Bilan Formule 2 : l’ascenseur tourne

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Le championnat FIA de Formule 2 s’est terminé à Abu Dhabi, après quoi une dizaine de rookies ont pris part aux essais d’après-saison de Formule 1.

Felipe Drugovich, champion mis à jour 2022.

Pour lutter contre le manque de temps de piste compte tenu de la limitation drastique des essais privés, le changement réglementaire qui oblige les équipes de F1 à confier le volant de leurs monoplaces en deux sessions EL1 à des rookies en cours de saison a eu pour effet d’augmenter l’expérience et d’augmenter la nombre de candidats au Grand Prix.

Alors que la FIA a mis de l’ordre dans la jungle des formules de promotion, sous l’impulsion de Stefano Domenicali lorsqu’il était Président de la Commission Monoplace, on y voit plus clair : après la F4 dans les championnats nationaux et un premier pas en F3 au niveau régional (en Europe, mais aussi en Asie et dans les Amériques), les championnats FIA de Formule 3 et de Formule 2 sont une étape nécessaire pour accéder à la Formule 1.

Les pilotes IndyCar – aussi expérimentés soient-ils – ne sont pas avantagés par ce système qui fait la part belle aux points de super licence acquis dans la pyramide mise en place par la FIA. Cependant, une évolution est à prévoir car ce « numerus clausus » a empêché le jeune Colton Herta de débuter en F1, lui qui avait une promotion assurée en AlphaTauri, faute de précieuses graines de sésame. Il ne fait aucun doute que le quota de points attribué pour le championnat IndyCar à l’avenir augmentera et sera équitable.

À Lire  Hérault : il utilise des conteneurs frigorifiques pour construire une maison économique

Colton Herta a été privé de F1 : très injuste !

Pendant ce temps, les aspirants pilotes de Grand Prix viennent principalement de F2 et F3. La génération montante (Max Verstappen, Charles Leclerc, George Russell, Lando Norris) a suivi cette voie, tout comme les nouveaux venus pour 2023 : Nyck de Vries a traversé le purgatoire de la Formule E, mais a été sacré en F2 en 2019 et disputera sa première course complète. Saison F1 avec AlphaTauri après ses débuts réussis pour Williams à Monza, tandis que Logan Sargeant a obtenu la super licence qui garantit sa promotion à Grove.

Avant eux, le champion de Formule 2 2020 Mick Schumacher et son dauphin Guanyu Zhou se sont rendus en Grands Prix (après un an d’attente pour les Chinois), tandis que son successeur Oscar Piastri a également dû patienter une saison en marge pour enfin se lancer. . avec McLaren l’année prochaine, par opposition à son deuxième Robert Shwartzman confiné à un rôle de réserve chez Ferrari. Parce que c’est la loi du genre : selon le secteur ou l’académie dont on est issu, ça marche ou ça ne marche pas.

Robert Shwartzman dans une impasse : à qui la faute ?

On craignait ainsi le pire pour le champion 2022 Felipe Drugovich, qui n’avait aucun lien avec une écurie de Formule 1 avant d’être recruté par Aston Martin comme pilote d’essai l’an prochain, le poste de réserve étant en principe destiné à Stoffel Vandoorne.

Car l’expérience est nécessaire pour garantir l’éventuel remplacement, d’autant qu’elle permet parfois de relancer des carrières que l’on croyait dans l’impasse, comme on vient de le voir pour Nico Hülkenberg chez Haas ou encore de Vries finalement promu par AlphaTauri.

À Lire  La Ciotat : Atlas, fleuron du chantier naval

Le vice-champion de Drugovich, Theo Pourchaire, est encore un adolescent, bien qu’il ait déjà obtenu du temps de piste avec Alfa Romeo en F1. Il sera contraint de faire une troisième campagne de F2 en 2023, mais il faut noter que Zhou, comme Drugovich, a également couru pendant trois ans dans l’antichambre du Grand Prix. Bref, l’ascenseur fonctionne en quelque sorte avec la dimension financière ou avec l’impact marketing qui restent souvent encore décisifs.

Cependant, il faut se réjouir que beaucoup en F2 se rapprochent de la F1 : outre Pourchaire en Alfa Romeo, on a vu Frederik Vesti sur le circuit Mercedes de Yas Marina, ainsi que Liam Lawson avec Red Bull, Drugovich en Aston Martin, Shwartzman chez Ferrari ou encore Jack Doohan chez Alpine. Sans oublier les protégés du Red Bull Junior Team (Dennis Hauger, Ayumu Iwasa et bientôt Enzo Fittipaldi) qui pourront vraisemblablement saisir leur chance dans le futur. Belle jeunesse !

Le titre de vice-champion n’a pas suffi à Pourchaire.