Climat : le Conseil appelle à des « sauts »

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Malgré des progrès, la France peut et doit mieux faire : c’est en substance le message du Haut Conseil pour le climat dans son 4e rapport annuel.

Malgré des progrès, la France peut et doit mieux faire : c’est en substance le message du Haut Conseil pour le climat dans son 4e rapport annuel.

Il a de nouveau échoué. Les efforts de la France pour lutter contre le réchauffement climatique restent « incomplets », estime le Haut conseil pour le climat (HCC) dans son quatrième rapport annuel, rendu public mercredi soir. A voir aussi : Comment estimer le prix de sa voiture ?. C’est le cas chaque année depuis la mise en place de cette autorité indépendante réclamée par Emmanuel Macron en 2018.

« La réponse de la France au réchauffement climatique est progressive, mais elle reste insaisissable », écrit le HCC, qui considère le régulateur français du climat. Nul doute que cette déclaration sera prise au sérieux lorsque le président, réélu en mai pour un second mandat, fera de la guerre au réchauffement climatique l’un de ses enjeux majeurs.

Et il y a urgence car les effets du réchauffement climatique – canicules, sécheresses, inondations, etc. – se multiplient. Ainsi, notent les experts, « le changement climatique rapide et la consolidation des objectifs européens […] met une accélération sans précédent dans la réduction des émissions dans tous les secteurs et appelle à une action climatique accrue en France ».

LIRE LA SUITE : « La technologie nous aidera, mais elle ne nous sauvera pas »

Les émissions de CO2 en hausse en 2021

Le document de 180 pages, intitulé « Surmonter les objectifs – Faire des ajustements », rend compte de l’effusion de la France en 2021. En raison de la reprise économique après le Covid et de la levée des sanctions, elles ont bondi de 6,4 % par rapport à 2020. La serre de la France. la production de gaz est toujours en baisse de 3,8% par rapport à 2019. « La baisse estimée sur la période 2019-2021 (-1,9 % par an) est proche du taux observé sur la période 2010-2019 (-1,7 % par an) », précise le rapport. public en matière de réduction des émissions », explique la présidente du HCC et météorologue Corinne Le Quéré, au Point.

La France est ainsi restée en 2021 sous le budget carbone prévu, mais l’État s’est délocalisé pour la période 2019-2023, après la précédente (2015-2018). La France s’est engagée à réduire ses fumées de 40% d’ici 2030 par rapport à 1990. Pour atteindre ces objectifs, la Stratégie Nationale Bas Carbone (SNBC) impose des plafonds d’émissions. La France est donc sur la bonne voie, mais l’Union européenne a déjà fixé ses objectifs et s’est engagée, dans son Plan Climat, à réduire ses émissions de 55 % d’ici 2030 par rapport à 1990, contre 40 % auparavant. Pour s’y conformer, la France portera ses anticipations à -50% d’ici 2030 et devra donc ajuster les « budgets carbone ».

Des forêts qui inquiètent

Les grands secteurs de production ont désormais vu leurs émissions baisser. Celles-ci sont bien implantées et les structures dans les secteurs du bâtiment, de l’industrie et de l’énergie, mais le déclin n’est intervenu que récemment dans les secteurs des transports et de l’agriculture, et « s’est renforcé ». L’empreinte carbone de la France, qui privilégie le local mais aussi l’export, est en baisse depuis 2010 environ, mais reste à 1,4 fois supérieure à celle produite dans la région française.

L’état de notre puits de carbone est l’une des plus grandes préoccupations concernant le HCC. Entre 2013 et 2019, l’épuisement du CO2 par les forêts, qui souffrent du réchauffement climatique (sécheresse, incendie) a fortement augmenté, avant d’augmenter légèrement entre 2019 et 2020. pouvoir renaître », confie Corinne Le Quéré.

LIRE LA SUITE Une mutation majeure des forêts de France

Le pilotage par Matignon, une « avancée »

Malgré les critiques, la Cour suprême se réjouit que l’actuel Premier ministre soit désormais responsable de la planification environnementale – « développement » selon son chef -, et exhorte vivement, à faire « fonctionner » ces plans, le plan budgétaire annuel.

LIRE AUSSI EXCLUSIF. Elisabeth Borne : « L’extraction à partir d’huile minérale nécessite des changements majeurs »

Cependant, l’autorité s’inquiète des retards en termes de recours. « Dans l’état actuel des choses, la France n’est pas encore prête à faire face au changement climatique à l’avenir », prévient le rapport. Il ne s’agit pas seulement de lutter contre le réchauffement climatique, mais de vivre avec. « Il y a des plans en place mais il n’y a pas d’objectif clair comme la neutralité carbone dans la réduction de nos toxines », déplore Corinne Le Quéré.

La sobriété comme levier d’action

Pour la première fois, la Cour suprême fait preuve de calme comme support à l’action. Cette solution, à ce jour n’a pas été négligée, permet d’économiser de l’argent et évite les conséquences. Dans le contexte de la guerre en Ukraine et de la forte hausse des prix de l’électricité, écrit le rapport, « l’autorégulation lui permet de renforcer l’indépendance du pétrole étranger et des engrais minéraux, ciblant le climat ». Les experts soulèvent la stabilité d’utilisation, mais aussi d’infrastructures. » , salles chauffées, éclairage vif, éclairage des bureaux éclairés la nuit), pensez aux menus végétaux dans les cantines. Les options carbone sont faibles et les réponses climatiques doivent seulement être encouragées. C’est clair cette année et la guerre en Ukraine », a déclaré le président.

LIRE LA SUITE Barochez – La météo, un vrai choc

En tout cas, « c’est le moment d’envoyer de toute urgence un message clair à tous les acteurs (Etat, territoires, entreprises et foyers) pour qu’ils agissent contre le réchauffement climatique », conclut Corinne Le Quéré.

Je souscris

Point Interne Illimité

Vous êtes en train de lire : Météo : le Haut Conseil qualifie de « soubresaut »

Trois conseils pour identifier un mécanicien honnête
A voir aussi :
Comment trouver un garage fiable ? Bien que ce ne soit pas…

À Lire  La candidature potentielle pour accueillir les Jeux olympiques de Vancouver en 2020 est pleine de drapeaux rouges