Assurance-vie, PEA, compte-titres, PER : quel mode de placement choisissez-vous pour investir en bourse ? Et qu’en est-il de la fiscalité ?

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Avant d’acheter des actions, l’épargnant doit décider comment s’y prendre : où investir ces titres ? Bien que les taxes soient un élément clé, elles ne devraient pas être votre seul guide.

Avant de choisir un compte-titres, vous devez également connaître votre horizon d’investissement, savoir quels types de titres vous souhaitez acheter et si vous souhaitez investir en actions directement en les sélectionnant vous-même ou par l’intermédiaire de sociétés de gestion de fonds.

Sommaire

Le plan d’épargne en actions (PEA)

Le plan d’épargne en actions (PEA)

La Banque de France en dénombrait 6,2 millions fin 2019, et avec cet engouement récent pour les marchés, on peut supposer que leur nombre a augmenté depuis. Le PEA est l’enveloppe qui offre la fiscalité la plus attractive pour les actions : tant que les fonds restent bloqués pendant cinq ans, il n’y aura plus d’impôt sur le revenu, ni sur les plus-values, ni sur les dividendes. Seules les cotisations sociales sont dues. Voir l’article : Emprunteurs et assurance habitation : lier crédit et GRH, une pratique juridique… mais pas tout à fait équitable. Par ailleurs, la loi Pacte du 23 mai 2019 a considérablement assoupli son fonctionnement. Le PEA peut être complété par le PEA-PME (destiné au financement des petites et moyennes entreprises) et, sous certaines conditions, par le PEA jeunes.

« Avec des conditions fiscales aussi favorables et l’assouplissement apporté par la loi Pacte, il serait dommage de perdre ces deux enveloppes », estime Yvan Vaillant, directeur de l’ingénierie patrimoniale d’Edmond de Rothschild.

– la ligne de trésorerie sur laquelle vous effectuez des versements et sur laquelle vous puisez pour investir. Cette ligne est aussi celle où seront versés les dividendes que vous encaisserez.

– portefeuille-titres après investissements initiaux.

Pour des raisons techniques, l’ouverture d’un PEA entraîne souvent également l’ouverture d’un compte-titres sans avoir à être actif.

Le PEA est une enveloppe de long terme : pour profiter de ses avantages fiscaux, il faut investir sur une longue durée. Le premier versement ne peut être effectué avant le cinquième anniversaire du plan (sinon, le plan sera fermé).

Mais cette durée minimale, qui immobilise les fonds dans le plan, ne gèle pas votre investissement. Même si les sommes économisées ne peuvent pas sortir de l’enveloppe du PEA, le souscripteur peut être actif sur les marchés.

Ainsi, durant les cinq premières années, elle a le droit d’investir de nouvelles sommes dans son plan, d’acheter des titres, de les revendre, d’apporter à la société qui annonce une offre publique (OAS) et d’utiliser le dividende. il a été payé pour réinvestir. A l’inverse, s’il estime avoir fait un beau retour sur une action, il peut la revendre, ajouter le montant récupéré à sa trésorerie, ce qui lui permet d’attendre une nouvelle opportunité d’investissement.

Après cinq ans du plan, il peut effectuer des versements partiels sans clôturer le plan et peut continuer à investir même après ces versements. Le plan d’épargne devient donc à cet âge une enveloppe dans laquelle vous pouvez entrer et sortir librement.

Quels titres le PEA peut-il détenir ?

actions françaises et européennes ; des parts de fonds à dominante actions européennes (SICAV, FCP, ETF, fonds indiciels) ; les actions de sociétés non cotées ayant leur siège social dans l’Union européenne ou l’Espace économique européen, dans les limites prévues ; Certificats.

Le PEA-PME peut également héberger : des obligations convertibles ou échangeables en actions cotées ; obligations remboursables en actions non cotées ; certains titres émis par des plateformes de financement participatif (obligations à taux fixe ou mini-obligations).

Le PEA, en revanche, n’est pas une enveloppe pour :

– les activités internationales en dehors de l’Union Européenne et de l’Espace Economique Européen. Des investissements sont possibles en Norvège, en Islande et au Liechtenstein). Mais, Brexit oblige, les actions anglaises ne sont plus autorisées dans le PEA. Les personnes qui en possèdent ont jusqu’au 30 septembre 2021 pour les revendre.

– les opérations financées par le SRD.

Combien puis-je investir dans le PEA ?

Dans le cas du PEA classique, l’investissement maximum est de 150 000 €. Dans le cas du PEA-PME, la loi Pacte a porté le montant investi de 75 000 euros à 225 000 euros.

Mais dans les deux cas vous ne pouvez pas dépasser, avec deux enveloppes (PEA et PEA-PME), 225 000 € de versement total.

Chaque grand contribuable peut avoir un PEA et un PEA-PME, pas plus. Petite nouvelle : avant la loi Pacte de mai 2019, les jeunes devaient avoir un foyer indépendant de leurs parents pour ouvrir un PEA. Aujourd’hui, ils peuvent rejoindre PEA-jeunes, même s’ils sont apparentés au foyer familial. Ils peuvent l’ouvrir entre 18 et 21 ans et même jusqu’à 25 ans s’ils sont étudiants. Leurs versements sont plafonnés à 20 000 €, et ce montant est déduit des sommes versées dans le PEA classique de leurs parents. Avantage? Même avec de petites enveloppes investies, PEA-jeunes vous permet de fixer la date. Le jour où le jeune quitte enfin le nid, son PEA-jeunes se transforme automatiquement en PEA classique sans perdre d’ancienneté. Dès lors, le plafond de versement ne sera plus de 20 000 € mais de 150 000 € (et les parents retrouveront leur pleine capacité d’investissement).

