Avec ceux qui ont la phobie des pieds

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Les pieds font tourner la tête. Alors que certains sont prêts à payer des centaines de dollars pour des photos de panards bien entretenus, d’autres essaient autant que possible d’éviter la vue de quelques orteils dans des sandales à lanières Birkenstock. Récemment, il n’est pas rare de rencontrer des personnes qui crient leur aversion pour cette partie de notre corps. Pour certains, c’est une véritable phobie. Cette maladie a même un nom : la podophobie Alicia, Parisienne de 32 ans, déteste ses pieds. Leurs odeurs et leurs regards la dégoûtent au plus profond de son être. Dès son plus jeune âge, elle évitait de le regarder dans les yeux, ou pire encore de le toucher. « Je ne me souviens plus quand c’était, mais j’ai toujours eu peur des pieds. Mes parents ne peuvent pas l’expliquer non plus. Je n’ai pas peur du mien mais je refuse de regarder celui des autres. Comme pour les phobies inhabituelles, il est difficile pour Alicia d’être prise au sérieux lorsqu’elle parle de sa peur. « Les gens rient au début et quand ils voient que je ne le suis pas, ils me disent que j’exagère, que je ne devrais pas avoir peur de ça. Mais c’est comme dire aux arachnophobes que le petit animal ne mangera pas le gros », dit-elle, un peu énervée. Si la claustrophobie et l’agoraphobie sont des maladies souvent représentées dans les films et les romans, ce n’est pas le cas des plus petites phobies.L’été est une grande source de stress pour la podophobie, les pieds y sont exposés et Alice n’a d’autre choix que de garder la tête froide et avant tout tenu haut pour ne pas croiser un orteil sur son passage. Elle est agacée par ces gens qui marchent toujours pieds nus : « On a inventé les chaussures, c’est pas pour marcher avec les gros orteils en l’air tout le temps comme ça ». Et la jeune femme ne fait pas dans la demi-mesure, car elle ne porte jamais de chaussures ouvertes et a toujours des chaussettes. Alice s’échauffe rapidement au sujet, ce dernier conscient de sa maladie et de son manque d’indulgence. Ses parents veulent lui proposer une thérapie pour se détacher de ses pensées.

Les pieds font tourner la tête. Alors que certains sont prêts à payer des centaines de dollars pour des photos de panards bien entretenus, d’autres essaient autant que possible d’éviter la vue de quelques orteils dans des sandales à lanières Birkenstock. Récemment, il n’est pas rare de rencontrer des personnes qui crient leur aversion pour cette partie de notre corps. Pour certains, c’est une véritable phobie. Cette maladie a même un nom : la podophobie.

Alicia, Parisienne de 32 ans, déteste les pieds. Leurs odeurs et leurs regards la dégoûtent au plus profond de son être. Dès son plus jeune âge, elle évitait de le regarder dans les yeux, ou pire encore de le toucher. « Je ne me souviens plus quand c’était, mais j’ai toujours eu peur des pieds. Mes parents ne peuvent pas l’expliquer non plus. Je n’ai pas peur du mien mais je refuse de regarder celui des autres. »

Comme pour les phobies inhabituelles, il est difficile pour Alicia d’être prise au sérieux lorsqu’elle parle de sa peur. « Les gens rient au début et quand ils voient que je ne le suis pas, ils me disent que j’exagère, que je ne devrais pas avoir peur de ça. Mais c’est comme dire aux arachnophobes que le petit animal ne mangera pas le gros », dit-elle, un peu énervée. Si la claustrophobie et l’agoraphobie sont des maladies souvent représentées au cinéma et dans les romans, ce n’est pas le cas des plus petites phobies.

L’été est une grande source de stress pour les podophobes, les pieds y sont exposés et Alice n’a d’autre choix que de garder la tête froide et surtout grande pour ne pas se croiser un orteil sur son chemin. Elle est agacée par ces gens qui marchent toujours pieds nus : « On a inventé les chaussures, c’est pas pour marcher avec les gros orteils en l’air tout le temps comme ça ». Et la jeune femme ne fait pas dans la demi-mesure, car elle ne porte jamais de chaussures ouvertes et a toujours des chaussettes. Alice s’échauffe rapidement au sujet, ce dernier conscient de sa maladie et de son manque d’indulgence. Ses parents veulent lui proposer une thérapie pour se détacher de ses pensées.

