Anti-piscines à Sainte-Soline : « Fait pour durer », les habitants craignent

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Plus d’un millier de gendarmes restent dans les Deux-Sèvres pour empêcher la création d’une ZAD contre la construction d’une adduction d’eau agricole à Saint-Soline. Dans ce village de moins de 400 habitants, une dispute entre des militants écologistes et la police inquiète.

Voitures et camping-cars ont déjà pris la route, les tentes principales, ou la cantine, ouvriront ce lundi 31 octobre. Le porte-parole de « Bassin Non Merci » Julien Le Guet a résumé lors de l’assemblée générale d’hier : « On va passer à un régime de camp plus compact, on va passer à un autre rythme. Vous pouvez dormir ici jusqu’à mercredi au moins. »

L’action militaire contre le projet d’hydraulique agricole de Saint-Soline (Deux-Sèvres) a pris racine, une zone de protection (ZAD) pourrait y être implantée. De quoi changer le quotidien des riverains.

>>Manifestation anti-piscine à Sainte-Soline : qui sont les militants qui luttent contre le projet ?

La séquence des événements reste floue pour le moment. Julien Legay entend bien valoriser le terrain prêté par l’agriculteur aux antibassins. « Nous avons le terrain jusqu’au 19 mai, nous avons l’intention de l’utiliser pleinement. ZAD, pas ZAD ? Je sais que c’est une grande question. Laissons la surprise à notre gouvernement », rigole le militant.

Gérald Darmanin a une idée. Surtout, le ministre de l’Intérieur ne veut pas que la situation s’enlise. Il évoque la possible démolition des tours de guet construites sur des terrains privés. Les habitants du village de Sainte-Soline espèrent aussi une normalisation. Le week-end a été difficile pour Pierre : « On souffre un peu à cause de cet événement. On attend un peu de voir ce qui va se passer. On ne sait pas comment la situation va évoluer et le fait qu’il y a tant de violence derrière. est impressionnant. »

À Lire  X-P NEON : nous essayions de nous faire conduire au salon du CBD

Des manifestants détruisent à coups de pioche une partie de la canalisation qui desservira le réseau de pompage de la future piscine de Sainte-Soline. Action toujours en cours. pic.twitter.com/TjP7DDraD0

Il dit qu’il est choqué par les images du tuyau coupé par l’usine hier. Un tuyau dans un champ qui devrait alimenter une méga piscine dans le futur. Stéphanie espère ne plus jamais revoir les « Black Blocks », à quelques mètres du domicile de ses parents. « On a entendu des voix lointaines et en fait ils sont arrivés très, très vite. On s’imaginait même que la manifestation n’aurait pas lieu ici. Ils sont arrivés là, tout en noir, avec des cagoules. C’était vraiment, vraiment dérangeant », se souvient l’habitant. , qui espère que cette décision ne nuira pas à l’image de la ville. « Sainte-Soline est un très beau village qui mérite d’être connu pour d’autres raisons aussi, avec un bel étang, une magnifique église du 12ème siècle. J’espère que la paix reviendra bientôt. »

Anti-Bassin a « armé » une conduite près du bassin de Sainte-Soline « qui devait l’alimenter » pic.twitter.com/akQbnHcEUX

D’autres habitants craignent le retour de leurs adversaires dans les prochaines semaines. « C’est sur les rails », s’extasie la dame anti-piscine, mais elle est ébranlée par cette mobilisation si importante. Plus d’un millier de gendarmes resteront sur place pour contrôler le mouvement, a annoncé hier le ministre de l’Intérieur.

Sainte-Soline : Crainte des riverains face à la poursuite des événements – Reportage de Willy Moreau