Fiscalité des PEA, PEA-PME et PEA-jeunes

Après le cinquième anniversaire du plan, vous pouvez effectuer des versements avec une fiscalité très attractive : seules les cotisations de Sécurité Sociale sont dues sur vos revenus. Et le système de frais est très avantageux pour l’investisseur.

Dividendes. Ils sont payés annuellement (ou trimestriellement pour certaines entreprises). Les cotisations sociales ne sont pas payées au moment de leur versement, mais au moment de leur sortie du PEA. En conséquence, les dividendes peuvent être entièrement réinvestis.

Les gains en capital. Comme les dividendes, ils ne sont soumis aux prélèvements sociaux qu’après la sortie du PEA.

Calcul du revenu imposable. Lors du premier retrait, on regarde : les montants investis et la valeur du portefeuille à la date du retrait. C’est la différence entre les deux sommes qui permet de calculer le bénéfice soumis aux cotisations sociales.

Calcul des taux de prélèvements sociaux applicables.

Pour les plans ouverts avant le 1er janvier 2018, la règle du taux historique s’applique. Le taux des cotisations sociales applicable à ce moment est appliqué en fonction des années d’enregistrement des bénéfices.

Pour les plans ouverts à compter du 1er janvier 2018, le taux de cotisations sociales en vigueur au moment de la récupération sera appliqué à tous les bénéfices imposables, même s’ils sont imputés sur les plus-values ​​et les anciens dividendes. Si, par exemple, les cotisations sociales sont portées à 20 % en 2023, le taux de 20 % sera appliqué à tous les revenus, y compris ceux enregistrés aujourd’hui où les cotisations sociales sont de 17,2 %.

Et si je dois me débarrasser du PEA dans les cinq ans ?

Ce n’est pas recommandé, mais certaines circonstances rendent la clôture nécessaire. En cas de clôture anticipée à compter du 1er janvier 2019, les bénéfices sont imposés comme sur un compte-titres, c’est-à-dire qu’ils sont soumis à un prélèvement forfaitaire unique de 30% (12,8% d’impôt + 17,2% de prélèvements sociaux).

En cas de décès du titulaire ou d’utilisation des fonds pour acheter ou créer une entreprise (sous certaines conditions), il est exonéré d’impôt. Des cotisations sociales de 17,2% restent dues.

Comment suis-je imposé en cas de pertes ?

La moins-value est appréciée pour tous les investissements du PEA. Si vous devez comptabiliser un PEA et que vous subissez une moins-value, il n’y aura pas d’impôt.

– Pour le règlement du PEA avant son 5ème anniversaire : le plan est soumis à la taxe sur les comptes-titres. Cela signifie que s’il s’agit de moins-values, ces dernières peuvent être imputées sur les plus-values ​​du compte-titres sur les dix prochaines années. Ils réduiront l’assiette fiscale pendant cette période (BOI-RPPMPVBMI-20-10-40 § 300).

– Si vous faites un PEA après son 5ème anniversaire : la règle est la même tant que vous le liquidez complètement.

Il s’agit d’un PEA ouvert non pas dans une banque, mais dans une compagnie d’assurance. Il fonctionne exactement de la même manière que le PEA classique. A une exception près : il vous permet de convertir votre capital en rente à la fin du plan quinquennal, voire bien plus tard. Et de toutes les rentes, celle obtenue via l’assurance PEA est la moins taxée ! Les mensualités ne sont soumises qu’à des prélèvements sociaux de 17,2%, ce qui est très avantageux pour les ménages fortement imposés.

Si votre PEA est un PEA bancaire et que vous envisagez de le transformer en rente, vous devrez le transformer en PEA Assurance. Dans certaines institutions, notamment celles qui fonctionnent à la fois comme une banque et une compagnie d’assurance, il s’agit d’une simple formalité. Dans d’autres, il y aura des frais de transfert. Obtenez vos calculs juste avant de vous précipiter.

RiskAssur : 3 bons plans pour casser son assurance moto sans se ruiner (de RiskAssur, le magazine du Risque et de l'Assurance)
Sur le même sujet :
Ecrire un commentaire3 conseils pour votre assurance moto sans vous ruiner. Article…

Le compte-titres

Le compte-titres

Le compte-titres n’impose aucun délai ni plafond de paiement. Vous pouvez en stocker quelques-uns, entrer et sortir à votre guise, et surtout vous pouvez stocker tous les instruments financiers que vous souhaitez. Il s’agit donc de l’enveloppe la plus classique, celle que l’on retrouve souvent dans les familles d’actionnaires historiques de l’entreprise, ou celle vers laquelle on se tourne lorsqu’on sature les montants à investir dans le PEA, ou tout simplement lorsqu’on souhaite diversifier ses classes d’actifs (par exemple obligations ou actions hors Europe) qui sont interdites dans le PEA). Enfin, c’est par le biais du compte-titres que les adeptes du SRD effectuent des transactions.

De 2012 à 2018, tous les bénéfices déclarés étaient soumis à un barème d’imposition progressif qui pénalisait lourdement les gros contribuables : le compte-titres a clairement perdu de sa superbe… Maintenant qu’il est imposé avec un impôt forfaitaire de 30 %, du moins pour les souscripteurs les choses sont claires et il a trouvé plusieurs couleurs. C’est aussi une enveloppe à faveurs quand on n’a pas le temps devant soi, quand on a une grosse somme à investir en actions et quand on envisage de percevoir régulièrement des dividendes pour nourrir son train de vie.

