Canicule : À la ferme, les agriculteurs prennent des précautions pour protéger leurs vaches

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Chloé Lagadou (Envoyée spéciale à La Haye-Saint-Sylvestre), édité par Solène Leroux

16.00, 19 juillet 2022

Une « capacité pulmonaire moindre »

Si les humains subissent la canicule, les animaux aussi. En Normandie, sur la ferme de Nathalie et Christophe, des solutions devaient être trouvées pour protéger les 98 vaches du troupeau. Les rayons du soleil écrasent le toit de la grande grange en bois située à La Haye-Saint-Sylvestre. Les vaches laitières de Christophe et Nathalie sont toutes entassées dans la partie la plus fraîche du bâtiment. L’éleveur s’inquiète des fortes chaleurs.

« Une vache, sa température de confort, doit être comprise entre dix et 15 degrés. Alors quand on voit bien il fait 36 ​​à l’ombre, imaginez la différence », démontre Christophe au micro d’Europe 1. Voir l’article : Yaourt : 7 conseils pour bien choisir. Il est donc impossible de laisser passer le les vaches sortent le jour en période de canicule.

Sur le même sujet :
Une alimentation saine aide à protéger contre les maladies non transmissibles telles…

Des équipements spécifiques

Ces animaux souffrent particulièrement des températures élevées. « Elles ont beaucoup moins de lait et donc même ‘pulmonaires’, c’est plus compliqué », explique Nathalie. « Ce n’est pas un cheval, il a moins de capacité pulmonaire, et donc il est beaucoup, beaucoup plus sensible à la chaleur. Il a beaucoup plus de mal à respirer et il doit rester inactif le plus possible. »

Alors pour protéger ces bêtes de la chaleur, le couple d’éleveurs s’est équipé en conséquence. « Dans le bâtiment résidentiel, il y a un ventilateur. Ce sont de grandes ailes horizontales, elles prennent l’air par le haut et le poussent vers le bas pour l’envoyer sur le dos des animaux », explique Christophe.

À Lire  Santé : un système d'urgence installé dans les hôpitaux

« Quand ils vont à la traite, on met les pailles pour qu’ils soient déjà mouillés. Leur dos est complètement trempé », ajoute Nathalie. D’ailleurs, « ils ont du mal à quitter la salle de traite car ils se disent : ‘Bon, on a les brumisateurs, on ne sort plus' », s’amuse l’éleveur.

En Irak, l'agriculteur kurde qui verdit les réseaux sociaux
Sur le même sujet :
Dans ses vidéos, Azad Mohammad récolte des oignons, récolte des raisins lourds…