Airbnb : êtes-vous couvert en cas de sinistre ?

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Posté

le 04/03/2015 à 11:01

Malgré la garantie de la plateforme de location de logement entre particuliers, votre logement disponible pour un week-end n’est pas sans risque. Le point avec Nathalie Roze, avocate spécialisée en droit immobilier.

Fuites d’eau, moquette tachée, vases cassés, voire changement des parties communes, le passage des vacances Airbnb peut parfois laisser des traces. Pour rassurer les locataires potentiels qui sont à la base de son service, la plateforme de location de logements entre particuliers promet une garantie gratuite et à « un niveau sans précédent dans le secteur du voyage » précise le site : elle doit subir la couverture des dommages à hauteur de 700.000 euros. Une somme incroyable qu’il convient néanmoins de relativiser. « L’activation de cette garantie n’est pas très claire », explique Nathalie Roze, avocate spécialisée en droit immobilier. Sur la page de son site dédiée à sa protection, Airbnb précise d’abord que le bénéfice de la couverture ne peut être demandé que pour les logements « éligibles ». Sont donc automatiquement exclus tous dégâts constatés dans le logement, dont les « invités », eux-mêmes locataires, n’ont pas l’autorisation de leur propriétaire de sous-louer. La plateforme précise ensuite que la couverture ne peut être demandée que « dans le cas rare où ce dommage d’un voyageur n’a pas été résolu directement avec lui ». Plus qu’une protection systématique, la garantie hôte intervient donc davantage en dernier recours, ce qui limite son intérêt.

Mais le spécialiste note surtout qu’Airbnb souligne à plusieurs reprises que la garantie hôte ne remplace pas l’assurance habitation classique. « Cette garantie de 700.000 euros est finalement plus rassurante que d’appliquer », assure Nathalie Roze. Il permet également aux propriétaires ou locataires Airbnb de rappeler que l’hôte ne doit proposer un logement que s’il est assuré. « C’est une obligation légale », ajoute l’avocat, qui précise que si le contrat de location via Airbnb est de longue durée, il est possible de demander au visiteur de souscrire une assurance complémentaire couvrant la durée de son séjour. Une démarche impossible si la location ne dure qu’un week-end. Enfin, l’avocat explique qu’en cas de dommage non intentionnel, l’assurance responsabilité civile du voyageur est suffisante.