Avec World Wellness Weekend, de multiples activités « bien-être » gratuites du 16 au 18 septembre

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Du 16 au 18 septembre, le World Wellness Weekend ou « World Wellness Weekend » permet à des milliers de professionnels de santé de proposer gratuitement diverses activités liées à ce secteur dans pas moins de 140 pays dont la France. Sport, méditation, massages… en plus d’apprendre de nouvelles techniques, l’activité encourage chacun à vivre dès maintenant une vie responsable et équilibrée, seul, en famille ou entre amis.

Un week-end de recherche, retrouver une voie d’équilibre et de bien-être… et si l’expérience pouvait déboucher sur de nouvelles compétences pour mieux vivre dans son corps et dans sa tête ? Depuis 2017, le Weekend Mondial du Bien-être / World Wellness Weekend est un événement qui confirme le 3ème Objectif de Développement Durable des Nations Unies « Santé et bien-être pour tous » pour faire démarrer un grand nombre de personnes, quelle que soit leur condition physique, et . même pour les personnes handicapées, il existe des bonnes pratiques liées au bien-être et à la protection de la santé. Et cela à travers les cinq grands piliers du bien-être : Sleep & amp; Créativité, Nourriture & Immunité, Mouvement & Santé, Présence & Silence, Signifie la vie & Solidarité. Cette sixième édition débutera le vendredi 16 septembre au lever du soleil et se terminera au coucher du soleil le dimanche 18 septembre. Au total, plus de 4 000 organisations dans 140 pays seront placées sur la « carte mondiale du bien-être » afin que chacun puisse trouver des experts, activités bien-être et cours collectifs gratuits proches de chez eux.

Pour vous y retrouver, rien de plus simple, il vous suffit de choisir une famille d’activités parmi celles proposées sur le site (Sports/Fitness, Yoga, activités de plein air, beauté/massage, activités aquatiques, sauna/hammam, santé de nature), pour renseignez-vous sur une nouvelle page de votre ville dans la barre de recherche associée puis inscrivez-vous directement auprès de la cible, par mail ou via le formulaire de contact pour participer. Ce sont donc pas moins de 170 événements différents proposés dans toute la France pour cette semaine du bien-être. Cet article prend également une note très importante en choisissant de privilégier l’unité, et la nécessité de « bien vivre ensemble » en ces temps de conflits. « Nous encourageons des millions de personnes en quête de santé à rejoindre un Wellness Buddy, une famille ou un collègue pour se fixer un objectif spécifique d’être » en bonne santé « . Formez-vous ensemble » et, lorsque cet objectif est atteint, changez les kilomètres de leur vie. podomètre en soutien financier pour soutenir l’association de leur choix. « , disent les organisateurs de cet événement.

À Lire  Cannabis : les magistrats inversés

Aussi disponible : Automne ! Nos pratiques sanitaires saisonnières

Faire de l’exercice régulièrement est un gage de bonne santé physique, sachant qu’avant même la pandémie de Covid-19, les problèmes de santé liés à une mauvaise hygiène de vie étaient déjà connus : insomnie, obésité, diabète, mauvaise santé mentale… S’ils n’ont pas disparu, les choix d’un mode de vie sain, il peut cependant sauver des millions de vies chaque année selon l’OMS. En 2019, le Global Wellness Weekend a touché 224 millions de personnes dans 98 pays. En 2020, même pendant la pandémie, la célébration a continué de croître dans 199 pays et 524 villes. « Être en bonne santé n’est pas un choix pour améliorer sa santé, sa force et sa stabilité. C’est un acte de motivation pour encourager ceux qui nous entourent à être la meilleure version d’eux-mêmes. », déclare Jean-Guy de Gabriac, fondateur du World Wellness Weekend . « Le bien-être est une carte qui montre d’où nous venons, où nous sommes et où nous allons. Nos actions d’aujourd’hui peuvent équilibrer le passé, enrichir le présent et améliorer l’avenir. Il nous appartient d’utiliser cette carte à bon escient. « , conclut-il.