Ce duo apporte la cuisine du Caire à Boston

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Deux Égyptiens-Américains bouleversent les habitudes alimentaires de Boston : dans cette ville célèbre pour ses fruits de mer et sa cuisine italienne, ils proposent des versions strictement végétaliennes de la cuisine de rue la plus populaire du Caire.

Sahar Ahmed a ouvert le restaurant végétalien Koshari Mama avec sa fille Dina Fahim en novembre 2021. L’établissement, dont le nom est inspiré du plat national non officiel égyptien, le koshari, propose une carte qui perpétue une tradition familiale à la fois saine et respectueuse de l’environnement.

Sahar, qui a immigré aux États-Unis en 1969 avec sa famille, a déclaré à ShareAmerica dans une interview en arabe qu’elle avait grandi en profitant du koshari de sa mère le week-end.

« Le samedi ou le dimanche, le matin, ça sentait bon les oignons frits à la maison », se souvient Sahar, dont la mère préparait le plat traditionnel de pâtes, riz, pois chiches et lentilles, garni d’oignons frits et de sauces épicées à la tomate et au vinaigre. « L’Egypte lui manquait vraiment, alors elle a commencé à cuisiner les plats qu’elle aimait. »

Elle n’a pas tardé à inviter ses voisins avec qui elle voulait partager sa cuisine et sa culture égyptiennes.

« Après la mort de ma mère, j’ai voulu perpétuer cette tradition », explique Sahar. Il y a quelque chose dans le fait de prendre un repas ensemble qui délie les langues et permet aux gens d’apprendre à se connaître. »

Dans le restaurant familial, Sahar prend les commandes et discute avec les clients. Dina, diplômée du programme culinaire de l’Université de Boston, cuisine la cuisine de rue égyptienne préférée de la famille, végétalisée. Sahar souligne que le véganisme n’est pas la norme en Égypte, même si la consommation de viande y est beaucoup plus faible* qu’aux États-Unis et en Europe.

À Lire  Instacart et Shipt prévoient de nouveaux modes de paiement pour les acheteurs américains à faible revenu

En fait, de nombreux plats égyptiens populaires ne contiennent pas de viande. De son côté, Sahar préfère réduire, plutôt qu’éliminer, la consommation de produits carnés. « Si je peux réduire un peu ma consommation de viande, c’est mieux pour ma santé et pour notre monde », souligne-t-elle.

Walter Willett, professeur de nutrition et d’épidémiologie à Harvard, estime que réduire la consommation de viande est à la fois bon pour la santé et important pour lutter contre la crise climatique. C’est en Égypte, dans les années 1970, qu’il découvre le régime méditerranéen, qui se compose principalement d’aliments d’origine végétale, accompagnés avec modération de volaille, de poisson et de produits laitiers.

« Généralement, le régime méditerranéen est le modèle d’alimentation le plus sain au monde, et c’est en grande partie parce qu’il donne la priorité aux aliments sains à base de plantes », insiste-t-il.

Depuis peu, un shawarma à base de champignons et un konafa vegan font le bonheur des clients de Koshari Mama. « Je ne connaissais pas la cuisine égyptienne, et c’était absolument délicieux », a déclaré l’un d’entre eux à ShareAmerica.

« Ça a bon goût », a ajouté un autre. C’est vraiment bon. »

Pour en savoir plus sur Koshari Mama, regardez notre vidéo* publiée sur le compte Instagram de ShareAmerica.