Aulnay-sous-Bois : faute de médecins, l’hôpital de l’Est parisien ferme ses urgences de nuit jusqu’au 22 août

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

L’équipe des urgences recherchait depuis six mois des médecins intérimaires pour constituer le plan d’urgence de l’Hôpital Privé Est Parisien (HPEP) pour cet été. En vain. Pour la première fois de son histoire, l’hôpital d’Aulnay-sous-Bois a annoncé mardi matin qu’il fermerait les portes de son service des urgences la nuit à partir de 18h00 en raison d’une pénurie de médecins pendant trois semaines à partir de vendredi. .

« Il y a deux mois, les urgentistes nous informaient qu’il était impossible de constituer une équipe pour le mois d’août », explique Damien Lambert, directeur Île-de-France Pologne chez Ramsay Santé, maison mère de l’HEP.

Des hôpitaux privés et public en renfort

Une cellule de régulation a été mise en place avec les deux autres services d’urgences du groupe présents dans le département, ceux de la CHU Seine-Saint-Denis à Drancy et de la CHU Vert Galant à Tremblay-en-France, facilitant l’envoi de médecins vers ces deux lieux, qui seront ouverts la nuit. Voir l’article : Conseils pour améliorer la reproduction dans la production laitière. Chacun aura une infirmière supplémentaire.

HPEP, de son côté, renforce son offre avec 17 lits aval – destinés aux patients qui doivent être admis après leur passage aux urgences – qui pourront venir en appui aux deux autres services d’urgence. Chaque jour, 70 à 80 patients franchissent les portes du service.

[INFOS PRATIQUES]🏥 Le service des urgences de l’hôpital privé de l’Est parisien sera fermé toutes les nuits entre le 29 juillet et le 22 août.

📞 A partir de pic.twitter.com/4IYyGZmDGO

Le service des urgences de l’hôpital public voisin, l’hôpital Robert Ballanger, a été renforcé par un médecin généraliste. Les horaires d’ouverture du centre médical d’Aulnay-sous-Bois ont également été prolongés. « A ce stade il n’y a pas de restriction ni de fermeture du service d’urgence », précise Damien Lambert.

À Lire  Jeudi on attend presque 40 degrés : nos conseils pour se protéger de la canicule

Lire aussi :
Paris accueille lundi une conférence internationale de soutien à la Moldavie avec…

« Ces problèmes, c’est dans toute la France »

« Nous avons appelé des dizaines et des dizaines de médecins urgentistes », ajoute-t-il. Et la majorité a refusé. Selon Damien Lambert, seuls 30% du plan de nuit ont pu être constitués. « C’était extrêmement dangereux de maintenir l’état d’urgence, on a préféré s’organiser sur le territoire plutôt que de fermer le jeu », raisonne-t-il.

Selon lui, les raisons sont différentes : « les contractuels ne feront plus de travail d’urgence, ne travailleront plus de nuit, certains sont partis en région… ».

HPEP n’est pas le seul à ne pas trouver suffisamment de personnel médical. Pour Mathias Wargon, chef des urgences à l’hôpital Delafontaine de Saint-Denis, « ces problèmes sont partout en France… Ici on n’a pas un problème avec les médecins, mais avec les infirmiers. On a tenu bon jusqu’à présent, j’espère ». nous le ferons à nouveau ».

Selon le directeur régional de Ramsay Health, il n’y a « aucun doute » sur la réouverture des urgences dans la nuit après le 22 août.

En cas d’urgence la nuit, vous pouvez : appeler le 15 ou vous rendre au call center.

Ceci pourrez vous intéresser :
« Il n’y a pas d’arrêt d’urgence. En déplacement au CHU de Nantes…