Pour Rodolphe Oppenheimer, psychothérapeute et psychanalyste à Clichy, les origines de la podophobie peuvent remonter très loin : « Dès l’enfance, il y a régulièrement des blagues sur les pieds ou un certain dégoût qui circulent sur le sujet. Il faut toujours faire attention entre quelque chose de désagréable et une phobie, n’oublions pas qu’une phobie est une peur irrationnelle. « Aujourd’hui, il n’y a pas de chiffres pour cette phobie bien particulière. Chacun a son degré d’acceptation du panard dans sa vie. » Romain, Niçois de 27 ans et aussi podophobe depuis l’enfance. Il peut ressentir de véritables nausées à la simple vue des pieds. « Mon frère aîné s’amusait à mettre ses pattes sur mon visage quand j’étais plus jeune, je pense que c’est définitivement lié ». Une simple dispute qui s’est transformée en dégoût puis en peur incontrôlable. « Chaque personne qui en souffre a son histoire personnelle Enfant, le(s) pied(s) symbolisaient-ils le passage du temps ? L’angoisse de la vie trouvait-elle refuge sur les pieds ? Chaque patient a sa propre histoire, il est impossible de généraliser à ce sujet. C’est une phobie comme la les autres autant que celui qui la vit en souffrent », explique le psychothérapeute Rodolphe Oppenheimer. Dans ses formes les plus sévères, la phobie provoque des palpitations, des tremblements, des crises de panique, la peur d’une mort imminente.

Pour Rodolphe Oppenheimer, psychothérapeute et psychanalyste à Clichy, les origines de la podophobie peuvent remonter très loin : « Dès l’enfance, il y a régulièrement des blagues sur les pieds ou un certain dégoût qui circulent sur le sujet. Il faut toujours faire attention entre quelque chose de désagréable et une phobie, n’oublions pas qu’une phobie est une peur irrationnelle. Aujourd’hui, il n’y a pas de chiffres sur cette phobie particulière.

Chacun a son degré d’acceptation du panard dans sa vie. Romain, 27 ans niçois et aussi podophobe depuis l’enfance. Il peut ressentir de véritables nausées à la simple vue des pieds. « Mon frère aîné s’amusait à mettre ses pattes sur mon visage quand j’étais plus jeune, je pense que c’est définitivement lié ». Une simple querelle qui s’est transformée en dégoût puis en peur incontrôlable.

« Chaque personne qui en souffre a sa propre histoire personnelle. Enfant, le ou les pieds symbolisaient-ils le passage du temps ? L’angoisse de la vie a-t-elle trouvé refuge sur les pieds ? Chaque patient a sa propre histoire, il est impossible de généraliser sur ce sujet. C’est une phobie comme les autres dans la mesure où celui qui la vit en souffre », explique le psychothérapeute Rodolphe Oppenheimer. Dans ses formes les plus sévères, la phobie provoque des palpitations, des tremblements, des crises de panique, la peur d’une mort imminente.

« Ma phobie me gâche parfois la vie dans le sens où je choisis un peu mes vacances en fonction d’elle »

Et cette phobie s’attaque parfois aux relations amoureuses car les pieds sont aussi une grande source de fantasmes. Les pieds sont l’objet de nombreuses attractions et répulsions et parfois les contraires s’attirent. « Il y a aussi des personnes pour qui les pieds sont un objet de sublimation, d’érotisme et de fantasme », précise la psychothérapeute. C’est vrai qu’entre les photos de pieds envoyées aux fétichistes et la podophobie, il ne peut y avoir qu’un pas. Romain a plus d’une fois eu affaire à des partenaires presque charmés par sa phobie et prêts à tout pour le faire changer d’avis. « J’ai une ex qui voulait absolument que je fasse une exception pour ses pieds, comme si ça changeait quelque chose, ses pieds m’ont autant chié que ceux des autres. » Une histoire qui, on s’en doute, n’a pas duré.

À Lire  Les vaporettes jetables cartonnent dans les écoles valaisannes, mais attention à l'effet addictif

Et cette phobie s’attaque parfois aux relations amoureuses car les pieds sont aussi une grande source de fantasmes. Les pieds sont l’objet de nombreuses attractions et répulsions et parfois les contraires s’attirent. « Il y a aussi des personnes pour qui les pieds sont un objet de sublimation, d’érotisme et de fantasme », précise la psychothérapeute. C’est vrai qu’entre les photos de pieds envoyées aux fétichistes et la podophobie, il ne peut y avoir qu’un pas.

