Bien-être animal : « Chacun doit faire des efforts… » Avoir un chien au village, pas toujours une promenade de santé.

Photo of author
Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée, Sara vous présente les nouveaux faits d'actualité 

Les grandes villes traînent-elles les pieds pour accroître l’acceptation des chiens ? Après tout, c’est un sentiment que la plupart de nos lecteurs ont. Si à la campagne, nos chiens voient la vie en rose, le témoignage des propriétaires d’animaux en ville est moins que reluisant. Entre le manque d’espaces verts, l’accès difficile aux transports et le problème central des déjections canines, difficile de satisfaire notre meilleur ami.

L’enjeu a notamment incité le magazine 30 Millions d’Amis à attribuer, depuis 2016, un classement des villes « où il fait bon vivre avec ses animaux ». « Nous sommes partis d’un constat : la population canine à Paris a chuté de près de 20 %. Le chien est de plus en plus considéré comme un « animal non grata », explique Katia Renard, rédactrice en chef.

Une histoire de vivre-ensemble

La principale question soulevée par nos lecteurs concerne le caca. « Il y a de plus en plus de sacs disponibles à ramasser, et c’est très pratique », explique Mary, propriétaire de deux chiens. Ceci pourrez vous intéresser : La Tanzanie lève l’interdiction d’exporter des espèces sauvages. Thierry, propriétaire de trois chiens-loups à Colomiers, nuance : « Le problème, c’est surtout la rareté des poubelles. Marion, lui, souligne que « les distributeurs se font régulièrement cambrioler par des personnes sans chiens ».

Ce qui rend le nettoyage de la « scène de crime » plus compliqué, notamment parce que même avec cet outil, certains oublient… « C’est le vivre ensemble, chacun doit faire un effort, témoigne Katia Renard. Quiconque ne ramasse pas la saleté a gagné ne pensez pas aux personnes en fauteuil roulant, à vélo… C’est très peu civilisé. »

La SNCF lance une carte forfaitaire pour les animaux, quelle que soit leur taille
Lire aussi :
Pour les voyageurs à poils, à plumes ou encore à écailles, un…

La laisse, ça lasse

La laisse, ça lasse

Au-delà de ce sujet parfumé, la ville pose certains défis particuliers à ses propriétaires. L’accès aux espaces verts est très compliqué. « Avignon est une ville terrible pour les chiens, dit Bernadette. Ils ont une petite ruelle qui leur est réservée, loin du centre-ville. Tous les autres parcs et jardins leur sont interdits !  »  » A Toulon il ne faut pas être difficile, beaucoup de François. Les chiens sont interdits dans les parcs et sur les plages. »

Et, bien que ces endroits soient autorisés pour les animaux, vous devriez toujours pouvoir vous y rendre. A Saint-Brieuc, où habite Christophe, les transports en commun sont interdits aux chiens : « Si vous ne vous faites pas transporter, c’est votre problème ! », maudit-il. Marion acquiesce : « Les bus, les trams et les métros refusent les animaux qui ne sont pas dans le panier. Même muselés, ils ne s’échappent pas. Aux heures de pointe, je peux comprendre, mais à d’autres moments… »

Alors comment rendre la vie plus facile à nos amis ? C’est difficile de répondre. Ce n’est pas qu’une question de volonté, mais bien souvent de gros sous : « Les villes ont pris conscience du problème des chiens, raconte Katia Renard. Le principal obstacle est le budget, car le sujet n’est pas prioritaire. « Il faudra certainement brosser les élus dans les cheveux…

Comment créer une race de chat ?
Lire aussi :
Ceux-ci comprennent la diarrhée et des vomissements fréquents. Dans les cas les…

Laisser un commentaire