Avis : devenir franchisé La Compagnie des Toits : « Au sein de La Compagnie des Toits, nos retours sont systématiquement écoutés et nos conseils pris en compte »

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée, Sara vous présente les nouveaux faits d'actualité 

La rédaction : Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

La rédaction : Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Guillaume EPIS : Je m’appelle Guillaume Epis, j’ai signé avec la franchise La Compagnie des Toits en septembre 2021, pour couvrir le secteur du Morbihan (56). Voir l’article : Agriculture : comment négocier (efficacement) sa dette ?.

&#xD ;

Après un début de carrière en tant que professeur de sport, je me suis rapidement réorienté pour aller en école de commerce. A son départ, j’ai rejoint Decathlon et j’ai gravi les échelons progressivement : chef de rayon, responsable d’exploitation, directeur de magasin, puis responsable d’exploitation des sites Decathlon de la région Bretagne.

Goupil-Othon. Un nouveau départ dans le secteur du bricolage pour Patrice Monoury
Voir l’article :
Après 30 ans en entreprise, il décide de s’installer à son compte,…

Pourquoi avoir choisi d’entreprendre en franchise ?

Pourquoi avoir choisi d'entreprendre en franchise ?

&#xD ;

Poussé par l’envie d’entreprendre, le point de bascule a toujours été la pandémie de Covid-19. J’ai profité des confinements pour m’interroger sur mes aspirations professionnelles. Il est clair qu’à un certain niveau de responsabilité, la dimension politique a pris le pas sur les valeurs qui m’ont porté, tout au long de ces années chez Decathlon.

&#xD ;

De faux plombiers du 19ème siècle confondus par leurs empreintes digitales
Ceci pourrez vous intéresser :
Déjà connus pour tromper les personnes âgées, ces deux malfaiteurs âgés de…

Qu’est-ce qui vous a amené à rejoindre La Compagnie des Toits ?

Qu’est-ce qui vous a amené à rejoindre La Compagnie des Toits ?

Au départ, je voulais reprendre une entreprise, j’ai donc cherché pendant quelque temps, sans succès. Soit je ne trouvais pas ce que je cherchais, soit je n’avais pas les moyens financiers. Si j’avais la possibilité de trouver un Business Angel pour couvrir cet aspect, je voulais être le seul décideur lors du lancement de mon activité et ne pas avoir à rendre compte à un partenaire financier.

N’ayant jamais envisagé de créer mon entreprise de A à Z, je me suis naturellement tourné vers la franchise. Grâce à un modèle économique éprouvé et à la formalisation du processus et de la communication, c’est un système plus rapide à mettre en place.

Compte tenu de ma formation universitaire, j’ai commencé mes recherches dans les franchises de distribution. Ensuite, je me suis tourné vers les franchises de centre de formation ou l’immobilier. A chaque fois, le contact avec le franchiseur ne m’a pas permis de franchir le pas. La plupart me traitant comme un numéro qu’il fallait signer rapidement, pour recevoir le chèque…

Construction de maisons : les clauses abusives refusées par la justice
Voir l’article :
Les juges ont d’abord désigné comme abusives les clauses qui ne fixeraient…

La formation vous a-t-elle permis, concrètement, de démarrer votre activité dans des conditions optimales ?

La formation vous a-t-elle permis, concrètement, de démarrer votre activité dans des conditions optimales ?

Sur le point d’abandonner, j’ai été contacté par un cabinet de recrutement qui m’a mis en relation avec Nicolas Legendre. Un vrai claquement de doigts ! Déjà, il ne m’a jamais mis la pression pour que je signe rapidement : au contraire, comme j’étais encore en poste, avec une bonne situation chez Decathlon, il m’a encouragé à prendre mon temps. Mieux, il m’a dit qu’il me réservait la région de Vannes (Morbihan), en attendant ma décision.

Mais Nicolas m’a aussi montré son envie de travailler avec moi : une dynamique que je considère essentielle, car si un franchisé choisit évidemment le type de franchise, le franchiseur doit aussi pouvoir choisir le franchisé.

Rachat de crédit : Les 3 dangers à éviter lors de l'opération - Mirror Mag
Lire aussi :
Généralement, le rachat de crédit consiste à regrouper tout ou partie de…

Votre démarrage d’activité est particulièrement prometteur, comment l’expliquez-vous ?

Votre démarrage d’activité est particulièrement prometteur, comment l’expliquez-vous ?

Enfin, Nicolas s’inscrivait dans une mentalité de réseau où le « nous » prédominait… Mieux encore, la franchise La Compagnie des Toits est jeune, portée par l’aventure humaine, qui correspondait totalement à mes valeurs et à mes envies.

