Australie : Great Ocean Road, la meilleure expérience d’une vie

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Grande route de l’océan. La Grande Route de l’Océan. Plus qu’un nom, c’est tout un programme ! Une artère sinueuse, inaugurée en 1932 à Victoria (Australie du Sud-Est), avec au menu : 150 milles au rythme des virages battus par les embruns, officiellement déroulée entre Torquay (aux portes de Melbourne) et Allansford à moins d’une heure de route des fantastiques aiguilles rocheuses des 12 apôtres.

Un véritable bain de nature, caractérisé une grande partie du parcours par le parfum enivrant des eucalyptus de la Great Otway Forest (parc national classé) et la recherche sans fin de ses plus adorables habitants : les koalas.

Que faire sur la Great Ocean Road ? Suivez-nous pour 6 expériences à roucouler de plaisir, lors d’un road trip d’exception, sur l’une des plus belles routes du monde, aux antipodes.

Faire du surf à Torquay, le berceau de Rip Curl et Quicksilver

Torquay. Située à une centaine de kilomètres de Melbourne, elle est la porte d’entrée de la Great Ocean Road et aussi le berceau du surf. Une paire de pins longilignes de Norfolk se dresse entre de vastes tapis d’herbe et le fond d’une plage aussi large qu’une piste d’atterrissage. Le sable fin glisse entre les orteils. Ceci pourrez vous intéresser : Frais et addictif, ce spray corporel de Diptyque fonctionne également bien comme anti-moustique.. Au large, le vent souffle doucement la houle. Juste ce dont les enfants des écoles locales ont besoin pour s’amuser sur les vagues, sous l’œil attentif des professeurs en short et tongs.

Un plaisir sportif qui remonte à 1915, lorsque le champion olympique hawaïen de freestyle Duke Kahanamoku débarque en Australie avec sa planche de surf. Toujours prêts à se jeter à l’eau, les Australiens ont adopté ce sport ludique… Dans les années 1950 et 1960, le surf est devenu une philosophie puis un mode de vie.

En 1969, en plein boom du flower power, deux amis de Torquay commencent à mouler des planches dans leur garage du 35 Great Ocean Road et emménagent avec succès dans une ancienne boulangerie l’année suivante. Le nom de leur club ? Rip curl. Les partenaires vont et viennent. L’un d’eux a rapidement créé Quicksilver, juste à côté… Les années ont passé et la réputation de Torquay a grandi. La voici, la capitale du surf couronnée d’Australie.

Nous venons maintenant du monde entier pour avoir le privilège d’apprendre à surfer à Torquay, que ce soit sur la plage principale, à Cozy Corner ou Whites. Les riders plus expérimentés et les locaux se dirigent vers Jan Juc pour étirer leurs planches de surf, attendant que les récifs fassent de leur mieux à Winkipop (alias Winki) et Bells Beach. Classe mondiale les bons jours. On y croise les plus assidus en plein hiver, dans une eau à 14°C…

Rip Curl et Quicksilver ont toujours leur siège social à Torquay. Possibilité de faire les courses (tous les jours 09h00-17h00 ou 17h30). Voir aussi le site Torquay Surf.

Voir l’article :
Paris, samedi 10 décembre 2022 – De tous côtés, tout le mondeun…

Observer les étonnants ornithorynques du lac Elizabeth

Les Australiens l’appellent platypus à cause de ses pieds plats. Cependant, l’ornithorynque a bien d’autres bizarreries : seul mammifère qui pond des œufs, armé d’un gros bec de canard et d’une queue de castor, il chasse en détectant le champ électrique de sa proie et dégaine son dard venimeux caché sous sa patte arrière ! Tellement improbable que les premières descriptions ont été prises pour un canular et le premier ornithorynque empaillé pour une chimère composée de plusieurs animaux cousus ensemble…

Habitant toute la côte est de l’Australie, du Queensland à la Tasmanie, l’ornithorynque est aussi discret que bizarre. Pas vraiment rare, mais toujours sous surveillance. Nous aimerions le voir, bien sûr, mais l’ornithorynque n’est pas le wallaby omniprésent…

Heureusement, il y a le lac Elizabeth. Près du bourg bien nommé de Forrest dans le parc national de Great Otway (qui englobe toute la pointe sud de la Great Ocean Road), ce joli plan d’eau envahi par la végétation s’est formé en 1953 après un glissement de terrain. De gigantesques troncs d’eucalyptus émergent encore fantomatiques.

Deux canards flottent à la surface. Le crépuscule magnifie les ombres. Soudain, à quelques mètres du canot, une piste argentée trahit l’ornithorynque. Il nage vite, l’animal, dos légèrement ondulé, bec à peine dressé. Puis plongez. Sans avertissement. Sans en montrer beaucoup plus. Il reste à retourner au camping. Vingt minutes de marche dans les bois, parmi les grosses fougères arborescentes, tandis que les vers luisants s’illuminent.

