Causade. Les véhicules anti-bélier à vitesse couchée qui ne font pas l’unanimité

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Lors du dernier conseil municipal de Caussade, qui s’est tenu lundi dernier à l’Espace Bonnaïs, les élus ont approuvé à la majorité des voix, moins six abstentions de l’opposition, l’acquisition et la mise en place de ralentisseurs d’appareillage, de véhicules anti-moutons à évaluer. un montant de 67 762,50 € TTC. L’assistante financière Carole Louise-Baillou a précisé que depuis les attentats de Nice, la ville a choisi d’investir dans des appareils de ce type. « Cela permet très rapidement de bloquer, sécuriser et dégager les routes et les accès lors des manifestations, pour empêcher qu’un véhicule ne s’enfonce dans la foule », a déclaré l’élu, ajoutant que jusqu’à présent, la communauté avait posé des blocs de béton qui nécessitaient du personnel. pour les traiter à chaque événement. Ces vitesses anti-moutons agissent comme des maisons de vitesse quotidiennes et offrent une protection contre les véhicules bélier avec une simple manœuvre. L’appareil doit être laissé allumé pendant plusieurs mois, en particulier pendant la période des vacances. Une demande d’aide du conseil général a été approuvée pour 16 940,62 € HT, soit 30 % du montant de l’acquisition. Au nom de l’opposition, Cédric Vaissières a motivé l’abstention de son groupe par le doute que cet équipement soit effectivement plus économique, vu l’ampleur de son coût. Ces deux dispositifs sont désormais installés aux extrémités du cours Didier-Rey (les Promenades), côté fontaine du Thouron et côté place de la mairie, devant la Poste.

Rénovation de l’école de théâtre

Travaux de rénovation intérieure et extérieure du bâtiment abritant l’école de théâtre située au 2, rue de l’Amourié à Caussade. Ces travaux concernent la démolition de certains éléments, plomberie, électricité, maçonnerie, peinture, menuiserie, ainsi que l’accessibilité aux normes pour les personnes à mobilité réduite. Le plan financier a été approuvé pour un coût du programme estimé à 20 037,96 € hors AVI, dont 12% d’aide demandée par le conseil départemental.