De plus, le compte titres peut être fragmenté (les titres appartiennent au propriétaire ordinaire mais l’utilisateur perçoit le dividende). Il n’y a pas de critère d’âge, il est donc possible d’en ouvrir un pour un enfant mineur. Il peut s’agir d’une donation ou d’un héritage.

Lors de l’achat d’un titre, le montant requis est débité de votre compte espèces. Au moment de la vente, le montant de la vente est déposé sur le compte espèces. Sont également prélevés sur ce compte des frais de gestion, droits de garde… Les dividendes des sociétés du portefeuille sont également versés sur le compte espèces.

Quels titres peuvent être détenus sur un compte-titres ?

Le périmètre des titres éligibles sur un compte-titres est beaucoup plus large que dans le PEA :

– actions : alors que le PEA est limité aux titres européens, le compte-titres permet d’investir en actions du monde entier.

– les obligations : elles ne sont pas non plus autorisées par le PEA, sauf pour les obligations convertibles qui sont autorisées par le PEA-PME.

– Parts de FCP ou de SICAV, quelle que soit la zone géographique d’investissement,

Deux types de gains sont imposés de manière différente : les revenus (dividendes en actions et coupons d’obligations) et les gains en capital.

Dividendes et coupons. L’abonné peut choisir entre :

– un forfait unique ou un impôt forfaitaire de 30 % (12,8 % d’impôt sur le revenu et 17,2 % de cotisations sociales). C’est cette taxe qui s’applique par défaut et sans déduction de CSG.

– un impôt au barème progressif, favorable aux bas salaires et à la faible fiscalité. (un bénéfice significatif s’ajoute au revenu de l’année et augmente mécaniquement le taux d’imposition des ménages). Des cotisations de Sécurité Sociale de 17,2% sont également dues dans ce cas, mais vous pouvez déduire 6,8% de la CSG déductible de votre revenu imposable. N’oubliez pas que si vous optez pour un barème progressif, il s’applique à l’ensemble de vos gains en valeurs mobilières cette année.

Le paiement se déroule en deux étapes :

– dans le cas d’un paiement de coupon ou de dividende, l’établissement financier prélève automatiquement un abattement forfaitaire de 12,8% pour non-exécution.

– après avoir rempli la déclaration d’impôt (c’est-à-dire l’année suivante), le bureau des impôts calculera le montant des cotisations de sécurité sociale, qui sera mentionné dans le décompte final.

Plus-values ​​de cession. Là encore, l’actionnaire a le choix entre deux types d’imposition :

– une commission forfaitaire unique de 30% (qui ne permet pas de déduction pour la durée de détention).

À Lire  6 mois de prison pour 6 délits à moto

– imposition selon un barème progressif et 17,2% de cotisations sociales. Dans ce cas, vous pouvez bénéficier d’une allocation de rétention pour les titres achetés avant le 1er janvier 2018.

Mais surtout, le calcul du revenu du capital imposable peut être compliqué.

Si les titres ont été acquis avant le 1er janvier 2018 et que le propriétaire décide d’imposer au barème progressif, il peut appliquer un abandon de plus-value sur la période de conservation :

– 50% de réduction s’ils détiennent le titre depuis au moins deux ans

– 65% de réduction si vous détenez le titre depuis au moins huit ans.

A noter que cette déduction est pour le calcul de l’impôt, mais pas pour les cotisations sociales, qui sont déduites de la totalité de votre plus-value (avant déduction).

Les plus-values ​​peuvent être réduites si l’actionnaire a réalisé des moins-values ​​au cours de l’année.

Un actionnaire peut également enregistrer une perte en capital au cours de l’année.

Ce montant n’est pas déductible du revenu imposable. En revanche, il peut être déduit des plus-values ​​boursières des dix prochaines années.

Veuillez noter que l’impôt sur les plus-values ​​de cession est retenu très tardivement. Ainsi, la cession de titres en janvier 2019 ne sera déclarée dans la déclaration de revenus de 2019 qu’en 2020. Le montant à verser ne sera connu et appelé qu’après réception de la déclaration de revenus par le contribuable, soit en juillet ou août 2020…

Et si vous receviez un compte-titres par succession ou donation…

Le compte-titres ne bénéficie pas de la fiscalité non compétitive de la transmission d’assurance-vie : il est taxé sur les transmissions libres (donation ou succession) comme tout autre bien. Ne négligez pas cette opération, elle pourra vous être utile par la suite. « Ces droits de succession ou de donation viennent s’ajouter au coût global du portefeuille », rappelle Yvan Vaillant, directeur de l’ingénierie patrimoniale du groupe Edmond de Rothschild. « Vous pouvez les utiliser d’un point de vue fiscal. Un compte-titres d’une valeur de 100.000 euros et soumis à 20% de droits de succession a un coût de 120.000 euros. En vendant les titres (pour 100.000 EUR), vous générez une moins-value fiscale de 20.000 EUR. Cette moins-value peut être déduite des autres plus-values ​​des ventes gagnantes. Si vous n’avez pas d’autres positions à régler, vous pouvez les déduire des plus-values ​​réalisées sur les marchés au cours des dix prochaines années. »

Assurance RC pro : 5 raisons de souscrire
Sur le même sujet :
Un ordinateur portable cassé, un bien détruit, l’invalidité d’une personne suite à…

L’assurance vie

L’assurance vie

Autant le dire tout de suite : si c’est sans doute le placement préféré des Français avec 1 789 milliards d’euros d’actifs en 2020, ce n’est pas à cause des actions. L’assurance-vie bénéficie d’une fiscalité sur le revenu très favorable et d’une fiscalité de transmission imbattable. Tout d’abord, elle a jusqu’ici pleinement satisfait les réticences des Français avec ses fonds en euros, qui garantissent le capital investi par les épargnants et les intérêts remboursés annuellement. Ils représentaient encore 78% des impayés fin 2019, selon la Fédération française de l’assurance (FFA).

