Avant tout une histoire de valeurs – La Terre de Chez Nous – Franche-Comté Belfort

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Le réseau FNSEA a organisé, le 11 octobre, la deuxième édition de la journée « Economie » à Nantes. Une journée d’échanges et de débats sur toutes les méthodes développées dans le réseau national, pour enrichir l’expérience de chacun.

« Le meilleur vendeur aujourd’hui pour le produit, c’est l’agriculteur ! » Avant même la fin de la première demi-heure de discussion, le constat est significatif, les choses qui se touchent sont les mêmes. Jonathan Janichon, de la société Viande des pays de l’Ain, président de la section viande bovine de la FRSEA Auvergne-Rhône-Alpes et membre du bureau de la FNB, a mis tout le monde d’accord, c’est la vraie clé de l’intégration économique, et ce que les agriculteurs de le pays l’a fait. Le réseau FNSEA s’est réuni le 11 octobre à l’Hôtel de Région des Pays de la Loire, à Nantes. Organisé par la FRSEA Pays de la Loire avec le concours des associations de Vendée et de Loire-Atlantique, ce jour-là s’est déroulé un défilé de responsables associatifs venus de toute la France qui ont débattu en trois tables. Successivement, ces articles de table ronde discutent de la valeur organisationnelle, économique et sociétale que l’intégration économique apporte. Aux yeux des acteurs, c’est l’impact sur le revenu de l’exploitation qui fait toute la taille du groupe de ces méthodes et de ces produits : Esprit Paysan, JUSTE, Local et Facile, Viande des Pays de l’Ain, et les autres. « S’ils continuent d’augmenter, c’est bien qu’il n’y ait pas de réponse de certaines stations, a déclaré Patrick Bénézit, secrétaire général adjoint de la FNSEA. Mais pour que ça marche, nous avons le droit, nous les travailleurs, de savoir les choses qui sont ce qui se passe dans notre région, et nous ne devons pas laisser les commerçants nous induire en erreur sur le terrain. Ce n’est qu’alors que nous protégerons le prix des produits fabriqués sur le terrain, surtout en cette période de pénurie de produits. » Protégez vos produits Après avoir payé la ration , les producteurs sont aussi fiers de parler de leurs produits directement au public, de reconnecter direction, distributeurs, etc.) peut parfois être plus compliqué. Montlait, a raconté les difficultés rencontrées par l’Association des producteurs de lait de montagne (APLM) lors de son premier échange avec certains grands distributeurs. « Dès que nous sommes entrés dans l’ascenseur, une discussion a commencé. Nous ne sommes pas sortis ni assis à la table des négociations qu’ils ont attaquée d’office. Ces gens ont des compétences conversationnelles que nous n’avons pas, et c’est incroyable. Il faut bien se préparer. » D’où l’importance de la formation, soulignée tout au long…

À Lire  La commune de Brélès aura bientôt un nouveau logo

Vous pouvez retrouver cet article complet dans notre numéro du 21 octobre 2022.