Ce couple dort séparément : ils expliquent pourquoi

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Ils partagent tout sauf leur lit et leur chambre. Ces couples ont choisi de ne pas dormir ensemble et expliquent pourquoi une chambre séparée fonctionne pour eux.

Si le lit matrimonial est le symbole du couple par excellence, avoir une chambre séparée est souvent perçu comme un signe de déchéance amoureuse. Pourtant, selon une étude Ifop publiée en 2021, 10 % des Français vivant en couple ont une chambre séparée, et 6 % ne veulent pas, mais aimeraient. Adèle et Alexandre, Léna et Valentin, Ozirin et Béranger sont de ceux qui ont sauté le pas.

« J’ai vécu dans la même chambre que mon ex-partenaire pendant trois ans et j’étouffais », a admis Adele, 26 ans. Au chômage, « il était constamment dans la chambre ». La naturopathe, qui travaillait à domicile, passait également la plupart de son temps dans cette petite pièce. Alors lorsqu’elle rencontre Alexandre, elle lui dit tout de suite qu’elle veut sa propre chambre. Du côté du peintre en bâtiment, rassurez-vous, « c’est comme ça qu’il se sent le mieux ». C’est donc tout naturellement qu’il y a un an et demi, quand Adèle a emménagé chez Alexandre en Touraine, chacun est allé dans sa chambre.

Outre le désir d’avoir son espace personnel, le couple n’a pas le même rythme de vie. « Et je constate aussi que j’ai une meilleure qualité de sommeil. Il n’y a pas de creux dans le matelas quand on dort ensemble, et je peux avoir la couette pour moi toute seule », plaisante Adèle.

Après 4 ans de vie commune, Léna et Valentin ont sauté le pas pour simplement mieux dormir. « Dès le début, nous voulions avoir nos propres chambres, mais faute d’espace, nous ne pouvions pas », explique l’infirmière de 36 ans. Un peu plus tard, il achète un lit d’appoint qu’ils installent dans la chambre de la fille de Léna, mais le couple continue de dormir ensemble.

À Lire  Analyse du rapport sur le marché du cannabis, partage, revenus, prévisions de croissance pour 2030 - Androidfun.com

Mais Valentin, manager et développeur, souffre d’apnée du sommeil et ronfle beaucoup, ce qui est incompatible avec le sommeil léger de sa femme. Lorsqu’elle est enceinte de leur fils, elle décide de dormir dans la chambre de sa fille. « Il m’a dit ‘oui, c’est sûr, tu dormiras mieux’. Et même lui finalement, il sait qu’il m’énerve, donc il ne dort pas bien non plus. »

Retrouver son identité personnelle

Outre la qualité du sommeil, disposer d’un espace privé pour ces couples est aussi un moyen de préserver la personnalité de chacun. Ceci pourrez vous intéresser : Bébé : comment le porter mois après mois ?. « J’avais tendance à perdre un peu mon identité, à me diluer dans le couple et dans l’autre, détaille Adèle elle-même. »

Si Ozirin et Béranger sont ensemble depuis 5 ans, c’est parce que dormir séparément a « sauvé [leur] couple ». Après une relation d’un an, cette assistante pédagogique et cette assistante sociale ont ouvert ensemble une boutique. « A force de travailler ensemble, de vivre ensemble, de faire tant de choses ensemble, on a cessé de se soutenir », raconte la jeune femme de 23 ans. Les amoureux deviennent partenaires et s’oublient. Le couple stagne et aucun d’eux ne se développe personnellement.

Quand on nous a donné l’opportunité d’avoir une maison, on s’est dit « chacun a sa chambre », souligne le jeune homme de 26 ans. Ça nous permet d’avoir chacun notre espace, notre vie, et ça nous rapproche beaucoup dans la fin. » Le Normand pense que trop de personnes en couple « vivent les unes pour les autres, pas pour elles-mêmes », ce qui a conduit à l’explosion. « En dormant séparément, on a pu vraiment se redécouvrir », conclut Ozirin, qui n’hésite plus à se produire ou à parler de son couple sur les réseaux sociaux.

À Lire  Porter bébé : optez pour le portage en écharpe

A voir aussi :
Grâce aux fleurs CBD françaises produites en plein champ, le cannabis Cévenol…

Lire la suite sur le HuffPost

Voir l’article :
À l’automne, chacun a ses petites astuces pour garder le moral. Chantal…