Bessens La taverne espagnole !

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Le dimanche 11 septembre, Bessens vibrait au rythme des moteurs de plus de 150 véhicules de collection regroupés autour de la place du village. Le ciel était également peint d’un oiseau en métal avec des pales : près de 200 personnes ont eu l’occasion de faire l’expérience d’un baptême en hélicoptère. Lors du défilé des véhicules anciens, une 2 CV bleue de 1963 s’est démarquée, décorée aux couleurs d’Urriès, la ville espagnole d’Aragon, avec laquelle Bessens est jumelée depuis 2020. Ce véhicule, devenu depuis la mascotte du jumelage , appartenait à Pierre Gamarra, poète et romancier d’origine espagnole, qui vécut vingt ans dans notre village. Samedi 17 septembre, 2 CV sont allés saluer la délégation espagnole qui avait traversé les Pyrénées pour assister à la fête locale annuelle de Bessens. Le maire d’Urriès, Armando Soria, et son épouse Susana, accompagnés de cinq autres habitants, sont venus profiter de l’effervescence du festival du week-end. Les deux maires, Adrien Raphet et Armando Soria, ont ouvert les festivités vendredi soir 16 septembre, après avoir participé à une belle manifestation des Gaga Girls, majorettes du Bessin. À la fin du spectacle, les maires et les boosters de fraternité de chaque village ont même pris des pompons pour une chorégraphie impromptue dirigée par l’animatrice de Gage Girls, Julie. Samedi a été l’occasion pour la délégation survoltée de rencontrer ses « frères » du Bessinci dans l’auberge espagnole organisée par la mairie. Le clin d’œil de ce rendez-vous gourmand a remonté le moral des amis espagnols qui ont appris de nouveaux mots de français et ont pu déguster des spécialités locales cuisinées par de nombreux participants. Le président du domaine de chasse leur a même fait goûter un pâté de sanglier et de cerf et leur a expliqué la recette ! Le futur rendez-vous sera-t-il culinaire ?

À Lire  French days 2022 : Le prix de la montre connectée sous Wear OS Google pour le sport chute

La journée s’est poursuivie par une balade dans les rues de la ville, une virée à Lapeyrière pour profiter de la vue sur la vallée de la Garonne depuis la statue de Saint Ferréol et une halte au bord du canal. De quoi se mettre en appétit pour aller se régaler d’un repas proposé par le comité des fêtes en compagnie de musiciens, avant de danser jusqu’au bout de la nuit. Ces échanges réguliers entre les deux villages renforcent les liens amicaux et culturels qui les unissent et chaque visite sur le territoire de l’autre fait vivre cette fraternité. Ainsi, tous les habitants peuvent profiter de la richesse de chacun. Vive ce beau couple. Vive Urries !