Après le jardin punk, retrouvez le jardin en mouvement : 3 étapes faciles pour le franchir

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Symétrique, fleuri, maîtrisé au millimètre : c’est l’idée que beaucoup se font du jardin parfait. Cependant, des gens meurent contre cette vision étroite. Le paysagiste et pépiniériste Éric Lenoir a par exemple eu l’idée de conceptualiser un « jardin punk » dans un « petit mémoire » publié en 2018. Auparavant, un autre professionnel du végétal, Gilles Clément, avait développé sa méthode dite jardin ». L’idée que certaines plantes sont faites pour bouger dans le jardin. Le rôle du jardinier est alors de veiller à ce que ces déplacements soient suivis en fonction des saisons. A la clé : un meilleur terrain de jeu pour la biodiversité et une vision pour le jardinier qui prend la nature au lieu de la soigner.

Cette idée de jardin en mouvement a été développée par le paysagiste Gilles Clément sur son propre terrain, acheté en 1977 à la CREUSE. Dans une conférence qu’il a donnée en février 2021 à l’université Paris 8, le jardinier raconte avoir alors essayé, sur ce bout de terre, de « tout garder en vie ». Des plantes bien sûr, mais aussi des chenilles et des taupes, encore considérées par beaucoup comme des nuisibles.

Son deuxième acte de résistance fut de « prendre en compte la mécanique des espèces ». C’est-à-dire suivre les déplacements de certaines plantes dont les graines, notamment éoliennes, sont semées ailleurs sur le sol. Alors que certaines mains vertes aimeraient tondre la pelouse et jeter les plantes plantées là où elles ne le devraient pas, Gilles Clément a choisi de laisser ses plantes se charger de modifier l’architecture de son jardin. Vous aimez cette vision du jardinage ? Voulez-vous le ramener à la maison? Voici quelques conseils à suivre.

À Lire  Vidéo en Béarn : "Mange-tout", une recette de la belle jardinière Carol Reid-Gaillard

Repérer les espèces de végétaux sur son terrain

Repérer les espèces de végétaux sur son terrain

Gilles Clément le rappelle dans sa conférence : certaines plantes sont dites « statiques ». C’est-à-dire qu’une fois plantés, ils ne bougeront plus et repousseront au même endroit, d’une saison à l’autre. En revanche, comme le pissenlit par exemple, les fleurs et leurs graines sont plantées quelques mètres voire centaines de mètres plus longtemps. Ainsi, avant de passer à l’exercice du jardin mobile, il est préférable d’identifier les différentes plantes, fleurs et même les arbres de votre jardin. C’est le meilleur moyen de pouvoir mieux prédire le comportement de vos plantes.

Quel est le secret pour avoir de belles pensées dans son jardin ? - Infobourg
Ceci pourrez vous intéresser :
Comment cultiver et entretenir des pensées dans son jardin ? Les pensées…

Respecter les mouvements des plantes

Respecter les mouvements des plantes

Lorsque vous allez entretenir votre jardin, il convient alors de le modifier en fonction du terrain. Gilles Clément n’a pas à inventer un plan imprimé sur une feuille A4 : l’amateur ou le professionnel qui pratique le jardinage travaillera en se déplaçant juste à cause de l’observation des plantes in situ. Sur le même sujet : Biganos : Dimanche, tous aux jardins avec La Molène. Lorsque le moment sera venu de tailler, pour créer un petit chemin par exemple, le jardinier le fera selon les usages mais aussi selon la présence, ou non, de plantes qui nous intéressent. Pour Gilles Clément, c’est essentiel « l’artisanat et l’artisanat ».

« Faites tout ce qu’il peut, et le moins possible contre lui. »

Conseils de jardinage à demander
Lire aussi :
Pour éviter que les semis ne refroidissent, ils doivent être plantés lors…

Reconsidérer les accidents

Reconsidérer les accidents

Un arbre est tombé sur votre terrain ? Saviez-vous qu’il n’est peut-être pas mort ? Gilles Clément en a fait l’expérience dans son jardin lorsqu’un pommier est tombé puis qu’une branche a poussé vers l’ouest perpendiculairement au cep. Les fleurs continuent d’y pousser et les fruits y sont toujours cueillis, même après plusieurs années, dit-il. Le paysagiste rappelle alors qu’une branche malade ne veut pas dire que tout l’arbre est malade aussi. Pour lui, notre connaissance de ces plantes majestueuses est encore très faible et il y a encore tant à apprendre d’elles. Alors réfléchissez bien avant de les couper.

À Lire  Une cinquantaine d'exposants sont attendus à la Fête des Plantes à Saint-Briac

Grâce à cette façon d’envisager le jardinage, Gilles Clément exige des pratiques plus en phase avec la nature, surtout à l’heure du changement climatique où les jardiniers n’auront d’autre choix que de s’adapter, a-t-il encore dit en concluant son intéressante conférence.

Cet article vous intéresse ? Continuez à lire avec :

6 conseils de jardinage simples pour avoir la main verte
A voir aussi :
Grâce à ces astuces simples et peu coûteuses, vous allez enfin pouvoir…