Catherine Subra « Le bien-être en Ehpad, c’est avant tout le temps ! »

Photo of author
Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée, Sara vous présente les nouveaux faits d'actualité 

« Soigner n’est pas un métier, c’est un appel » (résident)

Pouvons-nous connaître votre institution?

Elle a été fondée en 1865 par les Sœurs de La Providence. Depuis 2018, elle est rattachée à Monsieur Vincent*, qui intervient dans la gestion d’une vingtaine d’usines en France. Au centre de la Mayenne, en bordure de rivière, nous accueillons 108 résidents dont 12 en unité spécialisée (troubles cognitifs). Début 2021, j’ai repris la direction de cette institution qui compte 70 salariés et une quarantaine de bénévoles (des amis de La Providence).

Comment l’affaire Orpea est-elle perçue ?

Les riverains ne sont pas inquiets. Pour eux, il s’agit d’une affaire parisienne sans rapport avec leur quotidien. C’est assez surprenant. Les familles qui ont tendance à nous demander beaucoup n’en demandent pas plus que d’habitude. En revanche, ils nous envoient des messages de soutien et, compte tenu du contexte, sont heureux de pouvoir s’appuyer sur toute l’équipe.

Et est-ce plus sensible pour vos employés ?

Ils sont inévitablement touchés par l’image négative que renvoie cette affaire. La couverture médiatique, les sondages et les rapports ne donnent pas une bonne image de la profession. Cependant, ils ne s’arrêtent pas là. Cet exemple nous amène à un autre questionnement. Il faut être honnête, dans ce secteur où prédominent les personnes et la fragilité, nous commettons tous des erreurs. L’affaire Orpea remue les consciences personnelles et professionnelles. Allons-nous toujours bien ? Comment pouvons-nous faire mieux? Cette réflexion était déjà réelle, elle est encore plus forte pour lui. C’est positif car notre vigilance ne peut faiblir. Nous pouvons et devons toujours nous adapter.

Comment assurez-vous le bien-être de vos résidents ?

Le bien-être est le temps consacré à une relation. Parce que chaque résident diffère par sa condition, sa personnalité et ses propres besoins. Nous évoluons chaque jour dans la complexité humaine. C’est pourquoi nous avons besoin de temps, ce bien précieux qui manque à tout le monde, pour user de la patience et de l’attention qui s’imposent à chacun. Sans cet axe premier, l’énergie consacrée à l’organisation des soins, de la vie quotidienne et des activités est mal dirigée. Pour éviter ce piège, tous les aspects de la vie sont intégrés à La Providence. La cuisine, la lessive et l’entretien sont assurés par des salariés de l’établissement, qui exercent leur métier au contact des résidents et non dans une unité technique éloignée de la réalité vivante de l’établissement. L’ensemble du personnel est impliqué dans les soins au sens large. Pour moi, c’est fondamental.

Comment permettre aux soignants de moins « courir » au profit des résidents ?

De toute évidence, les ressources financières sont trop faibles. Ils sont principalement destinés aux besoins directs de la population. Nous manquons d’emploi. Parce que nous n’attendrons pas que l’argent tombe du ciel, nous activons d’autres leviers, comme l’organisation du travail, avec une participation des salariés par tranches de 12 heures pour limiter les transferts et améliorer la qualité de service ; avec un fort volontariat (impliquant 70 personnes) soulager les salariés en complétant leur campagne et en proposant une partie des visites individuelles à caractère pérenne et énergivore. Outre ces idées pratiques, la direction doit être avant tout bienveillante et à l’écoute des salariés pour qu’ils soient bienveillants envers les résidents. Et ne leur imposez pas d’exigences de soins sans leur apporter les moyens matériels ou une formation adéquate… sinon l’échec est double, frustrant pour le résident et épuisant pour le salarié. Et quelles sont les conditions quotidiennes du bien-être des habitants ? Moins nous courons, mieux nous écoutons et mieux nous écoutons, mieux nous surveillons. Cela s’applique aux soins, à la cuisine, aux aspects pratiques de la vie et aux activités de détente. Cette présence et cette inventivité doivent être surmontées dans le respect de la dignité de chaque résident, qui ne se définit pas par son âge et son handicap. Les fruits du temps et de l’attention associés à cette certitude que nous n’accueillons pas les êtres diminués sont ceux qui nous permettent de découvrir des capacités et des talents qui restent souvent insoupçonnés. Cela peut changer leur quotidien !

Comment Appelle-t-on une personne qui a 100 ans ?

Comment Appelle-t-on une personne qui a 100 ans ?

Je pense à cette dame dans la chaise pliante qui visiblement ne pouvait plus rien faire. Mais lors d’une salle de gym appelée « autour de la table » pour stimuler les sens et les mouvements, nous avons constaté qu’il a une certaine habileté au bout des doigts. Nous avons découvert qu’il savait écrire. Voir l’article : Veau. Réveil de l’essentiel, action coaching et bien-être. Elle a commencé à correspondre avec sa famille. Puis nous avons découvert qu’elle était pianiste. Nous l’avons remise devant le piano, dont elle pouvait encore se servir avec un plaisir non dissimulé. Son quotidien a changé !

