CBD : « Les ventes de fleurs devraient continuer »

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Alors que la France s’apprête à autoriser la vente de cannabidiol (CBD), le gouvernement entend interdire la vente de la fleur crue. Absurde pour la profession.

Par Nicolas Le Port

Publié le 13 août 21 à 17:01

mis à jour le 13 août 21 à 17:01

Le projet d’interdiction de la vente de la fleur brute de CBD, ce dérivé du cannabis sans effet psychotrope, risque d’en faire tousser plus d’un… En effet, selon un projet de décret publié le 21 juillet, le gouvernement envisage d’autoriser la vente de cannabidiol (CBD) tout en interdisant la vente de la fleur crue. Un plan qui fait suite au rejet par la justice européenne de l’interdiction du CBD en France.

Pour les dirigeants d’entreprises CBD, cette volonté d’arrêter le commerce des fleurs brutes est un non-sens. A commencer par Mireille Gautier, responsable du magasin Green Care, situé rue Clemenceau à Ancenis : « La vente de fleurs brutes doit continuer car elles ne contiennent pas plus de 0,2% de THC (principe psychotrope du cannabis), règle en vigueur en France avec Par contre, quand je vois le nombre de clients qui sont sortis de leur addiction au THC grâce au CBD, je me dis que c’est vraiment dommage et que si cette interdiction est enfin édictée, elle profitera forcément au marché noir, les consommateurs vont se rabattre sur le cannabis traditionnel, car ils ne peuvent plus continuer à se procurer du CBD. »

Des commerces menacés

La vente de fleurs représente une part importante du chiffre d’affaires. A voir aussi : Entreprises : les patrons misent sur l’aide sociale pour retenir leurs salariés. L’activité de nombreux commerçants CBD serait donc menacée

À Lire  Conduite : Non au cannabis, mais qu'en est-il du cannabidiol (CBD) ?

L’arrêté définitif interdisant la vente de fleurs de CBD pourrait être publié fin 2021, voire début 2022. Il en résulterait « que la possession et la consommation de fleurs brutes de CBD seraient interdites ». Le gouvernement justifie cette restriction pour « préserver la capacité opérationnelle des forces de l’ordre à lutter contre le trafic de drogue » car il est très « difficile sur le terrain de différencier le chanvre au THC de celui ne contenant que du CBD ».

Du côté du Syndicat des professionnels du CBD, c’est la douche froide : « Les autorités françaises ont la volonté d’étouffer notre industrie, notamment

Ceci pourrez vous intéresser :
La cigarette électronique jetable dite bouffée sans nicotine s’avère être une alternative…