Bœuf : tous les bienfaits santé de cette viande rouge

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Quelles sont les propriétés du bœuf ?

Quelles sont les propriétés de la viande de boeuf ?

Le bœuf possède de nombreuses qualités nutritionnelles : Voir l’article : Micronutriments pour le marché de l’alimentation animale analysés par part de taille, tendances, acteurs clés et perspectives de croissance future – Androidfun.com.

Les valeurs nutritionnelles du bœuf

Voir l’article :
Les scientifiques ont fourni plus de preuves que manger tôt dans la…

Les valeurs nutritionnelles du boeuf

Bienfaits : pourquoi manger du boeuf ? La viande rouge est-elle saine ?

Ceci pourrez vous intéresser :
Les fibres alimentaires facilitent la digestion. C’est ce que vous avez probablement…

Bienfaits : pourquoi manger du boeuf ? Est-ce que la viande rouge est bonne pour la santé ?

Le Programme National Nutrition Santé recommande de limiter la consommation de viande et de privilégier la volaille. 500 grammes de viande (hors volaille) par semaine correspondent à 3 ou 4 steaks. « Préférez les volailles telles que le poulet sans peau, les escalopes de volaille… C’est moins gras que les autres viandes. Si vous mangez d’autres viandes, privilégiez également les coupes moins grasses : escalope de veau, longe de porc maigre, bavette, steak haché à 5% de matière grasse … », souligne le site Manger Bouger. Astuce facile, la portion recommandée est la quantité de viande cuite de la taille de la paume de la main.

Sans surprise le boeuf est très riche en fer héminique, ce dernier est présent exclusivement dans les aliments d’origine animale car il est associé à des protéines comme l’hémoglobine. Pourquoi manger des aliments qui sont une source de fer ? Dans le corps humain, le fer est nécessaire au transport et à l’utilisation de l’oxygène par les globules rouges, ainsi qu’au fonctionnement de certaines enzymes. « L’équilibre entre apport en fer et perte en fer est généralement bien régulé chez les personnes saines. En effet, il existe un recyclage efficace du fer par les globules rouges. Un apport régulier en fer permet également de maintenir un bilan en fer équilibré », détaille l’Anses.

Avant de terminer : « Il existe aussi des réserves dans le foie, la rate et la moelle osseuse qui peuvent être mobilisées par l’organisme pour répondre aux besoins accrus dans certaines situations physiologiques comme la grossesse ou la croissance. ».

Le bœuf est une source intéressante de protéines d’origine animale. Dans le corps humain, ils jouent plusieurs rôles essentiels. En effet, ils ont une fonction structurelle et « participent au renouvellement du tissu musculaire, des phanères (cheveux, ongles, poils), de la matrice osseuse, de la peau, etc. », souligne l’Anses. Et d’ajouter que les protéines interviennent également dans de nombreux processus physiologiques, par exemple sous forme d’enzymes digestives, d’hémoglobine, d’hormones, de récepteurs ou d’immunoglobulines (anticorps). Par exemple, une portion de 100 grammes de viande couvre 30 % de l’apport protéique quotidien nécessaire.

Autre atout de la viande rouge, elle apporte de la vitamine B12 à l’organisme. Aussi appelée cobalamine, la vitamine B12 intervient dans le métabolisme du propionate et de la vitamine B9. La carence en vitamine B12 est plus souvent remarquée chez les personnes qui suivent un régime végétalien car elle est introduite à partir des œufs mais n’est pas bien absorbée, de la viande, des produits laitiers, des abats, etc. Dans la majorité des cas, une carence en vitamine B12 se traduit par une anémie et s’accompagne de « symptômes liés à une altération du transport de l’oxygène, comme la fatigue ou la dyspnée ».

Mais, l’Anses rapporte également d’autres conséquences d’une telle carence : « Une carence en vitamine B12 peut aussi entraîner des atteintes neurologiques avec une démyélinisation progressive au niveau du cerveau et de la moelle épinière, qui s’accompagne de troubles moteurs et de la sensibilité. Ces atteintes peuvent également être associées à des atteintes neuronales. dysfonctionnements à l’origine de certains troubles mentaux : irritabilité, troubles de la mémoire et de l’humeur ». Parmi les vitamines du groupe B, la viande rouge contient également des vitamines B2, B3 et B6.

