Assurance chômage : « Il faut aller plus loin », selon Olivier Dussopt

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée, Sara vous présente les nouveaux faits d'actualité 

Sur BFMTV, le ministre du Travail a souligné l’utilité de la « concertation » avec les acteurs sociaux, pour « favoriser la reprise de l’emploi et améliorer l’efficacité de l’assurance chômage ».

« Quand ça va bien, on resserre les règles et, quand ça va mal, on les assouplit ». Le ministre du Travail Olivier Dussopt estime qu' »il faut aller plus loin » en matière de réforme de l’assurance-chômage et détaille ses axes de travail, dans un entretien au Parisien publié ce mardi 26 juillet. Alors que l’exécutif s’est fixé un objectif de plein emploi d’ici 2027, ce qui signifie un taux de chômage autour de 5% contre 7,3% aujourd’hui, Olivier Dussopt a assuré que cet objectif est « possible » grâce aux réformes du RSA et de l’assurance-chômage.

« Il y a urgence : la réforme de l’assurance-chômage décidée en 2019 et mise en place en 2021 en raison du Covid, de voir ses règles prolongées. Elles expireront le 1er novembre 2022 », précise le ministre. Cela passera par un texte de loi présenté à la rentrée, qui sera le premier au menu du Parlement après la trêve estivale début octobre. Le ministre a expliqué que le gouvernement veut étendre ces règles controversées « pour que cette réforme continue à produire des résultats positifs et pour réfléchir à la prochaine étape ». « Il faut aller plus loin », poursuit-il. « Nos règles d’indemnisation doivent tenir compte de l’état du marché du travail, tout comme le Canada, par exemple », a-t-il expliqué, reprenant l’engagement de campagne d’Emmanuel Macron.

«Nous aborderons ce sujet dès la rentrée»

«Nous aborderons ce sujet dès la rentrée»

« Après avoir proposé la diffusion de ces mesures au Parlement, nous consulterons l’ensemble des organisations syndicales et professionnelles pour favoriser le rétablissement de l’efficacité de l’assurance chômage », a ajouté Olivier Dussopt quelques heures plus tard, sur BFMTV. « Des champs peuvent être ouverts sur la durée de l’indemnisation et son caractère décroissant. Lire aussi : Le scooter à trois roues Kymco CV3 arrive chez le concessionnaire. Ces paramètres seront discutés au sein de la concertation », a-t-il d’abord souligné. Concernant l’évaluation du passage à un « bon état » ou à un « état dégradé », il estime qu' »elle doit être objective ». C’est selon les « critères, le trimestre d’affilée avec une amélioration de l’emploi, ou selon un comité qui nous donne un avis, les méthodes ne se sont pas « arrêtées ».

Lire aussi Assurance chômage : comment Emmanuel Macron veut moduler la générosité des allocations

Interrogé sur la transformation de Pôle emploi France Travail, le ministre a réfuté le changement de nom cosmétique et a confirmé, sans entrer dans les détails, que cela conduirait à « une simplification et une meilleure coordination des acteurs (collectivités territoriales, acteurs privés…) ». . Concernant le RSA, le président veut allouer 15 ou 20 heures sous la condition « d’une activité effective permettant l’insertion », a précisé Olivier Dussopt, précisant que « les nouvelles modalités seront mises en place dès que possible ». . L’objectif est que les 1,95 milliard d’allocataires du RSA « retrouvent des opportunités d’emploi par la formation, l’insertion et l’accompagnement », a expliqué le ministre du Travail.

Concernant les retraites, il a enfin précisé que la concertation « commencera après la réunion du Conseil national de la Fondation, en septembre », assurant que « l’été 2023 est l’horizon pour que les premiers effets de la réforme se fassent sentir ».

À VOIR AUSSI – Salaires, retraites, avantages sociaux… Olivier Dussopt défend la loi du pouvoir d’achat

Évitez les arnaques aux investissements en ligne grâce à cette astuce
Sur le même sujet :
La liste des victimes d’escroqueries en ligne s’allonge chaque année. Ils sont…

À Lire  Top 10 des motos les plus volées