Aéroport de Liège : les riverains craignent les nuisances sonores et…

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Un accord entre les autorités et l’administration aéroportuaire vient d’être trouvé : Désormais, le nombre de vols par an est limité à 50 000. Pourtant, les débats avaient fait rage entre les écologistes et la direction de l’aéroport. Mais au-delà de l’aspect politique, l’autre enjeu du dossier est lié à la qualité de vie des riverains de l’aéroport. Nos journalistes se sont rencontrés.

Ce bruit assourdissant des avions, Jean-Paul Frankinet le vit depuis plus de 35 ans. Le plus dur de son quotidien, ce sont les vols de nuit : « Si tu dors fenêtre ouverte, et que les avions partent à 3 ou 4 heures du matin, impossible de dormir », explique-t-il.

Des réveils intempestifs qui fatiguent ce riverain, qui craint encore aujourd’hui pour sa santé : « Quand on les voit voter, on se demande où se dépose la pollution… J’ai peur que dans quelques années on détecte des problèmes respiratoires qui y sont associés. »

Une inquiétude de sa voisine, Lorraine Braibant, qui ne voit pas bien non plus l’augmentation du trafic aérien : « Pourquoi augmenter ? On ne veut pas forcément la mort de cet aéroport, mais on ne veut pas augmenter cette folie de consommation et les anciens et accueillir des avions pollués dont les autres aéroports européens ne veulent plus.

L’accord prévoit désormais des normes de nuisances sonores. Cependant, la nouvelle méthode de calcul n’agrège plus les décibels nocturnes émis par toutes les machines, mais ne comptabilise que les avions qui causent le plus de gêne aux riverains.