L’assurance-vie, cependant, est un package à long terme qui convient bien aux investissements de marché. Il n’y a pas de limite aux montants déposés, et le nombre de contrats par personne est illimité. Vous pouvez investir à tout âge, mais attention aux apports clairement exagérés.

Un contrat d’assurance-vie est une enveloppe offrant la possibilité d’investir sur plusieurs types de supports :

– fonds en euro, garanti, qui s’élevait encore en 2019 à 1,5% (source : Fédération Française de l’Assurance).

– des unités de compte, c’est-à-dire d’autres types de véhicules d’investissement, non garantis : SICAV, FCP, ainsi que certaines SCPI etc.

Attention! Contrairement à ce que l’on entend souvent, les sommes investies ne sont pas « immobilisées » pendant huit ans. Le retrait (en assurance-vie on parle de « rachat ») ne met pas fin au contrat. A l’inverse, pour les sommes retirées avant le huitième anniversaire de l’accord, l’imposition des bénéfices est moins favorable.

Après huit ans, le contrat peut continuer à être en vigueur, être régulièrement approvisionné ou inversement, être partiellement remboursable, etc.

Quelles garanties peut-on inclure dans un contrat d’assurance-vie ?

A quelques exceptions près, il n’est pas possible d’avoir des sûretés directement dans le contrat d’assurance-vie.

L’assurance-vie est le domaine de la gestion collective ! Mais tous les univers d’investissement sont possibles : actions, obligations, fonds diversifiés (mixant actions et obligations), fonds flexibles (le gérant se laisse la possibilité de détenir 100% des actions du portefeuille ou au contraire 100% du passif). Les géographies sont illimitées et les styles de gestion sont vastes : growth (croissance), value (actions sous-évaluées), fonds technologiques, fonds spécialisés dans les biens de consommation, fonds investissant dans les valeurs aurifères, fonds ISR… On trouve même des fonds fonciers et actions. marché immobilier et certaines SCPI. Ces valeurs sont souvent dédoublées pour les Français car leur patrimoine est surinvesti dans l’immobilier.

C’est pourquoi nous avons choisi de ne pas en parler dans ce guide.

La plupart des contrats proposés par les établissements du réseau ne proposent que des fonds gérés par leurs filiales de gestion. Privilégiez les contrats dits « à architecture ouverte », qui vous offrent un large choix de fonds gérés par un grand nombre de sociétés de gestion. La plupart des contrats d’assurance-vie en ligne proposent également une grande variété de supports d’investissement (plusieurs fonds par zone géographique, etc.)

Possibilité d’arbitrage en vertu du contrat

Même si vous devez investir pendant huit ans pour bénéficier de la fiscalité avantageuse de l’assurance-vie, vous pouvez toujours financer votre contrat pendant cette période (même par des versements réguliers recommandés).

L’arbitrage est également possible : si vous n’êtes pas satisfait du fonds, ou si vous estimez que la croissance ralentit dans la zone géographique dans laquelle il investit, vous pouvez revendre et réinvestir vos parts, soit dans le fonds en euro, soit dans d’autres unités de compte .

L’assurance-vie est une enveloppe de capitalisation. La taxe n’est prélevée qu’à la sortie, en cas de rachat ou de décès du souscripteur.

« C’est l’un des plus grands avantages de l’assurance-vie », explique Yvan Vaillant, directeur de l’ingénierie du patrimoine chez Edmond de Rothschild. « Tout mouvement sur les unités de compte est autorisé, mais tant qu’il n’y a pas de versement ou de rachat des sommes investies en assurance-vie, il n’y a pas de frais. Seul le fonds euro est soumis aux prélèvements sociaux dans la durée », rappelle-t-il.

Il en va de même pour les cotisations sociales pour toutes les unités de compte : elles sont calculées sur la base du montant total des gains dans le temps. En revanche, les intérêts générés par le fonds en euros sont prélevés annuellement au fur et à mesure des versements.

L’avènement de la flat tax a changé beaucoup de choses dans la fiscalité des rachats et il faut désormais faire la distinction entre les sommes versées avant le 27 septembre 2017 et celles versées plus tard.

Pour les sommes versées à partir du 27 septembre 2017 :

– pendant les huit premières années de la durée du contrat, la partie amortissable du bénéfice est soumise à un impôt forfaitaire de 30 % (12,8 % d’impôt et 17,2 % de prélèvements sociaux).

– après huit ans de contrat : chaque année, le souscripteur peut racheter une partie des intérêts et toucher jusqu’à 4 600 EUR (9 200 EUR pour un couple). Les salaires dépassant ces montants sont imposés au taux de 7,5% et supportent des cotisations sociales de 17,2%.

Et s’il étale ses rachats dans le temps, tant que la part des bénéfices liés à ses rachats n’excède pas 4 600 € par an, il peut supprimer entièrement l’impôt. En revanche, les cotisations sociales restent dues. Si les souscripteurs ont versé plus de 150 000 € d’assurance-vie, les rachats pour les versements supérieurs à ce montant sont soumis à un forfait unique (PFU) de 30 % (12,8 % fiscalité et 17,2 % prélèvement social).

Pour les paiements effectués avant le 27 septembre 2017, les gains seront imposés comme suit :

Si le contrat est de 0 à 4 ans : forfait de 35 % ou taux progressif optionnel majoré de 17,2 % de prélèvements sociaux.

