des manifestations contre l’avortement à l’étranger et s’en est inspiré. Sur la photo, par exemple, on le voit dans la « marche pour la vie » (une manifestation anti-avortement qui existe dans de nombreux pays) à Washington en 2019. En 2020, inspiré par des organisations américaines, il participe également à la création. l’association Hope21, qui milite contre l’avortement des fœtus atteints de trisomie 21.

Voir l’article :
Vous souhaitez changer d’assurance auto ? Dans ce cas, vous avez absolument…

Des boîtes à bébés controversées

Des boîtes à bébés controversées

Le même Dominik Müggler est issu de la fameuse « baby box », à travers sa fondation Aide Suisse pour la Mère et l’Enfant (ASME). Il a installé le premier de ces dispositifs pour permettre aux mères désespérées d’abandonner leurs bébés dans un compartiment accessible de l’extérieur du bâtiment hospitalier, en 2001 à Einsiedeln, dans le canton de Schwyz. Aujourd’hui, la fondation gère sept des huit clubs du pays. De plus, elle couvre les frais d’installation et les frais de garde de bébé.

Si le concept est de prime abord séduisant, bébé rond fait polémique. En 2015, le Comité des droits de l’enfant de l’ONU a recommandé à la Suisse de les interdire car cela violerait le droit des enfants à connaître leurs origines.

Le dispositif a également été critiqué par Swiss Sexual Health, une organisation faîtière de centres de santé sexuelle, non seulement dirigé par des opposants à l’avortement, mais aussi parce qu’il mettrait les femmes et leurs enfants en danger. « L’idéologie est purement pro-vie : l’important, c’est que le bébé naisse. La femme, elle ne compte pas », note sa directrice Barbara Berger.

Alternativement, la Santé sexuelle suisse recommande l’accouchement secret, qui est déjà possible dans 18 cantons. Elle permet d’accoucher sous un pseudonyme à l’hôpital, au lieu de le faire seule, en cachette. Cela préserve la confidentialité et garantit des soins médicaux appropriés aux femmes et aux enfants, ainsi que la protection de leurs droits.

Assurance auto : pourquoi la vignette verte sur la glace pourrait-elle bientôt disparaître ?
Sur le même sujet :
Par SudOuest.fr Publié le 09/05/2022 à 10h58La vignette d’assurance automobile permet aux…

Centre d’aide et de conseils

Centre d'aide et de conseils

L’ASME se présente également comme un « centre d’aide et de conseil pour les femmes en difficulté après une grossesse ou un accouchement ». Sur son site internet, la fondation relaie des arguments anti-avortement, mais aussi de nombreuses informations sur les prétendus dangers physiques et psychologiques de l’avortement.

En pratique, l’avortement est l’une des interventions chirurgicales les plus courantes. Dans les pays où il est légal, l’avortement est généralement sûr et les complications sont rares, selon le manuel MSD. De plus, de nombreuses études scientifiques sont arrivées à la conclusion que l’avortement ne cause pas de troubles psychologiques. La stigmatisation de l’avortement et le tabou qui l’entoure peuvent causer plus de souffrance que l’avortement lui-même, suggère Swiss Sexual Health.

« Ces organisations diffusent de fausses informations pour empêcher les femmes d’avorter. Elles essaient de profiter de la situation de détresse, c’est une pratique choquante », a commenté Barbara Berger.

À Lire  DeFi : l'assurance voyage révolutionnée grâce à Teller Finance

Chronique : A moto, ne roulez jamais sans ces indispensables
Lire aussi :
L’assurance ? L’intégral ? Un pote dans la Gendarmerie ? Il y…

Des rabais sur les assurances maladie

Des rabais sur les assurances maladie

L’ASME n’est pas la seule organisation pro-vie à utiliser des méthodes controversées en Suisse. D’autres vont jusqu’à offrir des avantages aux femmes qui optent pour l’avortement. C’est le cas de l’association Pro Life, qui a été créée en 1989 et regroupe quelque 70’000 membres en Suisse.

Ce dernier négocie un contrat avec l’assurance-maladie Helsana. Ainsi, elle accorde une réduction de prime d’assurance supplémentaire à ses adhérentes signataires de la charte du refus de l’IVG. Cependant, cette charte n’a aucune valeur juridique, car légalement l’avortement doit être remboursé par l’assurance maladie obligatoire. Quant à Helsana, dans un article du quotidien ArcInfo, elle précise qu’elle n’entretient « aucune relation particulière » avec Pro Life et qu’elle a conclu un « contrat collectif conforme aux usages de la branche ».

Le processus a été pointé du doigt à plusieurs reprises, notamment par la sénatrice écologiste Lisa Mazzone, l’auteur de l’interpellation à ce sujet. Tout en reconnaissant que la pratique « peut être considérée comme problématique », le gouvernement considère toujours que « le droit de l’assuré à bénéficier des prestations prévues par la loi sur l’assurance maladie n’est pas restreint ».

Un réseau international

Les anti-avortement suisses ne travaillent pas en vase clos. « Il fait partie d’un réseau international très connecté, qui est contre l’avortement, contre les droits des LGBT (lesbiennes, gays, bi et trans) et contre l’éducation sexuelle », explique Barbara Berger. Elle le voit, par exemple, lorsque des interventions parlementaires sont déposées sur le sujet, utilisant la même phrase, tirée des arguments d’associations pro-vie à l’étranger.

Neil Datta a fait une observation similaire. En Europe, il estime que ce mouvement, qui partage une vision ultraconservatrice de la société, a pris de l’ampleur et a commencé à s’organiser en 2013, en réaction à l’instauration du mariage pour tous en France et dans le Royaume. -Uni. « Ils ont commencé à se rencontrer et à échanger des idées, notamment à travers un réseau appelé l’Agenda européen ou le Congrès mondial des familles », a-t-il déclaré.

Cette organisation s’est ainsi modernisée, et c’est probablement la clé de son succès, puisqu’elle a ainsi attiré davantage de soutiens financiers, comme le montre l’étude réalisée par le Forum parlementaire européen pour les droits reproductifs. « Le montant investi dans ce mouvement en Europe a quadruplé entre 2009 et 2018, jusqu’à 700 millions de dollars », souligne Neil Datta, qui a rédigé le rapport.

Cet argent provient de 54 organisations (ONG, fondations, organisations religieuses et partis politiques). « Il y a trois sources géographiques principales : les États-Unis, la Fédération de Russie et, surtout, l’Europe elle-même », explique Neil Datta.

En Suisse, comme dans la plupart des pays européens, ce mouvement reste minoritaire, malgré son militantisme. « Ils sont là, et n’attendent que la bonne occasion, le bon paysage politique, pour faire avancer l’idée. De plus, nous avons constaté que de nombreux pays ne protègent pas légalement l’avortement », a rappelé Neil Datta. gouvernement conservateur polonais a réussi à obtenir une interdiction quasi totale de l’avortement, désormais autorisé uniquement en cas de viol ou de danger pour la vie de la femme.

« En Europe, la progression du mouvement pro-vie est à quinze ans des États-Unis, mais un processus similaire a eu lieu », a déclaré Neil Datta.