Romain a plus d’une fois eu affaire à des partenaires presque charmés par sa phobie et prêts à tout pour le faire changer d’avis. « J’ai une ex qui voulait absolument que je fasse une exception pour ses pieds, comme si ça changeait quelque chose, ses pieds m’ont autant chié que ceux des autres. » Une histoire qui, on s’en doute, n’a pas duré.

Romain adopte une stratégie d’évitement très élaborée. Il refuse d’aller à la piscine ou à d’autres endroits où ses pieds sont trop visibles. Pour ses vacances, il privilégie les destinations moins prisées : « Ma phobie me gâche parfois la vie dans le sens où je choisis un peu mes vacances en fonction de ça, mais j’aime les petits endroits où il n’y a personne. » Lorsqu’il veut se baigner, Romain va soit à la plage hors saison, soit dans des lacs où les baigneurs ne séjournent pas. Un comportement qui peut s’aggraver avec le temps et qui fait que les phobiques se retirent et ne sortent plus de chez eux pour ne pas rencontrer la source du leur. . stresser « Comme indiqué en TCC (Thérapie Comportementale et Cognitive), il est important de s’exposer en douceur, à son rythme, pour le faire dans les meilleures conditions face à l’objet phobique. Il peut s’agir de regarder des photos de pieds, de regarder pieds à la télé ou travailler cette phobie en TERV (Virtual Reality Exposure Therapy). Justine est sur Twitter. VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et Flipboard. VICE Belgique est sur Instagram et Facebook.

Romain adopte une stratégie d’évitement très élaborée. Il refuse d’aller à la piscine ou à d’autres endroits où ses pieds sont trop visibles. Pour ses vacances, il privilégie les destinations moins prisées : « Ma phobie me gâche parfois la vie dans le sens où je choisis un peu mes vacances en fonction de ça, mais j’aime les petits endroits où il n’y a personne. Quand il veut se baigner, Romain va soit à la plage hors saison, soit dans des lacs où les baigneurs ne s’attardent pas.

Comportement qui peut s’aggraver avec le temps et amener les phobiques à s’enfermer et à ne plus sortir de chez eux pour éviter de rencontrer la source de leur stress. « Comme indiqué en TCC (Thérapie Comportementale et Cognitive), il est important de s’exposer en douceur, à son rythme, pour le faire dans les meilleures conditions face à l’objet phobique. Cela peut être regarder des photos de pieds, regarder les pieds à la télé ou travailler cette phobie en TERV (Virtual Reality Exposure Therapy). »

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et Flipboard. VICE Belgique est sur Instagram et Facebook.

Dernière étape pour t’abonner à la newsletter VICE…

En vous inscrivant à la newsletter VICE, vous acceptez de recevoir des e-mails pouvant contenir des contenus publicitaires ou sponsorisés. Voir l’article : Le Préfet du Puy-de-Dôme active l' »alerte canicule » N3 – Internet des Services de l’Etat du Puy-de-Dôme.

Sur le même sujet :
Publié le 18/11/2022 17:00 Le taux de mélatonine lié au poids de…

C’est quoi la Blemmophobie ?

Définition. La blemmophobie n’est pas une simple timidité, mais une peur viscérale du regard des autres sur le corps.

Comment lutter contre la blemmophobie ? Pour vaincre la blémophobie, il est conseillé de pratiquer une activité qui aide à accepter le regard des autres, comme la danse ou le théâtre. L’approche cognitivo-comportementale peut aussi être une solution, car elle oblige la personne à affronter ses peurs.

Comment s’appelle la peur du regard des autres ?

Qu’est-ce que la phobie sociale ? C’est le trac à un niveau morbide. Elle se définit par la peur exagérée, intense, voire irrationnelle du regard des autres. Le noyau est la peur d’être jugé négativement, de paraître ridicule devant les autres.

Pourquoi j’ai peur du regard des autres ?

Quelles sont les causes profondes de l’anthropophobie? L’anthropophobie peut s’expliquer par un traumatisme issu d’un événement passé ou par des facteurs génétiques. Les traumatismes en question surviennent souvent durant l’enfance ou lors d’humiliations ultérieures en groupe.

Qu’est-ce que l Athazagoraphobie ?

Nom commun Phobie d’être oublié ou ignoré.

Comment s’appelle la peur de ne pas être aimé ?

Le sujet borderline se consume à essayer d’établir des relations exclusives, où le risque d’abandon est inimaginable, mais une fois l’intimité acquise, la relation désirée, l’angoisse d’être dévoré par l’autre surgit.

C’est quoi la philophobie ?

