Affaire Mistler : un procès pour la morale ?

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

En avril 2007, Paul Mistler, ancien banquier et propriétaire de deux sociétés, est assassiné avec un fusil harpon et un couteau de cuisine sur le parking devant un club échangiste à La Grande-Motte (Hérault). Le corps d’un homme de six ans est couvert de vingt coups de couteau. Un meurtre sanglant et violent qui a laissé une veuve éplorée.

Après cela, l’enquête ne traîne pas en longueur. Le meurtrier Frantz Diguelman est immédiatement arrêté. Ce dernier a signé des aveux spontanés aux gendarmes. Au lendemain du crime, le 23 avril 2007, il répond aux questions de la juge d’instruction de Montpellier Sabine Leclerc. Frantz Diguelman explique avoir voulu s’expliquer à la victime, lui faire peur, voire « le frapper au visage », mais pas le tuer. Il blâme alors sa passion brûlante sur Diane Mistler, sa maîtresse et la femme de Paul Mistler, pour l’avoir consommé et l’avoir abattu.

Le tueur au harpon affirme qu’il a agi à la demande de Diane Mistler, qui a affirmé qu’elle était maltraitée par son mari pervers. Frantz voulait sauver son amant, avec qui il communiquait souvent. Lors des interrogatoires, la veuve objecte et rejette toute romance avec l’assassin de son mari. Ce dernier affirme avoir aimé Paul Mistler.

L’art du mensonge

La commission d’enquête constate que Diane ne pouvait ignorer le plan criminel de son amant. Un homme qu’elle aurait manipulé et fait sombrer dans un état de dépendance affective extrême. A voir aussi : Plage du Petit Sperone : une charmante plage corse.. Il est renvoyé devant la cour d’assises de l’Hérault à Montpellier car il était impliqué dans le meurtre.

Interrogé dans le magazine L’heure du crime, Stéphane Munka, journaliste, auteur et réalisateur, rappelle les faits présentés contre Diane Mistler : « On tourne autour de la notion de mensonge. Au procès, on parle du comportement de Diane comme histrionique », a-t-il déclaré. . dit dans le micro de RTL. La veuve ne pleure plus, mais est désormais considérée comme la manipulatrice et l’artisane de ce meurtre sanglant. L’enquête révèle également les mœurs libérées de Diane Mistler. Il confirme plusieurs liaisons extraconjugales, s’étant absenté plusieurs jours sans donner de nouvelles au conjoint. Pendant le procès, d’anciens amants défilent.

À Lire  Les Bons Villers : Parlons du centre de Villers-Perwin envahi...

Il se sentait héroïque, et je pense qu’il a compris

Iris Christol, avocate de Frantz Diguelman.

Interrogée dans L’Heure du crime, Me Iris Christol, l’avocate de Frantz Diguelman, confirme le dévouement indiscutable de son client envers son amant : « Il y avait quelque chose dans l’enchaînement des vœux d’amour indéfectibles qui enivrait clairement cet homme. Il pensait que cette femme était trop tant mieux pour lui, qu’elle était merveilleuse. Il s’est retrouvé gardé par cet amour et pour la sauver car elle était en grand danger. Cet homme très simple pensait qu’il était tombé sur cette histoire d’amour et que peut-être il se sentait héroïque de devoir sauver elle, et je pense qu’il l’a compris. » Il poursuit : « Ce qu’il faut reconnaître chez cette femme, c’est qu’elle connaît bien les hommes et sait exactement ce qu’ils veulent et ont besoin d’entendre », a-t-il déclaré au micro de RTL.

Voir l’article :
Philtex& Recycling, à Garons, récupère et recycle les textiles. L’entreprise a ouvert…

Un procès pour la morale ?

Le 19 avril 2011, la veuve se défend contre toute association de malfaiteurs, mais reste une menteuse. La femme, qui a été condamnée à 25 ans de prison, fait appel de cette décision. En 2012, il déclare son innocence. En deuxième défense, Éric Dupont-Moretti, il n’y a rien de caché depuis sa sortie. La justice entretient l’image d’une mère diabolique et initiatrice du meurtre de son mari. Diane écope alors de 18 ans de prison.

Cette femme n’a pas été jugée sur sa morale

Iris Christol, avocate de Frantz Diguelman.

À Lire  Meurtre sur fond de jeux sexuels ou accident en vendant un…

Alors que Diane Mistler condamne le procès fondé sur la morale, l’avocat d’Iris Christol défend le procès fondé sur les faits : « Quand un certain nombre de ses amants ont été invités à la barre, ce n’était pas pour mesurer le niveau de sa sexualité. avec le fait qu’il leur a fait croire des mensonges et comment il leur a expliqué qu’elle était très malheureuse, elle a été très mal traitée. Cette femme n’a pas été jugée pour sa morale », explique-t-il.

Elle poursuit : « C’est resté très délicat dans les discussions. Je pense que tout le monde était très attaché à la liberté de la femme. Je suis une femme et je n’aurais pas pu participer à une telle démarche. « Le destin a voulu la cour d’appel d’assises de 3 juges et 9 jurés, 11 femmes sur 12, la juge Diane Mistler. Je crois que personne dans ce siècle n’en aurait voulu. Pas ces 11 femmes, que Diane soit condamnée pour sa liberté et Je pense que sur d’autres raisons, sous des index larges et importants qui se terminaient par une peinture impressionniste, tout le monde était convaincu que cette femme était coupable, pour laquelle elle a été condamnée à 18 ans de prison criminelle.

Lire aussi :
Aubéry Mallet est journaliste spécialisé dans les séries. Fan du petit écran,…

Les invités de « L’heure du crime »

– Stéphane Munka, journaliste, auteur et réalisateur – Mina Iris Christol, du barreau de Montpellier, avocate de Frantz Diguelman.

L’actualité éditoriale de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL, inscrivez-vous à la newsletter RTL pour suivre toute l’actualité au quotidien

Abonnez-vous à la newsletter RTL

Voir l’article :
Aller sur Meetic, Tinder ou encore Gleeden pour découvrir des liaisons extraconjugales…