Agriculture : quelles solutions pour réduire le coût des engrais en Afrique ?

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Depuis deux ans et demi où le monde est plongé dans une crise sanitaire exacerbée par le conflit russo-ukrainien, les prix des engrais ont atteint un pic sans précédent. Cette année, ils ont été multipliés par trois, voire quatre, par rapport à l’an dernier. Face à cette situation, il est urgent de trouver des solutions. C’est le thème du 3ème Forum Africain sur le Financement des Engrais, qui se poursuit aujourd’hui à Casablanca.

Que faut-il faire pour faire baisser les prix des engrais en Afrique ? Cette question est au cœur du 3e Forum Africain sur le Financement des Engrais, qui s’est ouvert hier à Casablanca, et qui se poursuit aujourd’hui, en présence de représentants de divers gouvernements et acteurs du secteur agricole africain venus de tout le continent et du monde.

Co-organisé par le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD), OCP Africa et le Mécanisme africain de financement du développement des engrais de l’Union africaine (voir encadré) sur le thème « Catalyser le financement des engrais pour une croissance durable », ce troisième forum se concentrera sur se déroule dans un contexte particulièrement tendu pour l’agriculture africaine dans lequel se pose sérieusement la question de la sécurité alimentaire du continent.

En effet, depuis deux ans et demi que le monde est plongé dans une crise sanitaire exacerbée par le conflit russo-ukrainien, l’Afrique a autant de mal à se soigner qu’à se nourrir.

Des prix en forte hausse

Comme la plupart des produits de base, les prix des engrais atteignent un sommet sans précédent. Cette année, ils ont été multipliés par trois, voire quatre, par rapport à l’an dernier. Les gouvernements et les agriculteurs ne savent plus vers qui se tourner. Face à l’effondrement des chaînes d’approvisionnement des produits agricoles, notamment en provenance de Russie et d’Ukraine, deux pays en guerre, la quasi-totalité des gouvernements africains utilisent désormais le levier des subventions pour continuer à produire les produits agricoles dont ils ont besoin, ce qui est évidemment plus cher.

À Lire  Les alternatives au café décaféiné sont-elles plus saines ? - BBC Nouvelles Afrique

Les gestes OCP particulièrement appréciés

Conscient d’avoir un rôle solidaire à jouer, le Groupe OCP a déjà livré gratuitement 550 000 tonnes d’engrais à 20 pays africains, qui pourront ainsi contribuer à nourrir quatre millions de personnes. Ce n’est pas tout, dès l’année prochaine l’OCP s’est également engagé à faire don de quatre millions de tonnes d’engrais supplémentaires à 35 pays africains, ce qui profitera à 40 millions de personnes (voir page suivante).

L’objectif est de renforcer la sécurité alimentaire sur le continent africain. Cependant, ces gestes ne peuvent pas être répétés indéfiniment. D’où la nécessité de réfléchir à des solutions d’achat d’engrais à des prix abordables pour les pays concernés.

La sécurité alimentaire est un défi mondial

Dans l’attente des recommandations du Forum, dont les travaux s’achèvent aujourd’hui, la BAD annonce que l’année prochaine un Forum sera organisé à Dakar pour construire un plan d’autosuffisance alimentaire sur le continent africain. L’objectif est d’assurer la sécurité alimentaire en Afrique. Un objectif, semble-t-il, encore inatteignable à court terme puisque, selon le dernier rapport publié annuellement et conjointement par la FAO, le FIDA, l’OMS, le PAM et l’UNICEF, le monde perd du terrain dans sa lutte contre la faim, l’insécurité alimentaire et la malnutrition sous toutes ses formes.

Seulement huit ans nous séparent de l’horizon 2030. Cependant, le chemin qui reste à parcourir pour atteindre les objectifs associés au deuxième Objectif de Développement Durable (ODD 2) s’élargit d’année en année. Certes, il y a des efforts dans ce sens, mais ils sont clairement insuffisants compte tenu du contexte le plus difficile et incertain. L’intensification des principaux moteurs des tendances récentes de l’insécurité alimentaire et de la malnutrition (conflits, conditions climatiques extrêmes et chocs économiques), couplée au coût élevé des aliments nutritifs et aux inégalités croissantes, continuera de mettre à rude épreuve la sécurité alimentaire et nutritionnelle.

À Lire  Une étude montre l'impact environnemental de 57 000 produits vendus dans les supermarchés

Cet état de fait perdurera jusqu’à ce que les systèmes agroalimentaires soient transformés, deviennent plus résilients et fournissent des aliments nutritifs et abordables et des régimes alimentaires sains dans un environnement durable et inclusif.

Quel est le mécanisme de financement du développement des engrais en Afrique ?