Brésil : libération imminente de prison pour le patron des JO de Rio…

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Sergio Cabral, ancien gouverneur de Rio de Janeiro accusé d’avoir reçu des pots-de-vin astronomiques pour des chantiers de construction de la Coupe du monde 2014 et des JO 2016, va bientôt sortir de prison après six ans de prison, grâce à une décision de la Cour suprême du Brésil vendredi dernier. Par un vote de trois contre deux, les magistrats de la plus haute juridiction du Brésil ont décidé que Sergio Cabral, 59 ans, pouvait être assigné à résidence dans l’attente de la décision d’appel.

Ses avocats estiment qu’il devrait probablement sortir de prison lundi, le temps de régler les derniers détails bureaucratiques. Considéré comme un champion de la corruption et un roi du bling-bling au Brésil, l’ancien gouverneur a été condamné à plus de 425 ans de prison dans 23 affaires, mais il n’a pas encore été jugé en appel par les hautes autorités. Selon les procureurs, il a utilisé l’argent détourné pour acheter des quantités de bijoux et d’autres articles de luxe, qui ont également payé un cours d’équitation pour son fils.

L’Etat de Rio au bord de la faillite

Le juge de la Cour suprême Gilmar Mendes, auteur du vote décisif de vendredi, a jugé que l’accusé ne pouvait pas « rester indéfiniment en détention provisoire », une mesure prise pour empêcher l’éventuelle destruction de preuves s’il attend que sa libération reste libre. Lire aussi : A Plounéour-Brignogan-Plages, les Amis du 15 août sont prêts à remonter les couvertures. Mais le magistrat a précisé que cette décision ne signifiait pas « au moins l’absolution » de Sergio Cabral.

À Lire  Festival Aspect Terre. Baptême de l'air en hélicoptère

Journaliste de formation, fils d’un écrivain de renom, Sergio Cabral a été gouverneur de 2007 à 2014, pendant le boom économique où le Brésil s’est vu confier l’organisation de la Coupe du monde 2014 et des JO de Rio 2016. Selon les procureurs, chaque appel d’offres de travaux publics suivait la « règle des 5% », versée sous forme de pots-de-vin, y compris lors de la rénovation du mythique stade Maracana pour la Coupe du monde. Les révélations de corruption à grande échelle impliquant Sergio Cabral ont profondément choqué l’opinion publique. Les détournements de fonds ont eu un impact direct sur les finances publiques de l’État de Rio, qui était au bord de la faillite après les JO.

Ceci pourrez vous intéresser :
Tout le monde aime la douceur et le confort incroyable offerts par…