À Lire  6 façons dont le changement climatique affecte la santé et comment s'en protéger

Otway Eco Tours organise des sorties en canoë sur le lac Elizabeth (où se trouve un camping), à l’aube ou au crépuscule ; la chance de voir l’ornithorynque serait légèrement plus élevée le matin, mais généralement le taux de réussite annoncé est de 95 %.

Sur le même sujet :
« Je vous rappelle que 80% des handicaps sont invisibles », a déclaré Sophie…

Débusquer les koalas de Shelly Beach, dans le Great Otway National Park

Un des moments forts d’un voyage sur la Great Ocean Road, toujours dans le Great Otway National Park. A environ 7 km à l’ouest d’Apollo Bay, un panneau en bois très discret indique « Shelly Beach ». La branche s’infiltre dans une cathédrale d’eucalyptus à près de 30, 40, 50 m d’altitude puis s’arrête au milieu d’un boisé encore plus dense.

Le regard vagabonde de branche en branche, d’abord sans rien voir. Là-haut, là-haut, une boule prend enfin forme. Il s’agit bien d’un koala recroquevillé en boule, calé sur une fourche d’aspect assez fragile. Le vent souffle, secoue la canopée. L’animal se balance de droite à gauche sans se réveiller.

Le koala est aussi mignon qu’un gros dormeur. Il dort 19 à 20 heures par jour ! L’effet de son alimentation nutritive à base de feuilles d’eucalyptus. Lorsqu’un son attire son attention, il lève ses grands yeux ronds vers le sol : pas facile de voir ce qui se passe quand on est myope… Difficile de le voir en action. C’est surtout au crépuscule qu’il prend vie, souvent lors du changement d’arbre pour la nuit.

Le plus dur est de repérer le premier. Une fois que l’œil sait ce qu’il cherche, d’autres koalas apparaîtront dans les arbres à proximité. Certains se sont positionnés juste au-dessus du chemin menant à Shelly Beach. Une mère et son joey perchés à 11 pieds (3,4 m) sont faciles à observer. Rencontre magique.

En contrebas, un couple de (grosses) Perruches de Pennant, rouges et bleues, sautillent dans les sous-bois. Puis le ressac prend le relais, tandis qu’une baie déserte se découvre débouchant sur des kilomètres de plage sauvage, à l’abri de toute civilisation.

Pour le koala, tous les eucalyptus ne sont pas identiques. Son préféré est le manna gum (gommier blanc), aux feuilles longues, fines et un peu luisantes. Une fois que vous avez appris à les reconnaître, il est temps de lever les yeux.

Lire aussi :
Nicole Mari le samedi 31 décembre 2022 à 08:14 Le matin du…

Randonner le long de l’océan et voir les baleines au cap Otway

Un peu plus au sud, une autre branche traverse la longue forêt d’eucalyptus du parc national vers le plus vieux phare d’Australie, construit en 1848 à Cape Otway (nouvelle recherche de koalas !).

Quelques sentiers partent, dont celui qui mène au Parker Hill Campground, au-dessus du très joli Parker Inlet – un profond ruisseau sablonneux qui s’accroche à flanc d’un promontoire boisé, où coule la rivière du même nom. Le point de départ d’une balade très pittoresque de 2 heures sur la Great Ocean Walk, cet itinéraire extraordinaire qui longe la côte sauvage sur 104 km (voir ci-dessous).

De larges marches, glissant sous un tunnel de verdure, s’approchent du lagon. A marée basse, un ruisseau s’y forme qui serpente dans une mer de sable dans le vide. De là, l’océan, le vrai, caché par l’épine dorsale rocheuse, n’est même pas visible. Il faut avancer sur le vaste tapis pour voir enfin la côte s’ouvrir, sur plus de 50 mètres.

Bientôt, il faut choisir. A droite, le parcours le long des falaises – forcément panoramique. Sur la gauche, la descente vers les criques de Crayfish Bay. La houle y gronde, l’iode remplit les poumons et le ressac fracasse la plaine rocheuse, créant dans le reflux une immense piscine naturelle dans laquelle on plonge avec délice, masque sur le nez, à la recherche d’écrevisses (langoustes).

Un canal a été creusé à l’arrière, ainsi que des mini-grottes, drapées de têtes de cochon, de succulentes vignes aux fleurs rappelant les pâquerettes aux multiples pétales. Moins d’une heure plus tard, par des marches, le phare de Cape Otway est atteint.

Entre mai et septembre, pas moins de 25 espèces de cétacés migrent vers les côtes sud de l’Australie, notamment des baleines à bosse, des baleines et des orques. C’est près du cap Otway que l’on a le plus de chances de les observer du rivage.

À Lire  Les cigarettes électroniques sont-elles vraiment plus dangereuses que les cigarettes ?

