Bépo, Dvorak, Colemak… A la recherche du clavier français qui…

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Inadapté à la frappe et à la frappe en français, le célèbre clavier Azerty possède des touches sifflantes. Les passionnés proposent d’autres solutions.

L’Association française de normalisation (Afnor) a ouvert mercredi 7 juin une enquête publique pour présenter des observations sur son projet d’amélioration du clavier français Azerty. Cette consultation, qui court jusqu’au 9 juillet, propose une version améliorée du clavier actuel, ainsi qu’une option Bépo moins connue.

Le débat sur les mérites des différents claviers n’est pas nouveau. « Il est donc quasiment impossible de taper correctement en français sur un clavier vendu en France. La déclaration, publiée mi-janvier 2016 sur le site du ministère de la Culture, a fait grand bruit. Selon un rapport de la Délégation générale à la langue française et aux langues de France, les claviers AZERTY ne sont pas adaptés à la langue française. Et pourtant tout le monde les utilise… Depuis, l’Association française de normalisation (Afnor) travaille sur un nouveau modèle de clavier.

« Vraiment, aujourd’hui on ne peut pas respecter les règles de la langue française avec un clavier azerta », appuie Philippe Magnabosco, chef de projet à l’Afnor à l’époque. E w o (œ), w a (æ) ou une cédille qui se perd dans une lettre majuscule, de nombreuses spécificités de la langue française ne sont possibles qu’avec un correcteur orthographique. Tapez un mot, cliquez dessus avec le bouton droit, puis cliquez avec le bouton gauche, le processus fastidieux consistant à taper « cœur » ou « tout va bien ».

« Les azertas que nous avons en France sont en train d’effacer les langues régionales et européennes. Vous ne pouvez pas saisir de noms en allemand ou en espagnol alors que les claviers allemands vous permettent de saisir des noms en français. »

« Il y a aussi d’autres spécificités, par exemple, nous sommes plus agacés par les claviers Windows que par les claviers Mac » – a souligné Philippe Magnabosco. Sur un Mac, il est plus facile de taper en majuscules avec un accent, qui est le « ç » majuscule. « Notre objectif est de défendre les langues, de permettre aux gens de penser qu’il n’y a pas que l’anglais dans la vie. »

Les recommandations de l’Afnor n’obligent ni les fabricants ni les distributeurs, mais peuvent guider les administrations souhaitant remplacer leurs claviers.

En 2016, l’association s’est davantage concentrée sur des améliorations marginales. « Nous n’avons pas l’intention de supprimer le clavier Azerta du français. En fait, il existe plusieurs exemples de pays changeant radicalement leurs claviers », rappelle Philippe Magnabosco, « il faut une solution qui complète, pas forcément qui perturbe. »

L’étrange monde de Dvorak et de bépo

Mais en France, la communauté des passionnés milite depuis des années pour une disposition de clavier radicalement différente. Pour eux, le clavier français existe déjà et s’appelle bépo – et c’est la configuration proposée dans une consultation ouverte cette semaine par l’Afnor. A voir aussi : Avec l’ESC Clermont BS, retrouvez le top 5 des plus …. Comme l’AZERTY, il tire son nom des premières lettres qui le composent. Il est conçu pour faciliter la frappe des caractères utilisés en français, mais aussi pour minimiser les mouvements de la main lors de la frappe en répartissant les touches à l’aide d’un algorithme qui utilise des statistiques lexicales.

À Lire  Tarn-et-Garonne : "Conshumeur" et "MaVie services" comme exemples de start-up bien maîtrisées

Il est directement adapté d’une mise en page inventée dans les années 1930 par l’Américain August Dvorak, « mort complètement ignoré », explique Olivier Guéry, kinésithérapeute parisien et membre de l’association Ergodis qui promeut le Bépo.

Ceci pourrez vous intéresser :
Il y a plusieurs raisons pour lesquelles les gens ne consomment plus…

Utiliser ses dix doigts

Mais attention, taper avec deux doigts n’est pas très intéressant. Bépo est fait pour frapper avec dix doigts et à l’aveuglette. « En 2009, mon patron m’a demandé d’apprendre à taper. J’ai échoué avec le clavier Azerta, mais en quinze jours j’ai réussi avec bepo, découvert sur Internet », explique Jeff, membre de la communauté depuis plusieurs années. Il a essayé de convertir ses collègues, mais « ils étaient très satisfaits de la frappe à deux doigts très rapide et n’en voyaient pas l’intérêt ». Pour Olivier Guéry, c’est aussi un moyen de détendre les muscles et les articulations. « Je dis cela sans recherche scientifique, mais il est évident que lorsque vous ne tapotez pas vos dix doigts, vous faites plus d’efforts physiques », explique-t-elle.