La peur de tomber amoureux ou de s’engager dans une relation amoureuse s’appelle la philophobie.

Pourquoi A-t-on peur de ne pas être aimé ?

La personne qui souffre de cette phobie de ne pas être aimée souffre souvent d’une faible estime de soi. Elle peut alors utiliser des subterfuges pour faire plaisir à l’autre le plus possible, en supprimant sa propre personnalité, ses propres opinions et ses propres désirs qui s’avèrent nuisibles.

Pourquoi vouloir plaire à tout le monde ?

C’est le nom donné à la peur du regard et du jugement des autres. Alors vouloir plaire systématiquement à tout le monde est motivé par cette peur du rejet. La personne manque d’estime de soi, et elle a besoin de ressentir l’appréciation des autres pour se sentir bien.

À Lire  Comment éviter les piqûres de moustiques la nuit ?

Est-ce normal de vouloir plaire ?

Vouloir plaire est un sentiment tout à fait normal. Il suffit d’observer l’enfant dès son plus jeune âge et on voit à quel point garçons et filles se mettent en quatre pour faire plaisir à maman mais aussi à papa et puis à leur entourage.

Pourquoi vouloir plaire à tout prix ?

Le « désir de plaire » est quelqu’un qui n’a pas la boussole interne pour évaluer la valeur de ses propres actions, explique Debbie Ford, psychologue et auteure américaine, du coup, ils passent leur vie à chercher la validation. les autres. »

Les actions du Centre Municipal d'Action Sociale de Nice contre la canicule
A voir aussi :
Le Centre Municipal d’Action Sociale de la Ville de Nice a adopté…

Quelles sont les phobies les plus courantes ?

Ce sont les 10 phobies les plus courantes dans le monde

  • Phobie sociale. Ou la peur d’interagir avec les autres. …
  • agoraphobie …
  • Émétophobie. …
  • Ereutophobie ou érythrophobie. …
  • Amaxophobie …
  • hypocondrie …
  • Aérophobie. …
  • Arachnophobie.

Quelle est la pire phobie au monde ? 1. Carpophobie. La carpophobie est une phobie extrêmement rare, caractérisée par une peur irrationnelle des fruits. La personne qui en souffre refuse catégoriquement de manger des fruits.

Quelle est la phobie la plus répandu ?

Selon une enquête de l’association Anxiety UK, la phobie sociale arrive en tête de liste. Appelé aussi « anxiété sociale », ce trouble se caractérise par une peur intense d’être confronté à des situations d’interaction sociale. L’individu est particulièrement anxieux à l’idée de parler en public.

Quelle est la phobie la plus répandue en France ?

VU DANS LA PRESSE – La phobie de l’ombre, la peur excessive de la pluie, des orages et de la grêle, est la phobie la plus répandue en France, selon une étude américaine.

Quelle est la phobie la moins répandue ?

Les agoraphobes souffrent d’anxiété dans les foules et plus généralement partout où ils peuvent se sentir coincés et ne pas se faire aider rapidement s’ils se sentent mal.

Quel est la plus grande peur des Français ?

Sans surprise, les araignées restent toujours en tête des classements malgré le faible risque de morsures (moins de 1 chance sur 6 700 000 d’être gravement mordu). Parmi les peurs « classiques » comme le dentiste ou l’avion, les hackers viennent cette année s’immiscer à la 7ème place du classement.

Quelle est la peur de tous les Français ?

Ochlophobie – Peur des foules.

Sur le même sujet :
Après huit ans d’absence, la compagnie aérienne Air France a inauguré dimanche…

Qu’est-ce que l Hippopotomonstrosesquippedaliophobie ?

Savez-vous ce qu’est l’hippopotomostrosesquippedaliophobie ? C’est littéralement la peur des mots longs.

Quelle est la phobie la plus longue ? C’est le cas de : hexakosioihexekontahexaphobie (la phobie du nombre 666) : 29 lettres. dichlorodiphényltrichloroéthane (ou DDT, un insecticide utilisé par les agriculteurs) : 31 lettres. hippopotomostrosesquippedaliophobie (36 lettres), terme utilisé pour décrire la phobie des mots longs.

Comment s’appelle la phobie des mots courts ?

Les personnes atteintes de logophobie ont une peur phobique de parler en public ou de dire certains mots, ou même de les lire ou de les écrire. Cette phobie touche plus les hommes que les femmes pour des raisons qui restent inexpliquées.

C’est quoi la Scopophobie ?

