Carburant. Comment les prix à la pompe sont-ils mis à jour ?

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Les prix des carburants évoluent en continu car ils dépendent de nombreux facteurs naturels, industriels et économiques. Mais à quelle fréquence sont-ils actualisés et comment les stations-service gèrent-elles ces fluctuations ?

Par

Lire aussi : Bilia-Emond considéré comme une référence par BMW.

MaxK

Publié le 02/09/2022 – 13:30

Mis à jour le 02/09/2022 – 14:43.

Le prix du carburant, du puits à la pompe

Comment et à quelle fréquence les prix des carburants sont-ils mis à jour en France ?

Les prix affichés sur les totems des stations-service à partir du 1er septembre sont sensiblement différents de ceux du 31 août. À une occasion, ils ont été revus à la baisse en raison d’un remboursement gouvernemental, qui est passé de 18 euros à 30 centimes le litre en France. Chez TotalÉnergies, la baisse est encore plus importante puisque le groupe pétrolier y ajoute une baisse de 20 c/l. En dehors de ces mesures particulières, les prix des carburants dépendent du marché pétrolier et de la concurrence entre fournisseurs notamment, et changent donc fréquemment. En France, comme chez beaucoup de nos voisins, ces évolutions sont moins maîtrisées qu’on ne le pense, et c’est surtout le marché qui guide les évolutions de prix.

De la vidange d’huile au remplissage du réservoir de la voiture, de nombreux facteurs affectent le prix du carburant.

Les stations-service libres de changer leurs prix

Entre le prix du pétrole brut (y compris la « marge de l’extracteur ») et le prix du carburant fini, de nombreux facteurs contribuent à la formation de ce dernier : le coût et la marge du raffineur, le coût et la marge du transporteur, le coût et la la marge du vendeur, majorée des taxes qui représentent environ 60% du montant affiché au robinet français (TVA 20%, TICPE fixe et TVA sur TICPE). Le taux vendeur se situe entre 1 et 2% selon eux. Comme le pétrole brut, les carburants raffinés sont soumis à la liste définitive de Rotterdam (Platts). Le taux de change entre l’euro et le dollar joue également un rôle important, la devise américaine étant la référence pour l’industrie pétrolière.

La relation entre l’offre et la demande est très importante, et un changement dans chacun de ces facteurs peut affecter le prix du carburant à la pompe. C’est pourquoi les grands changements de ces deux dernières années entre les restrictions de circulation et les pauses industrielles dues à cette épidémie, le développement économique, puis la guerre en Ukraine. Une fois les liquides essentiels entre les mains des vendeurs, ces derniers ajustent leurs prix en fonction de la concurrence.

Répartition du prix du carburant.

Le marché français du carburant étant libre, les gestionnaires de stations-service sont entièrement libres de fixer et de modifier les prix qu’ils pratiquent. Seule protection réglementaire : l’interdiction de vendre du carburant à perte. Dès lors, l’opération en cours au Casino, qui propose un litre à 0,70 €, donc moins cher que le prix du fournisseur, n’est que légale car la marque renvoie la différence sous forme de bons que les clients devraient utiliser très rapidement.

La grande distribution fait la loi

Certaines stations-service ont leur propre équipement, d’autres non.

Sauf mesures gouvernementales particulières telles que la réduction de 30 c/l, les distributeurs de carburant ont le droit de modifier leurs prix aussi souvent qu’ils le souhaitent. En effet, le degré de flexibilité dépend du modèle économique des chaînes. Les groupes pétroliers (TotalÉnergies, BP…) sont les plus rapides à ajuster les prix de leurs terminaux en fonction du coût de leur production. Les organisations gérées par des baux ou des entrepreneurs n’ont pas leur propre carburant, elles passent donc les changements commandés par les pétroliers, ce qui peut entraîner très peu de retard. Mais, dans les deux cas, les tarifs sont mis à jour quotidiennement. La situation est différente pour les stations qui ont leurs propres marchandises (la plupart des gros vendeurs, certains indépendants, etc.), qui doivent combiner entre le prix qu’elles ont acheté et la concurrence. Cela peut entraîner des mises à jour moins fréquentes, à l’avantage de leurs clients si le stock a été acheté à un prix inférieur aux derniers prix payés ailleurs (tant que la marque veut être attractive) ou à leurs risques si les prix ont baissé chez les concurrents avant le réservoir est devenu disponible. vider. L’équipement de la station peut prendre une journée à deux semaines selon la taille de l’installation.

Les compagnies pétrolières sont naturellement les plus sensibles aux prix.

Les commerçants, qui réduisent leur réseau en carburant parce qu’ils les voient comme des produits d’appel visant à attirer des clients dans leurs stations, dictent de facto les prix à grande échelle : si d’autres stations-service étaient chères trop lourdes, personne n’irait là-bas. Elle restreint également les pratiques commerciales d’autres organisations. En Allemagne, où les produits spéciaux ne subissent pas la pression de nombreux vendeurs sur le marché du carburant, de nombreuses stations-service modifient leurs prix plusieurs fois par jour en fonction du trafic à certaines heures. Par conséquent, le groupe automobile allemand ADAC a noté que les prix étaient les plus bas entre 20h00 et 20h00. et 22h00 et avait plusieurs pics au cours de la journée (7h00, 10h00, 13h00, etc.). Ce n’est pas interdit ici, mais l’organisation différente de notre marché réduit l’intérêt d’une telle stratégie pour les vendeurs.

Voir l’article :
Le BMW Motorrad World Endurance Team entamera la manche décisive du Championnat…

À Lire  Brussels Motor Show 2023 : informations pratiques et programme pour...