Carte blanche – démolir pour le climat ? Quelle collection d’absurdités !

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Martin Killias déplore que la Confédération souhaite encourager la démolition de maisons qui pourraient servir encore bien des années.

La panique environnementale provoquée par le manque d’énergie produit parfois, à côté d’idées intéressantes, des folies absurdes. Ceci pourrez vous intéresser : Marché public | Annonce de l’appel d’offres public | Département de l’Ain (01) | Réhabilitation du site de Corbioli | Ambérieu-en-Bugey – GROUPE ECOMEDIA. A l’heure actuelle, toute proposition qui promet des « économies » d’énergie trouve un accueil favorable, même si elle risque de conduire aux pires dérives.

Un exemple en est l’idée de réduire la consommation d’énergie en remplaçant les maisons existantes – souvent moins économes en énergie – par de nouvelles constructions. Ces derniers sont certainement mieux équipés pour réduire les pertes d’énergie. Ce qu’on oublie en revanche, c’est la part d’énergie consommée par la construction d’un bâtiment, sans parler de l’énergie nécessaire à la démolition des maisons préexistantes, dont 80% finissent en déchets, malgré tous les beaux discours sur recyclage, dans l’une de ces décharges dont les capacités risquent d’être bientôt épuisées.

« Si nous voulions vraiment sauver le climat, nous devrions prolonger la durée de vie des bâtiments existants, en stimulant leur entretien et leur rénovation, au lieu de démolir et de reconstruire. »

Si l’on prend en compte toute l’énergie consommée par un bâtiment, depuis le début de sa construction jusqu’à la fin de son cycle de vie d’une cinquantaine d’années peut-être, on peut estimer que moins de la moitié de la part de l’énergie consommée par son fonctionnement ( chauffage, lumière). , installations électroniques, cuisine, etc.). Cela signifie que l’allongement de la durée de vie utile d’un bâtiment serait de loin la meilleure mesure pour économiser de l’énergie.

À Lire  Pontenx-les-Forges : le nouveau bâtiment du Café Caüdé a été inauguré

Le problème est que la politique est complètement centrée sur l’énergie consommée lors de l’exploitation d’un bâtiment, et ignore l’énorme quantité d’énergie requise pour la démolition et la construction. Bien sûr, la quantification exacte est difficile, car elle varie aussi selon les matériaux : béton, briques, pierres, bois, etc. De plus, l’énorme quantité d’énergie nécessaire à la production de béton n’apparaît pas dans les statistiques du secteur immobilier, mais dans celles de la production industrielle. Cependant, toutes les estimations s’accordent sur le fait que la construction se taille la part du lion.

Au lieu de tenir compte de ces faits, le projet de la future loi CO2 prévoit (à l’art. 9 al. 1-bis) une « prime » pour tout propriétaire qui souhaite démolir sa maison pour la remplacer par une nouvelle. Si cette dernière est plus conforme aux dernières exigences énergétiques, cette loi stimulera le péché pécheur du gaspillage énergétique, c’est-à-dire la démolition de maisons qui pourraient être utilisées pendant de nombreuses années à venir.

Les besoins changent

Si l’on veut sérieusement sauver le climat, il faut donc faire le contraire, c’est-à-dire prolonger la durée de vie des bâtiments existants, en stimulant leur entretien et leur rénovation, souvent associés à de nouveaux usages. Avant toute nouvelle construction, il faut déjà penser à un changement d’usage futur, au lieu d’anticiper sa démolition après une ou deux générations.

Les besoins changent, comme l’illustrent les nombreuses églises vides ou désaffectées. Une attitude plus critique à l’égard du tsunami de démolitions qui se profile à l’horizon contribuerait également à sauvegarder notre patrimoine culturel, de plus en plus menacé non seulement par la recherche des richesses foncières, mais également par le fanatisme naïf de ceux qui veulent sauver le climat « à tout prix », c’est-à-dire au détriment de la beauté de nos villes et villages.

À Lire  Appelez un plombier en urgence pour une intervention immédiate

Avez-vous trouvé une erreur ? Veuillez nous en informer.

A voir aussi :
Publié le Mercredi 14 septembre 2022 à 12h51La SNCF a annoncé mardi…