Définition. La scopophobie est un trouble anxieux caractérisé par une peur pathologique d’être vu ou observé par les autres. C’est une peur sociale et spécifique, c’est-à-dire une peur irrationnelle déclenchée spécifiquement en public.

C’est quoi la Mégalophobie ?

La mégalophobie se caractérise par la peur panique et irrationnelle des grandes choses et des gros objets.

Comment s’appelle la peur des gros mots ?

hippopotomonstrosesquippedaliophobia est une variante orthographique de « hippopotomonstrosesupedaliophobia », mais incorrecte. Le terme est utilisé en plaisantant pour indiquer la peur des mots trop longs, qui contiennent trop de syllabes.

Quelle est la phobie la plus rare au monde ?

Émétophobie Si les vomissements ne sont pas une chose agréable pour le commun des mortels, ils sont tout simplement insupportables pour les émétophobes. L’émétophobie est la peur malsaine de vomir.

Comment s’appelle la peur des gros mots ?

hippopotomonstrosesquippedaliophobia est une variante orthographique de « hippopotomonstrosessuipedaliophobia », mais incorrecte. Le terme est utilisé en plaisantant pour désigner la peur des mots trop longs, qui contiennent trop de syllabes.

Canicule : l'astuce du papier d'aluminium pour rester au frais
Lire aussi :
Des températures dignes d’août. La France va transpirer ce week-end avec l’arrivée…

Comment vaincre Apopathophobie ?

Traitements possibles de l’apopatophobie La psychothérapie est recommandée pour ce type de phobie. Les liens avec les peurs de l’enfance, les traumatismes archaïques sont trop importants pour ne pas consulter un psychothérapeute et prendre le temps de résoudre ce qui a provoqué une telle phobie.

Comment traiter la parcoprésie ? A chacun son astuce pour éviter les désagréments de la parcoprésie. Attendez le bon moment, profitez de la pause déjeuner, montez à un autre étage, montez le volume de la radio, fermez plusieurs portes, mettez du papier dans l’eau pour réduire le bruit, craquez une allumette pour chasser les odeurs… jusqu’à ce que vous vous reteniez.

Quelles sont les phobies les plus rares ?

Anthophobie. Pour rester dans le domaine végétal, l’anthophobie est la peur des fleurs. Certaines personnes n’aiment pas les fleurs, mais les craignent ? Cette phobie est rare, mais elle touche suffisamment de personnes pour avoir un nom.

Quelle est la phobie la moins connue ? La carpophobie est la peur des fruits. Les personnes souffrant de carpophobie ont un fort sentiment de dégoût et d’aversion pour les fruits et parfois les légumes. Ils ne peuvent pas toucher ou manger ces aliments.

Quelle est la phobie la plus ridicule ?

Katagélophobie : c’est le petit nom de la peur du ridicule.

Comment s’appelle la phobie du ridicule ?

Catagélophobie – Peur du ridicule.

Quel est la phobie la plus longue ?

C’est le cas de : hexakosioihexekontahexaphobie (la phobie du nombre 666) : 29 lettres. dichlorodiphényltrichloroéthane (ou DDT, un insecticide utilisé par les agriculteurs) : 31 lettres. hippopotomonstrosesquippedaliophobie (36 lettres), terme utilisé pour décrire la phobie des mots longs.

Quel est la plus grosse phobie du monde ?

Selon une enquête de l’association Anxiety UK, la phobie sociale arrive en tête de liste. Appelé aussi « anxiété sociale », ce trouble se caractérise par une peur intense d’être confronté à des situations d’interaction sociale.

Quelle est la phobie la plus récente ?

Les agoraphobes souffrent d’anxiété dans les foules et plus généralement partout où ils peuvent se sentir coincés et ne pas se faire aider rapidement s’ils se sentent mal. Ce n’est pas tant le lieu que l’on redoute, mais son cadre.

Comment Appelle-t-on la phobie des fesses ?

La dysmorphophobie est souvent associée à d’autres troubles psychologiques : dépression, troubles alimentaires, troubles bipolaires, anxiété, troubles obsessionnels compulsifs et autres phobies (agoraphobie notamment).

C’est quoi la Blemmophobie ?

Définition. La blemmophobie n’est pas une simple timidité, mais une peur viscérale du regard des autres sur le corps.

C’est quoi Haptophobie ?

L’haptophobie est une phobie spécifique définie par la peur du contact physique. Le patient a peur d’être touché par les autres ou de les toucher lui-même. Tout contact physique déclenche un état de panique chez l’haptophobe.