Qui a vécu plus de 120 ans ?

Avez-vous déjà expérimenté le contrôle de structure chez Providence ?

Comment Appelle-t-on une personne qui a 110 ans ?

Quand je suis arrivé début 2021, je n’avais pas à soumettre, ce qui ne poserait aucun problème, ni dans la forme ni dans le fond. Au final, nous sommes suivis de manière plus indirecte chaque jour par les résidents et les familles. Nous enregistrons près de 1 500 visites par mois. Rien ne passe inaperçu. Ici, les familles sont très proches de leurs parents et cela signifie beaucoup. Ainsi, pour leur part, ce sont des mariages pour le bien-être de leurs proches et nous aident ainsi à maintenir notre niveau d’exigence.

Un nouvel espace bien-être avec trois spécialistes en médecine alternative ouvre ses portes à Saramon
Ceci pourrez vous intéresser :
L’Étoile Bien-Être est un espace de soins énergétiques et thérapeutiques (médecines alternatives)…

Comment Devient-on sénile ?

Comment Devient-on sénile ?

Un centenaire est une personne qui a atteint l’âge de cent ans ou plus. On parle du centenaire depuis plus de 110 ans. Certains démographes utilisent le terme « demi-siècle » pour les personnes âgées de 105 à 109 ans.

Comment appelle-t-on les gens qui ont 90 ans ? Une personne âgée de 90 ans ou plus. Une personne âgée.

  • Atteindre 120 ans chez l’homme est extrêmement rare. Le record confirmé de longévité humaine est toujours détenu par la Française Jeanne Calment, qui a vécu 122 ans et 164 jours. Née le 21 février 1875 à Arles (Bouches-du-Rhône), elle est décédée le 4 août 1997.
  • Un supercentenaire ou supercentenaire est une personne qui a atteint ou dépassé l’âge de 110 ans, un âge que seul un sur mille atteint ou dépasse. Au-dessus de cet âge, selon les données françaises, seul un super-centenaire sur 50 atteint 115 ans.
  • La sénilité est causée par d’autres maladies graves et dégénératives, comme la maladie d’Alzheimer, qui entraînent une détérioration des fonctions cérébrales.
  • Quelles sont les causes de la démence sénile ? Quelles sont les causes de la démence sénile ?
  • Vieilles années.
  • Histoire de famille.
  • Forte augmentation du taux de cholestérol sanguin.
  • Diabète.

Comment ne pas devenir sénile ?

Alcoolisme.

Pourquoi les personnes âgées Gemissent ?

Fumeur.

C’est quoi être sénile ?

Dommages cérébraux.

Jurer. L'interdiction levée, les commerçants du CBD soulagés
Ceci pourrez vous intéresser :
Êtes-vous abonné à des journaux papier ?&#xD ;Profitez des avantages inclus dans votre…

Quelles sont les causes de l’agressivité ?

Quelles sont les causes de l'agressivité ?

Augmentation de la pression artérielle.

Des essais cliniques ont démontré qu’une bonne alimentation, une activité physique et une vie sociale équilibrée peuvent prévenir, entre autres, le déclin cognitif associé à la maladie d’Alzheimer.

Pourquoi les gens sont agressifs ?

Les facteurs externes incluent : les facteurs de stress possibles, tels que le sentiment d’insécurité, les horaires de soins qui ne correspondent pas au rythme humain, la stimulation environnementale excessive ou, au contraire, insuffisante (le cri est un moyen de créer une stimulation), les déficits…

Quelles sont les sources de l’agressivité ?

1. Ce qui est caractéristique de l’âge, caractéristique de l’âge : Voix sénile. 2. Ses capacités intellectuelles sont dégradées en raison de l’âge.

Expérimentation du cannabis médical : l'ANSM peine à convaincre les médecins généralistes
Ceci pourrez vous intéresser :
PARIS, France – Selon un rapport de l’Agence nationale de sécurité du…

Comment communiquer avec une personne agressive ?

Comment communiquer avec une personne agressive ?

L’agressivité est l’instinct biologique de l’homme et de l’animal, soutenu par l’instinct de survie pour soi ou pour ses proches (comportement défensif ou protecteur) ou encore par l’instinct de reproduction (compétition entre mâles).

Pourquoi est-il agressif envers moi ? Peut-être que votre posture, votre posture, votre visage, votre façon de parler à votre insu déclenchent chez l’interlocuteur des émotions liées à des épisodes de son passé dont il n’a pas conscience et sont à l’origine de son comportement agressif.

Comment déstabiliser un Passif-agressif ?

Faible tolérance à la frustration Semblable à lorsque nous ne parvenons pas à atteindre un objectif prédéfini. Par conséquent, l’une des causes de l’agressivité est la frustration (ou une faible tolérance à la frustration). Tout le monde n’est pas capable de supporter le sentiment de frustration.

Sources :

Guichen. Un nouveau venu dans le domaine Santé et Bien-être
Voir l’article :
L’ancienne californienne se produit en douceur, en commençant par de légères effleurages…

Laisser un commentaire