Ces animaux qui enchantent la ville

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Et si les animaux avaient le pouvoir d’enchanter nos villes ? Quelle est votre relation avec les animaux de la ville ?

Parlez-nous de votre relation avec les animaux urbains au standard, 01 45 24 70 00, par e-mail, ou laissez-nous un message vocal.

Extrait de l’entretien : Ces animaux sauvages incroyables qui s’adaptent à la ville

Extrait de l'entretien : Ces animaux sauvages incroyables qui s’adaptent à la ville

Nicolas Gilsoul explique : « Les animaux se sont d’abord adaptés à leur nouvel environnement urbain de manière comportementale. Les coyotes de Chicago ont réduit leur territoire de chasse et regardent du côté droit de la route avant de la traverser. Ceci pourrez vous intéresser : C’est élevé pour le CBD !. Au Japon, les corbeaux profitent même des avantages de la ville : ils lâchent leurs noix avant le passage des voitures lentes, puis descendent pour les récupérer lorsqu’elles sont ouvertes. Le hérisson sort plus tard le soir qu’à la campagne et est généralement en meilleure forme en ville. »

Le paysagiste poursuit : « Mais les animaux ont aussi changé physiquement pour survivre dans ce nouvel environnement. Aux États-Unis, les hirondelles ont raccourci leurs ailes pour pouvoir effectuer des virages plus rapides et éviter les voitures. Les souris à pattes blanches, celles issues de la recherche en laboratoire, ont muté. Aujourd’hui, ceux de Brooklyn ont des estomacs qui se sont renforcés pour accepter la pollution et la nourriture grasse : kebabs, hamburgers dans les déchets humains. A Porto Rico, un petit lézard ressemblant à du ginkgo a des pattes sautillantes : son ancien système de préhension lui permettait de glisser sur les murs des immeubles… »

A ces exemples d’animaux particulièrement intelligents on peut ajouter :

– Les grenouilles Tungara, dont les mâles chantent en ville pour attirer leur douce et pour s’accoupler, seraient 75% plus attirantes que leurs cousines des champs. Cela serait dû à l’architecture, plus résonnante en ville, mais aussi à la moindre présence de prédateurs dans les zones urbaines.

– Les araignées Steatoda triangulosa évitent moins la lumière en ville qu’à la campagne. Ils se sont adaptés à la luminosité urbaine.

Nicolas Gilsoul, architecte, paysagiste, auteur d’un ouvrage en 2 tomes « Petit traité d’histoire naturelle au coeur des villes du monde » chez Fayard éd.

Nadège Dauvergne, artiste, son projet intitulé « Exodus »

Lucie Yrles, ancienne gardienne de zoo, co-fondatrice de l’association Cohab (cohabitation sauvage pour une nouvelle alliance homme-animal) et auteure de « Histoires d’aider les animaux, Manuel pas bête de cohabitation avec la nature » aux éditions Plumes de Carotte

Biodiversité : des conseils pour la protéger à notre échelle
Sur le même sujet :
L’INSEE (Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques) définit la…

À Lire  Comment se fait-il que de plus en plus d'éleveurs utilisent le CBD pour les chiens ?