Si le contrat est de 4 à 8 ans : forfait de 15 % ou taux progressif optionnel majoré de 17,2 % de prélèvements sociaux.

Si le contrat est supérieur à 8 ans : abattement forfaitaire de 7,5 % après application du supplément de 4 600 € de salaire par an pour une personne seule plus 17,2 % de prélèvement social sur l’ensemble des revenus.

Elle fait de l’assurance-vie un véhicule de rêve pour le transfert de biens à ses proches. Pour déterminer l’imposition, nous prenons en compte l’âge auquel le versement a été effectué : avant ou après 70 ans.

Sommes versées avant 70 ans : Le souscripteur peut transférer jusqu’à 152 500 € par bénéficiaire, en franchise d’impôt !

Ainsi, un assuré qui décide de récompenser trois personnes de son choix peut laisser jusqu’à 457.500 euros totalement défiscalisés.

Autre avantage : les bénéficiaires de ce crédit d’impôt ne sont pas forcément des membres de la famille. L’assurance-vie permet donc de satisfaire un proche sans encourir des impôts élevés : en dehors de la ligne directe et des liens du mariage et de la Pac, les successions sont taxées à 60%…

Pour chaque bénéficiaire, la tranche comprise entre 152 500 EUR et 852 500 EUR est soumise à un abattement de 20 %. Pour les montants supérieurs à 825 000 euros, le taux est de 31,25 %.

Montants versés après l’âge de 70 ans. Même passé cet âge, taxer la transmission est attractif. Toutes les sommes investies, jusqu’à 30 500 €, ainsi que les intérêts qu’elles génèrent, sont exonérées de droits de succession. Mais attention, ce supplément est partagé entre tous les bénéficiaires.

Au-delà de 30 500 euros investis, la même fiscalité s’applique qu’en cas de succession.

Nouvelles mobilités : deux nouveaux partenariats avec des acteurs de l'aide
A voir aussi :
En plus des solutions d’assurance, les propriétaires de vélos et scooters électriques…

Les contrats de capitalisation

Les contrats de capitalisation

Ils ressemblent de manière confuse aux contrats d’assurance-vie, mais avec les droits de succession habituels.

S’ils ont eu peu de succès sur une longue période, c’est parce qu’ils étaient évalués sous l’ancien ISF à leur valeur faciale, c’est-à-dire pour les sommes versées. La plus-value n’a pas été prise en compte dans le calcul de l’ISF. Désormais, puisque cette taxe (taxe foncière – IFI) ne porte que sur l’immobilier, les épargnants qui disposent de liquidités sont plus détendus et ont moins besoin de ce type de contrat…

La fiscalité des rachats est la même que pour l’assurance-vie.

La fiscalité du transport est une fiscalité classique du transport (nous prenons en compte la valeur du contrat au moment du transport, y compris les plus-values ​​dans le calcul).

AGORAEXPAT : Le spécialiste de l'assurance santé outre-mer
Ceci pourrez vous intéresser :
Qu’il s’agisse d’une affectation familiale, d’un voyage d’affaires ou d’études à l’étranger,…

Les plans d’épargne retraite (PER)

Les plans d’épargne retraite (PER)

Pour ceux qui sont encore jeunes, le PER est l’enveloppe d’épargne la plus adaptée pour investir en bourse car ce sont des produits de très, très long terme : en théorie, les sommes ne sont remboursées… qu’au moment du départ à la retraite du souscripteur.

Le manque de fluidité qui effraie plus d’un épargnant et qui explique le peu de succès de ces enveloppes jusqu’ici. D’autant que le deuxième défaut, rédhibitoire aux yeux des Français, freinait leur enthousiasme : jusqu’en 2019, les conventions sous forme de capital étaient extrêmement limitées, voire tout bonnement interdites. Seule une pension d’invalidité était possible. Et en cas de besoin de trésorerie (divorce, achat de l’appartement principal, etc.), vous ne pourriez pas débloquer votre épargne. Pour le récupérer, il a fallu vivre une catastrophe comme le décès de votre conjoint, la fin de vos droits au chômage, ou le surendettement.

Pour inverser cette tendance, les pouvoirs publics ont sérieusement revu leur copie.

Les contrats PERP, Madelin et Préfon d’hier sont progressivement remplacés par le PER (Plan d’Epargne Retraite). Ces régimes de retraite d’un nouveau genre représentent deux avancées majeures par rapport à leurs ancêtres. D’une part, ils permettront une sortie de capital à la retraite et un cas de déblocage anticipé heureux : l’acquisition de la résidence principale. En revanche, ils sont à gérer de manière plus dynamique. Par défaut, un conseil est dit « piloté », c’est-à-dire qu’il prend en compte l’âge du souscripteur et le temps dont il disposera avant la retraite pour déterminer quelle proportion de l’épargne sera exposée au risque de marché. Nous présentons ici les caractéristiques des PER individuels.

Durée d’abonnement : aucune.

Durée minimale : théoriquement jusqu’à l’âge de la retraite.

Le PER individuel est composé de trois compartiments :

– le premier correspond aux cotisations volontaires du souscripteur ; – le second correspond à ses cotisations et à la contribution de l’employeur à son plan d’épargne retraite collectif d’entreprise. Dans cette fourchette, il peut également payer les jours de vacances non utilisés et payés chez l’employeur ou les jours de son compte d’épargne qui lui sont payés ;

– le troisième montant correspond aux sommes résultant des cotisations obligatoires de son plan d’épargne retraite professionnelle obligatoire si son entreprise a mis en place ce régime et qu’il quitte l’entreprise.

Quels titres peuvent être placés en PER ?

