Après 80 jours de pagaie, son périple se termine à Royan

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Par Stéphane DurandPublié le 17/08/2022 à 9:25

Lucien Hartmann est parti des sources de l’Ain, dans le Jura, en kayak gonflable. Il est arrivé à l’embouchure de l’estuaire de la Gironde en fin de semaine dernière après une aventure de plus de deux mois

Au départ, l’idée était de rejoindre le Portugal depuis le Jura en kayak. « C’était un défi pour moi. Je voulais rejoindre une copine dans deux mois. Sauf qu’au bout de deux mois, je n’étais même pas dans la Garonne », s’amuse Lucien Hartmann, qui a revu ses plans en se limitant à la France. Direction l’embouchure de l’estuaire de la Gironde où il est arrivé, à la pointe du Verdon, le vendredi 12 août, avant de traverser vers Royan. « Je pensais que 80 jours et 1 300 kilomètres suffisaient. D’autant plus que c’était la première fois que j’étais en kayak.

La rive gauche

Cet aventurier itinérant, qui « veut entrer dans la dynamique des sports extrêmes », a partagé son aventure sur Instagram (lulusebarre). Son itinéraire, il l’a dessiné avec l’application Google Maps en écrivant rivières de France. « Je me suis adapté au gré des circonstances », dit-il. Ceci pourrez vous intéresser : Interdiction de faire décoller et atterrir des passagers par voie aérienne pour les loisirs dans les zones montagneuses.. De l’Ain qui se jette dans le Rhône au nord de Lyon, en passant par les Gorges du Tarn puis la Garonne avant l’estuaire, Lucien a pagayé, fait de l’auto-stop et pagayé encore.

Sur l’estuaire, il suivait la rive gauche. « J’ai trouvé ça moins dangereux que de passer sous le pont de pierre à Bordeaux », raconte celui qui a mis quatre jours depuis son arrivée dans l’estuaire à Royan. Chapeau bas.

À Lire  On l'a essayé : Huawei Band 7, un autre type de montres connectées

Voir l’article :
Junk Energy sait bien que la caféine et l’adrénaline sont essentielles à…