La cigarette électronique Puff : « Favorise le futur tabagisme chez les jeunes », selon le Dr David Mété
A voir aussi :
LINFO.RE – créé le 27.08.2022 à 07:50 – mis à jour le…

S’émerveiller devant les 12 Apôtres, l’un des emblèmes de l’Australie

Lorsque la mer avait le dernier mot, elle s’appelait la « Côte des naufrages ». La côte de la Great Ocean Road était en effet celle de tous les dangers et de tous les naufrages.

Toute la côte est en effet bordée de palissades de grès et de calcaire. Pour les 12 apôtres, ce sont les plus impressionnants. Là, avec un peu de patience, le ressac a donné naissance à des aiguilles rocheuses de 150 pieds (45 m) de haut, généralement baignées dans une soupe d’écume. Y en a-t-il jamais eu 12 ? Une chose est sûre, il n’en reste plus que 8… Au-delà de la tour de guet, les Gibson Steps, marches taillées dans la roche, descendent jusqu’à une plage qui déroule au pied du théâtre de falaises, jusqu’à l’une de ces piles emblématiques.

D’autres points de vue sont ajoutés en allant vers l’ouest. Autour de Lord Arch. À Thunder Cave. Au four de la boulangerie. À Sparkes Gully. Des îlots et des falaises reculées partout.

Au-delà du charmant village de Port Campbell, London Bridge est devenu London Arch, lorsque le pont rocheux s’est effondré en 1990, ne laissant que l’arche marine de l’îlot… Heureusement, 2 visiteurs bloqués ont été secourus par hélicoptère !

Au crépuscule, les (très) petits manchots bleus, joliment surnommés fées manchots par les Australiens, regagnent leur tanière après une pêche intensive, à 30 ou 40 milles des côtes. Toucher.

A Lord Arch Gorge, le Muttonbird Lookout pointe vers l’île du même nom, percée d’une arche, qui tire son nom des puffins élancés qui y nichent par milliers.

Voir aussi Visit 12 Apostles and Parks Victoria

Parcourir le Great Ocean Walk, l’une des plus belles randonnées au monde

Le parcours de 104 km, généralement parcouru en une semaine (même si 4 à 6 jours peuvent suffire), serpente au plus près de l’océan – plus près encore que la Great Ocean Road – entre l’agréable cité balnéaire d’Apollo Bay et le site de les 12 apôtres. Un condensé de plages et de côtes sauvages, de vallées peuplées de fougères arborescentes, de forêts d’eucalyptus peuplées de koalas… Exceptionnel !

Attention, la Great Ocean Walk n’est pas une promenade dans le parc ! Le sentier peut être boueux et glissant par temps de pluie et attention aux tigres et couleuvres brunes (surtout d’octobre à janvier), peu agressifs mais très venimeux. En cas de problème, gardez à l’esprit que le portable ne réussira pas dans certains secteurs…

Enfin, il n’est pas rare, en été ou en période de sécheresse, que les citernes d’eau de pluie mises à disposition s’assèchent (prévoir une réserve d’eau pour plusieurs jours et de quoi traiter ce que vous trouverez).

Il n’y a pas moins de 7 campings le long du parcours ; ils doivent être réservés au moins 2 semaines à l’avance, toujours d’est en ouest. D’autres se trouvent à Apollo Bay, dans le parc national Great Otway et à Princetown.

Plus d’infos sur Great Ocean Walk and Parks Victoria

Fiche pratique

Retrouvez tous les bons plans, adresses et infos pratiques dans le nouveau guide du Routard Australie en librairie.

Préparez votre voyage avec notre guide en ligne sur l’Australie

Lire aussi notre article Australie, sur la mythique Great Ocean Road

Visiter Victoria : beaucoup d’infos et un calendrier avec tous les événements

Visitez Great Ocean Road : Toutes les étapes du voyage, via Maps ! (En anglais)

L’aéroport international le plus proche est celui de Melbourne, desservi par les principales compagnies aériennes nationales et internationales. Pas de vols directs. Trouvez votre billet pour Melbourne.

Trouvez votre hôtel à Victoria

Mieux vaut être véhiculé pour profiter pleinement de la Great Ocean Road. Les marcheurs partant pour la Great Ocean Walk prennent le train de Melbourne à Geelong puis le bus jusqu’à Apollo Bay (3 départs par jour). Arrivés aux 12 Apôtres, ils empruntent le bus quotidien qui longe la côte pour retourner à Apollo Bay (1h20), ou ils se dirigent vers Warrnambool (2h10), d’où le train revient facilement à Melbourne.

Alternativement, on peut louer le service de navette Great Ocean Road pour regagner son véhicule laissé au point de départ, ou même transporter son sac lourd d’un camp à l’autre !

En ligne : 5 janvier 2023