À quelques exceptions près, les régimes d’épargne-retraite existants ne permettent pas d’investissement direct en actions. Mais les fonds communs de placement investis en actions sont autorisés et même recommandés. Il existe également des fonds obligataires, des fonds monétaires, etc. Le périmètre des placements est souvent le même que pour un contrat d’assurance-vie.

La sortie se fera sous la forme d’une rente ou d’un capital versé en une ou plusieurs fois. L’abonné peut également mélanger les deux méthodes de sortie.

Le souscripteur a le choix entre un avantage fiscal d’entrée ou un avantage fiscal de sortie.

Profitez du crédit d’impôt à l’entrée.

– Pour les versements : le souscripteur peut les déduire de son revenu imposable. Toutefois, leur montant est limité au plus élevé de ces deux montants :

– 10 % de son salaire moins 10 % (pour un travailleur déclarant des revenus de 50 000 €, le plafond est de 4 500 €), dans la limite de 8 fois le plafond annuel de la Sécurité sociale de l’année N-1.

-10% du plafond annuel de la Sécurité sociale pour l’année N-1 (soit au maximum 4 113 euros pour 2021).

À Lire  Véhicules de société : quand les motos de société seront-elles disponibles ?

Plus l’acompte est élevé, plus votre revenu imposable est faible et plus votre économie d’impôt est importante.

– au départ, s’il s’agit d’une rente, le montant annuel de la pension s’ajoute au revenu imposable (après abattement de 10%), et les prélèvements sociaux de 17,2% sont calculés en fonction de l’âge auquel le contrat a été conclu conclu. facturé : 40% pour la conversion à 60-69 ans inclus, 30% pour la conversion à 70 ans. Si l’épargne est récupérée en capital : le capital restitué est réparti d’une part sur le montant cumulé des cotisations qui s’ajoute au revenu imposable et est imposé au barème progressif ; et d’autre part, les rémunérations soumises à un abattement forfaitaire de 30% (12,8% d’impôt et 17,2% de cotisations sociales).

Profitez du crédit d’impôt à la sortie. Les personnes qui ne bénéficient pas facultativement d’un crédit d’impôt au moment des versements, récupèrent leurs versements au départ sans imposition, s’ils partent dans la capitale. Seuls les revenus font l’objet d’un prélèvement forfaitaire unique de 30 % (12,8 % d’impôts et 17,2 % de cotisations sociales).

S’ils décident de souscrire une rente, ils ne sont imposés que sur une faible fraction de ce revenu complémentaire : 40 % s’ils transforment leur épargne entre 60 et 69 ans inclus, 30 % s’ils quittent le régime à l’âge de 70. Cette part s’ajoute au revenu imposable du souscripteur et est soumise à une contribution sociale de 17,2 %.

Cas d’exonération anticipée et fiscalité

Vous pouvez maintenant débloquer votre épargne-retraite pour acheter votre résidence principale, même s’il s’agit d’un deuxième ou troisième achat. Le capital débloqué est alors divisé en deux parties : les montants déposés et les bénéfices enregistrés.

Les sommes versées sont réincorporées au revenu imposable : l’avantage fiscal accordé à l’entrée est donc perdu. Les revenus enregistrés sont soumis à un impôt forfaitaire unique de 30 % (12,8 % d’impôt et 17,2 % de cotisations sociales).

Les autres cas de licenciement anticipé sont des accidents de la vie : – décès d’un conjoint ou d’un partenaire pacsé,

– fin du droit à l’assurance chômage,

– cessation de l’activité indépendante à la suite d’une décision du tribunal de liquidation,

– invalidité du titulaire, de son conjoint ou de l’un de ses enfants.

En situation d’accident de la vie, la fiscalité est très légère. Les sommes retirées ne sont pas imposables. Les gains constatés ne sont pas soumis à l’impôt sur le revenu, mais les cotisations sociales de 17,2 % restent dues.

Quand retirer l’argent d’un PEA ?

Il est possible d’effectuer un versement ou un remboursement sur le PEA dans les cinq premières années de son existence, mais cela entraîne alors la fermeture du plan et le bénéfice net réalisé depuis l’ouverture du plan est imposé au taux de 12,8 % ( sauf si vous choisissez d’imposer au barème progressif de l’impôt sur le revenu…

Comment récupérer de l’argent pour le PEA ? Pour retirer de l’argent de votre compte PEA ou PEA-PME, veuillez remplir le Formulaire de demande de retrait d’espèces : Ensuite, vous pouvez nous adresser votre demande : Par e-mail, en pièce jointe, depuis la rubrique « Contact » de votre Espace Client.

Comment vider son PEA ?

Comment fermer PEA ? Pour clôturer votre Plan d’Epargne en Capital, vous devez contacter la banque ou la compagnie d’assurance où il est détenu. Vous pouvez vous rendre directement sur le site ou envoyer un courrier adressé en « courrier recommandé avec accusé de réception ».

Comment faire un virement du PEA au compte courant ?

Puis-je effectuer un virement depuis mon Compte Titre ou PEA / PEA-PME ? Pour un Compte Titres : Vous pouvez effectuer des virements depuis votre Compte Titres en cliquant sur le bouton « Mes Virements et Rechargement » puis « Virement Instantané ».

Quel intérêt de garder un PEA ?

Quels sont les avantages d’avoir PEA? Le PEA vous permet d’investir en bourse tout en bénéficiant d’une défiscalisation dès cinq ans de détention (voir ci-dessous). L’achat d’actions vous permet de profiter de la dynamique des marchés financiers et de diversifier votre épargne.

Comment faire un virement du PEA au compte courant ?