Cette viande fournit également des minéraux antioxydants tels que le cuivre et le magnésium. Comme le rappelle l’Anses, à l’âge adulte, le corps humain contient environ 25 grammes de magnésium, dont environ 50 à 60 % dans les os et 25 % dans les muscles. A quoi cela sert? Le magnésium est impliqué dans « la production d’énergie et les réactions impliquant l’ATP (adénosine triphosphate), notamment dans le métabolisme intermédiaire des glucides, des lipides, des acides nucléiques et des protéines ». Il est également essentiel pour « le maintien du potentiel de la membrane cellulaire, le transport des ions, la régulation du flux de potassium ». De plus, le magnésium est impliqué dans le métabolisme du calcium.

C’est aussi une excellente source de zinc, cet oligo-élément essentiel qui intervient dans de nombreuses fonctions cellulaires. Il est impliqué dans l’activité de près de 300 enzymes et celle de plus de 2500 facteurs de transcription souligne l’Agence de santé.

Le bœuf est-il une viande grasse ? Pourquoi ne pas manger trop de boeuf ?

Est-ce que le boeuf est une viande grasse ? Pourquoi ne pas manger trop de boeuf ?

Comme le porc et l’agneau, le bœuf appartient aux viandes grasses. Évidemment, tout dépend de la partie consommée. Une côte de bœuf est particulièrement grasse alors qu’une côte de bœuf compte 161 calories pour une portion de 100 grammes. Dans le cadre d’une alimentation saine et équilibrée, une portion de bœuf trouve sa place accompagnée de légumes.

Pour les personnes qui ont du cholestérol, la viande rouge doit être limitée. Ils contiennent en fait plus de graisses saturées. Cette composition favorise la formation de plaques d’athérome à l’origine d’accidents cardiovasculaires. Consommée en quantité excessive, la viande rouge peut donc endommager le système cardiovasculaire.

Certaines études récentes indiquent les effets néfastes d’une consommation excessive de viande rouge et, notamment, son rôle possible dans l’apparition de cancers du sein, de la prostate, etc. En 2021, une étude publiée dans la revue Nature Microbiology soulignait que la présence du composé triméthylamine-N-oxyde (TMAO), produit par certaines bactéries intestinales, pouvait augmenter le risque de problèmes cardiovasculaires.

Comment consommer cette viande rouge ?

Végétalienne, elle est condamnée à la prison à vie pour la mort de son bébé malnutri
Sur le même sujet :
Une Américaine est aujourd’hui largement condamnée pour la mort de son enfant,…

Comment consommer cette viande rouge ?

Côté cuisson, il est important de cuire les viandes rouges en évitant la formation de composés potentiellement cancérigènes. Pour cela, il est recommandé que la viande ne soit pas émiettée et pas trop cuite sur le gril. Les femmes enceintes doivent privilégier une cuisson « moyenne » pour limiter les risques d’intoxication.

Pour réduire les risques de prolifération bactérienne, il est recommandé de hacher votre viande juste avant la consommation et de toujours veiller à l’hygiène et au bon entretien des ustensiles de cuisine. Autant de mesures pour lutter contre l’apparition de souches d’E. coli. Si la majorité des souches restent inoffensives, elles peuvent provoquer des diarrhées importantes et même la mort dans les cas les plus graves. Souvent, les plus contaminés dans les épidémies sont le bœuf haché, qui est consommé cru ou insuffisamment cuit.

La viande rouge est utilisée dans de nombreuses recettes populaires en France : carpaccio (à l’huile d’olive et au parmesan), tartare, hamburgers, bœuf bourguignon, steak haché, côtes levées, etc. Vous pouvez également préparer une marinade maison avec du jus de citron, de l’huile d’olive, des épices, etc. Selon le goût, ajoutez également les herbes de votre choix : miel, sauce soja, etc.

Pour les amateurs d’abats, la langue, le cœur et le foie peuvent également être consommés.

Comment conserver la viande rouge ?

Sécurité alimentaire, souveraineté alimentaire : tout comprendre - Fondation FARM
Ceci pourrez vous intéresser :
Avec la pandémie mondiale de COVID-19 et l’invasion russe de l’Ukraine, les…

Comment conserver la viande rouge ?

Pour la viande découpée, il est conseillé de la conserver au réfrigérateur quatre jours maximum dans le papier d’origine. Pour la viande hachée, elle doit être consommée dans les 12 heures suivant l’achat. Les tripes se conservent 24 heures.

Pour la viande rouge, il existe différents types de cuisson. Le bœuf peut être bleu (avec une mie à peine tiède et très rouge), saignant (avec une mie un peu moins rouge), médium (avec une mie plus rosée) ou bien cuit avec une cuisson pleine et homogène.

À Lire  Villars : un pas de plus vers l'alimentation saine et l'intégration