Claire Lommé : Tous à Jonzac !

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

« Comment imaginer que les mathématiques soient ennuyeuses ou statiques, alors qu’elles sont vivantes et humaines ! » Claire Lommé le montre avec le théorème de Jonzac : tout mathématicien plongé au temps d’Apmep oublie sa fatigue et repart revigoré. Manifestation…

C’est la fin de la première période. C’est passé très vite pour moi, apportant de nouvelles choses : de nouvelles classes bien sûr, toujours de nouveaux projets, de nouveaux fun clubs, la sortie de deux livres (un pour l’école et un pour le grand public), de nouvelles expériences d’©rimentations en classe. Mais la plus grande nouveauté pour moi, c’est que je travaille. Hé non. J’ai même des activités extra-scolaires : j’apprends la langue des signes française, dans l’espoir de pouvoir un jour enseigner à des élèves sourds. Pour l’instant, j’arrive à me ménager du temps libre. Cela m’oblige à être alerte tout le temps, à ne pas travailler constamment. Et c’est compliqué, parce que j’ai tellement de choses à faire et j’adore ça. Mais ça y est : je vois qu’en aérant mes neurones ils fonctionnent mieux tout le temps.

Eh bien, parfois, mon passe-temps semble proche du travail, n’est-ce pas. Mais non, c’est un passe-temps, je le promets. Prenons un exemple : la fin de la période des vacances. Vendredi, à 17 heures, je terminerai ma journée et sauterai dans ma voiture. Direction l’école de la copine, emmène six passionnés de maths à Jonzac pour les journées de l’APMEP, l’association des professeurs de mathématiques de l’enseignement public. Quatre jours de mathématiques, d’amitié, d’amitié, de rires et de découvertes, quoi d’autre c’est du temps libre ??? Allez, laissez-moi vous dire quel est mon plan pour ces quatre jours.

Le samedi, il y aura des réunions, des journées d’ouverture et la conférence inaugurale. Maria Esteban, mathématicienne et directrice de recherche au CNRS, nous parlera des mathématiques comme vecteur d’innovation et de progrès. Nous aurons alors un peu de temps pour nous remettre de la petite nuit passée à traverser la bonne partie de la France après 7 heures de cours. Et hop, l’émission : enfin je verrai « Le voyage très mathématique », la célèbre émission du désormais mythique Manu Houdard. Puis allez vous coucher, car le lendemain l’atelier commence à 8h30.

Alors dimanche matin, j’assisterai à un atelier parmi des dizaines d’options possibles : un atelier animé par René Cori sur les questions linguistiques. Je me régale avant. Ensuite, je rejoindrai mes amis de la région normande, et je me promènerai sur les étals, en essayant de ne pas dépenser d’argent que je n’ai pas, faute de revalorisation. Sauf que je trouverai des ressources pour mes élèves, et c’est très difficile de résister… L’après-midi, un autre atelier : cette fois, Yves Farcy apprendra l’origami mathématique. Rholala, je reviens avec des idées pour ma classe ! Le soir, je profiterai des thermes de Jonzac… Tiens, les organisateurs ont tout prévu !

Lundi, c’est reparti, différent cette fois : parmi les trois ateliers auxquels je participerai, j’en anime deux, avec l’artiste François Abélanet. Nous allons faire de belles anamorphoses dans l’école qui nous accueille, tout en montrant le lien avec les mathématiques. Ensuite, je continuerai à apprendre l’origami mathématique. Il y a aussi des sujets d’actualité, où des acteurs de métiers différents débattent de questions vives, qui ne l’est pas moins. Pour ma part, j’ouvrirai la question sur l’école et le collège. L’événement a lieu le soir, mais je vais faire une petite pause, après trois jours très chargés et liés à la première période de cours.

Mardi, le dernier jour de ce moment tant attendu est la journée nationale de l’APMEP : après l’assemblée générale, Mickaël Launay présentera « les mathématiques de la cartographie qu’il ne comprend pas. Et j’absorberai cette contribution en même temps que je vous en parlera sur mon blog, Pierre Carrée.Puis il est temps de rentrer, sans profiter de la visite du coin, car ma maison est loin.

Je garderai en tête toutes ces belles choses découvertes, apprises, planifiées, échangées lors du voyage entre amis. Nous serons heureux de rencontrer Jean-Pierre, Joan, Arnaud ou Marie, nous nous parlerons de nos nouveaux projets, nous serons heureux et fatigués, gonflés à bloc pour l’avenir, si nous pouvons dormir quelques jours…

Comment imaginer des mathématiques ennuyeuses ou statiques alors qu’elles vivent et deviennent humaines ! Si vous n’êtes pas sûr, rejoignez-nous : vous pouvez vous inscrire sur le site. Nous vous accueillerons avec une grande joie, et avec de bonnes mathématiques.

À Lire  Conseil constitutionnel sur la CDB : arrêt Schrödinger