Puis-je effectuer un virement depuis mon Compte Titre ou PEA / PEA-PME ? Pour un Compte Titres : Vous pouvez effectuer des virements depuis votre Compte Titres en cliquant sur le bouton « Mes Virements et Rechargement » puis « Virement Instantané ».

Comment récupérer les liquidités d’un PEA ?

Le retrait partiel s’effectue directement depuis votre Espace Client, pour cela rendez-vous dans votre PEA puis dans la rubrique « Retraits ». Veuillez noter que votre PEA doit avoir au moins 5 ans pour accéder à ce service. Car tout retrait avant 5 ans de détention entraîne obligatoirement la clôture du régime.

Comment recuperer l’argent de son PEA Caisse épargne ?

Il vous suffit d’adresser un accusé de réception à l’établissement détenteur en renseignant votre numéro de PEA et en y joignant le RIB sur lequel seront versés les fonds. Avant l’expiration de 5 ans, les versements sont imposés au taux de 30 % (un impôt forfaitaire de 12,8 %, auquel s’ajoutent des cotisations sociales de 17,2 %).

Quels sont les risques d’un PEA ?

PEA : Possible Loss of Capital PEA est dédié à l’investissement en bourse. Par conséquent, il existe nécessairement un risque de perte en capital. On ne peut pas compter sur des rendements attractifs sans prendre un minimum de risque.

Quelle est la fiscalité d’un PEA ?

Les revenus du PEA sont soumis aux prélèvements sociaux de 17,20 % (CSG, CRDS). Une déclaration de ces revenus sera faite avec vos revenus en 2022. Pour compléter votre déclaration d’impôt sur le revenu, vous pouvez vous référer à la notice explicative et à la brochure pratique de l’impôt sur le revenu.

Quel est le plafond de versement sur un PEA ?

Services bancaires PEA classiques. Le PEA bancaire permet l’achat d’un portefeuille d’actions de sociétés européennes tout en bénéficiant, sous certaines conditions, d’une défiscalisation. Le plafond de paiement est de 150 000 €.

Comment bien placer 100 000 euros ?

Pour investir 100 000 €, les particuliers ont plusieurs options : les livrets d’épargne. actifs financiers via le PEA ou l’assurance-vie. projet immobilier à travers un contrat de club immobilier ou SCPI.

Où investir son argent sans risque en 2022 ? 2 Quels sont les investissements les plus sûrs en 2022 ?

  • Dépliants. Les livrets d’épargne réglementés (Livret A, LDDS, LEP) sont garantis par l’État. …
  • Fonds d’assurance-vie en euros.

Où placer 100.000 euros en 2022 ?

Pour investir 100 000 € en 2022, l’assurance-vie se classe au premier rang des placements les plus recherchés. L’assurance-vie monoservice a l’avantage de vous permettre de récupérer intégralement votre capital investi, c’est le principe du fonds en euros.

Quel est le meilleur placement 2022 ?

Les meilleurs investissements sur lesquels se concentrer en 2022 sont l’immobilier et l’assurance « nouvelle génération », les cryptomonnaies, la location meublée, les fonds structurés, le capital investissement, le métaverse, l’investissement dans les secteurs innovants et les SCPI résilientes.

Quel rendement pour 100 000 euros ?

Le rendement de 100 000 EUR d’argent investi sur un compte d’épargne est en moyenne de 500 EUR net.

Quelle rente avec 100 000 euros ?

Pension de retraite différente selon l’âge de conversion Dans le cas de l’épargnant né en 1970 et au capital de 100 000 Euro, le montant de la rente annuelle à 60 ans en 2030 sera de 2 893 EUR (soit 241 EUR par mois) : le « taux de conversion » capital en rente est alors de 2,89 %.

Quel capital pour une rente de 3000 euros ?

Tout dépend du taux de rendement que vous obtenez. Pour obtenir une pension de 3 000 EUR par mois (36 000 EUR par an), il vous faut un capital de 3 600 000 EUR investi à 1 % par an. Pour bénéficier d’une rente de 3 000 € par mois (36 000 € par an), il faut un capital de 1 200 000 € investi à 3 % par an.

Quelle rente pour 100 000 euros ?

Lecture : Pour sortir 100 000€ de rien il faut investir 242€ par mois à 5% net pendant 20 ans voire investir 607€ par mois à 6% pendant 10 ans.

Quels sont les risques d’un PEA ?

PEA : Possible Loss of Capital PEA est dédié à l’investissement en bourse. Par conséquent, il existe nécessairement un risque de perte en capital. On ne peut pas compter sur des rendements attractifs sans prendre un minimum de risque.

Qu’est-ce que le plafond de paiement du PEA ? Services bancaires PEA classiques. Le PEA bancaire permet l’achat d’un portefeuille d’actions de sociétés européennes tout en bénéficiant, sous certaines conditions, d’une défiscalisation. Le plafond de paiement est de 150 000 €.

Quelle est la fiscalité d’un PEA ?

Les revenus du PEA sont soumis aux prélèvements sociaux de 17,20% (CSG, CRDS). Une déclaration de ces revenus sera faite avec vos revenus en 2022. Pour compléter votre déclaration d’impôt sur le revenu, vous pouvez vous référer à la notice explicative et à la brochure pratique de l’impôt sur le revenu.

Quel est le taux d’imposition des revenus tirés d’un Plan Epargne en Actions après 5 ans de détention ?

Imposition du PEA après cinq ans Au-delà de cinq ans, les plus-values ​​réalisées sont exonérées d’impôt sur le revenu en cas de retrait. L’abandon total ou partiel peut se faire sans clôture du PEA, mais les cotisations sociales restent dues (17,2 %).

Comment ne pas payer d’impôt avec un PEA ?

