Apple, Google, constructeurs automobiles… Elon Musk en guerre…

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Avec le rachat de Twitter, Elon Musk a changé de statut et doit désormais composer avec des rivaux devenus ses clients. Pourtant, le milliardaire persiste dans ses communications offensives et a perdu un tiers de ses annonceurs ces dernières semaines.

Elon Musk a ouvert un nouveau front cette semaine. Et les ennemis cette fois ne sont pas moins gros qu’Apple et Google. Dans un tweet, le propriétaire de Twitter et de Tesla a laissé entendre qu’il pourrait envisager de fabriquer son propre smartphone, en concurrence avec des modèles fonctionnant sous Android (Google) et iOS (Apple).

En réponse à un YouTuber faisant allusion à l’hypothétique suppression de Twitter de l’App Store, Elon Musk a déclaré que « s’il n’y a pas d’autre solution, il construira un téléphone alternatif ».

C’est encore une fois la dernière acquisition d’un milliardaire qui joue avec. En rachetant Twitter et en licenciant les deux tiers de ses employés, Elon Musk met à mal la modération sur le réseau social. Cependant, Apple et Google garantissent la sécurité des applications proposées dans leurs magasins. Twitter en proie aux discours extrémistes et aux arnaques en tout genre ne sera pas accepté par ces deux géants de la technologie.

Musk interpelle Tim Cook

Pour mettre un avis dans sa poche, Elon Musk n’hésite pas à rappeler qu’Apple joue des tours aux collectionneurs dans sa boutique en prélevant une « taxe » de 30% sur tous les revenus générés par l’appli. Sur le même sujet : [Astuces] Assistance énergétique – Que pouvez-vous faire ? Nous sommes clairement éco-pédale !.

Dans le même temps, Apple a atténué sa publicité sur Twitter. Un très mauvais coup pour Elon Musk car le fabricant d’iPhone représente à lui seul 4% du chiffre d’affaires du réseau social (48 millions de dollars dépensés au premier trimestre 2022).

À Lire  Vous pouvez réduire vos versements hypothécaires mensuels! Connaissez-vous le rachat de crédit ou

Alors qu’Apple ne semble pas avoir complètement arrêté de communiquer sur Twitter (cette annonce le prouve), Elon Musk s’en prend toujours à Tim Cook dans une série de tweets, montrant que les patrons d’Apple ne sont pas d’ardents défenseurs de la liberté d’expression.

Elon Musk a l’habitude d’attaquer et de narguer ses adversaires. Lui et Jeff Bezos ont eu des conversations inutiles dans le passé sur la conquête spatiale. Plus tôt cette année, Musk a qualifié Mark Zuckerberg de « Louis XIV » d’Internet parce qu’il possède Facebook, Instagram et Whatsapp. Clous jusque-là sans conséquences.

Ceci pourrez vous intéresser :
L’office de tourisme de Colmar et sa région appliquera le récent arrêté…

Un annonceur sur trois a fui Twitter

Mais depuis le rachat de Twitter, le front s’est élargi. Outre les géants de la technologie, désormais les constructeurs automobiles, les compagnies aériennes, les sociétés pharmaceutiques et plus généralement tous les annonceurs potentiels de Twitter, le milliardaire risque de s’en prendre à lui.

Depuis la prise de contrôle du réseau social, un annonceur sur trois a momentanément cessé d’acheter ses publicités. Sur les dizaines d’entreprises concernées, 14 figurent dans le top 50 des annonceurs du Washington Post.

De Kellogg’s aux laboratoires Merck en passant par le géant des télécommunications Verizon ou la compagnie United Airlines, le constructeur General Motors ou le français Stellantis, toutes les marques boycottent désormais le site d’Elon Musk.

Ce n’est pas dommage de mettre des barres sur les roues des rivaux, le constructeur automobile est clairement le plus actif. General Motors a immédiatement interrompu ses publicités sur Twitter le lendemain de la prise de contrôle d’Elon Musk, et la PDG du groupe, Mary Barra, n’a pas tweeté depuis.

À Lire  Coincé au 250e étage dans l'ascenseur

Jaguar Land Rover est allé plus loin en promettant d’embaucher certains des milliers d’employés de Twitter licenciés ces dernières semaines.

En optant pour le modus operandi offensif, attaquant ouvertement ses clients rivaux avec le rachat de Twitter, Elon Musk ne prend aucune mesure de son nouveau statut. L’homme d’affaires milliardaire est désormais un patron des médias qui peut perdre gros en antagonisant les patrons et les entreprises comme il le fait aujourd’hui.

Pour rappel, une partie des 44 milliards de dollars payés pour acheter Twitter était constituée d’actions Tesla en garantie. Des actions qui ont perdu plus de 50% de leur valeur depuis le début de l’année.

Estimation immobilière : Évaluez le juste prix de votre bien
Ceci pourrez vous intéresser :
Evaluer le juste prix de votre bien : Une étape clé La détermination judicieuse…

Popularité en berne

Elon Musk maintient sa stratégie dans le domaine politique. Sa décision sur Twitter sera une « bataille pour l’avenir de la civilisation ».

Une dramatisation qui a galvanisé son énorme base de fans sur Twitter mais lui a coûté autre chose sur l’autre table : des affaires et des opinions. En 2022, la cote de popularité d’Elon Musk aux Etats-Unis a chuté de 8 points, passant de 54 à 46% d’opinion positive.

A voir aussi :
L’OPAH-RU (Programme d’Opérations d’Amélioration de l’Habitat – Rénovation Urbaine) est un programme…