Les partisans des claviers alternatifs pointent également du doigt une forme d’abandon de la frappe au clavier. « Tout le monde le prend pour acquis alors que personne ne l’apprend, surtout à l’école », note un membre. Toute la communauté bepo s’accorde également à dire que le clavier qwerty n’est pas adapté à cet apprentissage.

Offre spéciale pour les étudiants et les enseignants

Accédez en illimité à tous nos contenus à partir de 8,49€ par mois au lieu de 9,99€

Après de longs débats internes sur l’ajout de tel ou tel accent ou caractère, il y a quelques années le clavier bépo s’est installé. Aujourd’hui, ses adeptes tentent de la vulgariser en dehors des cercles d’initiés. « Vous n’avez pas besoin d’acheter un clavier ! » ‘ prévient Olivier Guéry. « La disposition du clavier ne doit pas être confondue avec le clavier lui-même, vous pouvez taper bepo, conçu pour fonctionner avec cent quatre touches, sur azerty ou qwerty. » Les débutants peuvent télécharger le logiciel du clavier et apprendre avec des autocollants placés sur les touches. Pour les plus motivés, certaines marques, comme les claviers du marché Typematrix, se sont adaptées au bepo, mais qui ont donc dénaturé la disposition des touches.

À Lire  Création d'entreprise : à tout réseau d'entrepreneurs

A voir aussi :
Publié le 18 novembre 2022 sur 15:42 Source : Sujet TF1 InfosPublié…

Remplacer complètement le clavier

Bepo et Dvorak font partie des tracés les plus connus, mais il en existe d’autres, souvent adaptés à des applications très spécifiques. Par exemple, Programmer Dvorak a été conçu pour faciliter le travail des programmeurs. Ou Colemak, une mise en page inspirée de Dvorak mais plus facile à comprendre pour le grand public.

De la même manière qu’il est possible de passer d’Azerty à QWERTY avec une combinaison de touches, la plupart des dispositions alternatives sont adaptées pour fonctionner sur un clavier traditionnel. Cependant, beaucoup critiquent sa forme originale. Par exemple, les rangées de touches sont décalées en raison de la conception des machines à écrire – il était nécessaire d’empêcher les touches de s’emmêler lors de la frappe. Par la suite, cette disposition n’a pas été modifiée pour ne pas déranger les habitudes du public, explique Olivier Guéry.

Des entreprises comme Kinesis et Maltron vendent désormais des claviers alternatifs aux communautés d’utilisateurs expérimentés d’Internet qui recherchent des outils plus adaptés à leurs besoins. Parmi eux on trouve notamment des claviers divisés en deux parties, chacune contrôlée par une main différente. Ces claviers dits « ergonomiques » étaient très populaires dans les années 1990, explique le site Deskthority. L’année dernière, un projet distinct de clavier Ergodox a attiré suffisamment de fans pour collecter plus de 300 000 $ sur le site de financement participatif IndieGoGo.

Jeff a même des problèmes de santé. « Un pavé numérique traditionnel à 105 touches donne une distance de quarante centimètres entre la souris et le clavier pour un gaucher, l’obligeant à tourner le coude et à faire des efforts », explique-t-il. « C’est un problème de santé au travail méconnu », déplore le retraité, qui évoque le risque de troubles moteurs chez certains usagers.

Toutes ces alternatives à la disposition Azerta et au bon vieux clavier 105 touches semblent réservées à un petit groupe de passionnés. Jusqu’à présent, vous ne pouvez toujours pas utiliser bepo sur Mac ou Windows sans télécharger et installer la puce et faire des recherches. La communauté souhaiterait que bepo soit disponible par défaut, mais elle semble avoir du mal à imposer ses arguments. « On peut se battre des heures pour localiser un personnage, mais on ne peut pas envoyer d’email à Microsoft ou Apple », soupire Olivier Guéry.

A voir aussi :
Entretien avec Patrice Chelim, directeur et co-fondateur de CSB.School, qui vient d’annoncer…