Cette exonération d’impôt sur le revenu est finalement obtenue après au moins cinq ans ; autrement dit, si vous retirez votre épargne cinq ans ou plus après l’ouverture du PEA, vous n’aurez pas à payer d’impôt sur les bénéfices accumulés depuis l’ouverture de votre plan ; ils ne…

Comment sortir de l’argent d’un PEA ?

Le retrait partiel s’effectue directement depuis votre Espace Client, pour cela rendez-vous dans votre PEA puis dans la rubrique « Retraits ». Veuillez noter que votre PEA doit avoir au moins 5 ans pour accéder à ce service. Car tout retrait avant 5 ans de détention entraîne obligatoirement la clôture du plan.

Quels sont les risques d’un PEA ?

Les instruments d’investissement utilisés comme sous-jacents dans le PEA sont donc fortement exposés au risque actions, ce qui implique d’accepter un niveau élevé de volatilité et de risque de perte en capital.

Comment faire un virement du PEA au compte courant ?

Puis-je effectuer un virement depuis mon Compte Titre ou PEA / PEA-PME ? Pour un Compte Titres : Vous pouvez effectuer des virements depuis votre Compte Titres en cliquant sur le bouton « Mes Virements et Rechargement » puis « Virement Instantané ».

Est-ce intéressant d’avoir un PEA ?

Si le PEA peut apparaître comme un placement relativement risqué, il n’en demeure pas moins très intéressant lorsqu’il est détenu jusqu’à son terme, notamment en raison des avantages fiscaux dont il bénéficie. De plus, il reste un produit relativement incontournable en termes de diversification de portefeuille.

Est-ce qu’un PEA est rentable ?

Bien que la rentabilité qu’il génère soit relativement faible, le PEA reste un investissement attractif. Pour profiter des parcours historiques, il est conseillé d’en ouvrir un avant la fin de l’année et d’effectuer le paiement avant fin décembre.

Quel est le taux de rendement d’un PEA ?

Au cours des 10 dernières années, un PEA des 1 500 plus grandes sociétés cotées en bourse (via l’indice MSCI World) a généré un rendement moyen de 13,3 % par an.

Est-ce qu’un PEA est rentable ?

Bien que la rentabilité qu’il génère soit relativement faible, le PEA reste un investissement attractif. Pour profiter des parcours historiques, il est conseillé d’en ouvrir un avant la fin de l’année et d’effectuer le paiement avant fin décembre.

Quel est le rendement moyen du PEA ?

Quelle est la durée de vie d’un PEA ?

Clôture du PEA Tout rappel avant 5 ans (sauf en cas de rappel autorisé) Non-respect d’une des conditions d’exploitation (ex : dépassement du plafond de versement) Décès du titulaire.

Quel intérêt de garder un PEA ?

Quels sont les avantages d’avoir PEA? Le PEA vous permet d’investir en bourse tout en bénéficiant d’une défiscalisation dès cinq ans de détention (voir ci-dessous). L’achat d’actions vous permet de profiter de la dynamique des marchés financiers et de diversifier votre épargne.

Quels sont les risques d’un PEA ?

Les instruments d’investissement utilisés comme sous-jacents dans le PEA sont donc fortement exposés au risque actions, ce qui implique d’accepter un niveau élevé de volatilité et de risque de perte en capital.

Est-ce intéressant d’avoir un PEA ?

Si le PEA peut apparaître comme un placement relativement risqué, il n’en demeure pas moins très intéressant lorsqu’il est détenu jusqu’à son terme, notamment en raison des avantages fiscaux dont il bénéficie. De plus, il reste un produit relativement incontournable en termes de diversification de portefeuille.

Quel est le taux de rendement d’un PEA ?

Au cours des 10 dernières années, un PEA des 1 500 plus grandes sociétés cotées en bourse (via l’indice MSCI World) a généré un rendement moyen de 13,3 % par an.

Quelle est l’action la plus rentable ?

Les actions Coca Cola sont devenues l’une des meilleures actions et l’une des actions les plus rentables de tous les temps, notamment grâce au développement de nombreux avantages concurrentiels.

Quelles actions vont exploser en 2022 ? & # xd83d; & # xdd0d; Quelles actions technologiques surveiller en 2022 ? Les actions technologiques à surveiller incluent Amazon, Apple et Microsoft. Globalement, en 2022, vous devrez suivre l’ensemble de l’indice Nasdaq, notamment les GAFAM (Google – Amazon – Facebook – Apple – Microsoft).

Quelle action verse le plus de dividendes ?

Actions à haut rendement du dividende Par exemple, AXA, TOTAL, ORANGE et ALTAREA sont des actions de sociétés cotées à la Bourse de Paris qui offrent des dividendes moyens. En Europe et aux États-Unis, de nombreuses entreprises offrent également d’excellents rendements.

Quelle est la meilleure action à acheter en ce moment ?

1. Amazon & # xd83c ; & # xdfc6 ; Après une hausse des prix de 76 % en 2020, le cours de l’action Amazon a stagné en 2021 (2,4 %).

Où investir pour recevoir des dividendes chaque mois ?

Précisons tout de suite : ce type d’action avec versements mensuels n’existe pas en France. En France, la priorité est donnée au versement annuel. En Espagne, aux Pays-Bas et au Royaume-Uni, les entreprises préfèrent verser des dividendes selon un calendrier semestriel.

Quelles actions acheter en 2022 ?

Action Apple : la plus grande capitalisation boursière au monde reste une action attrayante à avoir dans votre portefeuille. Début 2022, la capitalisation de ce géant de la technologie dépassait les 3 000 milliards de dollars.