A La Compagnie des Toits, la formation s’articule autour d’une partie technique (4 semaines), d’une partie commerciale (2 semaines) et d’une partie management/vision des hommes et de la marque (2 semaines). Nous étions 3 personnes dans ma séance, avec des profils extrêmement variés.

Compte tenu de mon parcours professionnel, j’aurais préféré approfondir la dimension technique, mais je comprends parfaitement le fait de devoir revenir à l’essentiel, pour que chacun ait le niveau de compétences requis pour lancer son agence.

A mon avis, 4 points sont venus appuyer le bon démarrage de l’agence La Compagnie des Toits Morbihan, au-delà d’un peu d’huile de coude bien sûr :

Arrivé à la formation initiale de La Compagnie des Toits, j’ai été libéré d’une certaine pression mentale : j’avais déjà mon local et les prêts étaient validés. Il est particulièrement difficile de se lancer dans une démarche, sans savoir si les fonds de démarrage nécessaires seront enfin obtenus.

De quel accompagnement bénéficiez-vous, pour le lancement de votre activité ?

J’étais implantée sur le territoire depuis quelques années et notamment, dans le monde associatif. Pour la petite histoire, c’est un ami qui m’a fait faire mon premier projet, ça me donne confiance et sert de tremplin pour en entreprendre d’autres…

Si j’ai eu la chance exceptionnelle de trouver un vendeur, avec une expérience dans le secteur, je crois que la chance est déclenchée. Il faut juste travailler bien en amont. De plus, La Compagnie des Toits vous accompagne dans le processus de recrutement : si je le connaissais bien, j’ai apprécié leur regard extérieur, ce soutien rassurant. Au sein d’un réseau, même si le choix vous appartient totalement, nous partageons les décisions.

Si vous restez le dernier décideur, il est absolument essentiel de travailler simplement et en toute humilité : recueillez les paroles de vos équipes et réfléchissez-y attentivement. Aujourd’hui, je n’ai pas de plus grande fierté que lorsqu’un client me dit qu’il aime mon équipe, qu’elle est serviable et compétente.

Au-delà de la formation initiale de 8 semaines, la franchise La Compagnie des Toits a déployé des services complémentaires, couvrant les aspects techniques et commerciaux :

Comment vous projetez-vous à court/moyen/long terme ?

Au lancement de notre activité, chaque franchisé bénéficie d’un accompagnement technique, physique et/ou à distance. En nous faisant bénéficier de leur recul professionnel, il nous aide à encadrer nos dossiers et à bien réfléchir sur nos chantiers.

Des techniciens nous alertent également sur le respect des DTU (normes). Par exemple, à mes débuts, j’ai proposé de mettre en place un revêtement par couche pour une terrasse. Le service m’a posé des questions précises (« La terrasse est-elle praticable ? », « Est-elle en pente ? »). Comme il n’était pas en pente, il m’a dit qu’il fallait alors mettre 2 couches, pour mieux gérer l’eau stagnante, mais surtout pour éviter tout problème de garantie décennale, par rapport aux normes en vigueur.

Quels sont, selon vous, les atouts du réseau La Compagnie des Toits ?

Là encore, la franchise La Compagnie des Toits assure un accompagnement régulier, que ce soit par téléphone ou par visio. Ces professionnels sortent vos numéros d’entreprise et les challengent (« Pourquoi envoie-t-on tant de devis ? », « Sont-ils maîtrisés ou non ? »). Si nécessaire, ils nous aident à corriger la situation, à garder un cadre et surtout, un cap. Par exemple, à l’agence, nous avons choisi de nous abonner à LinkedIn via un compte Premium, pour développer notre prospection via ce canal. Nos interlocuteurs à la tête du réseau nous ont demandé pourquoi nous ne prospections plus, car la base de données n’était plus mise à jour dans le CRM de La Compagnie des Toits. Lorsque nous leur avons expliqué notre démarche, ils ont compris, mais nous ont invités à la tenir à jour, à faire un suivi et à garder le bénéfice de cet outil puissant.

Mon premier objectif, à moyen terme, est de stabiliser l’agence autour de 800 000 à 1 million d’euros.

A plus long terme, je n’écarte pas la possibilité d’ouvrir une deuxième agence dans le même secteur – en continuant à couvrir le bassin de Vannes, avec l’actuelle, et en développant l’autre autour de Lorient. L’idée ici est de réduire les temps de déplacement et de transport, d’optimiser notre organisation interne.

Quel(s) conseil(s) donneriez-vous à un candidat à la franchise ?

Épaulée par son fondateur, Nicolas Legendre, je me sens comme un véritable acteur du réseau : nos retours sont systématiquement écoutés et nos conseils pris en compte.

Par rapport au métier lui-même, la direction technique est un véritable atout par rapport à la concurrence ! En cas de doute, on se tourne facilement vers elle : à l’écoute, elle trouve toujours des alternatives ou des pistes à explorer.