Coaching nutritionnel : les compléments alimentaires sont-ils…

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Sophie Janvier, diététicienne nutritionniste, répond chaque semaine aux questions les plus fréquentes dans son cabinet à Paris. Concentrez-vous sur les suppléments nutritionnels aujourd’hui.

59% des Français déclarent avoir pris des compléments alimentaires au cours des 24 derniers mois*. Cependant, plusieurs études internationales ont remis en cause l’efficacité de ces suppléments nutritionnels en vente libre. Alors, y a-t-il un intérêt à prendre de la vitamine C ? le fer? Probiotiques ? Curcuma ou spiruline ? C’est une question que l’on me pose souvent en consultation. Le plus souvent après avoir acheté quelques boîtes de ces pilules aux promesses alléchantes. La réponse est loin d’être évidente, car tout dépend en réalité de ses éventuels défauts et de la qualité des produits.

Clémence, qui suit mes conseils sur un régime anti-inflammatoire, a acheté en ligne des boîtes de compléments alimentaires étiquetés « endométriose » et veut mon avis. 49 euros la boîte (!) pour un cocktail de minéraux assez standard, des formulations pas exactement optimales. Exemple : La pilule du soir propose du fer sous forme de sulfate, ce qui n’est pas exactement l’idéal pour ma patiente qui est souvent ballonnée et constipée. La formulation bisglycinate serait bien mieux tolérée. Les autres minéraux du produit, calcium, magnésium, zinc, peuvent être intéressants, mais ils sont disponibles à des doses si faibles (moins de 1 % de l’apport quotidien recommandé pour la plupart) qu’ils ressemblent davantage à de la poussière de perle. tu sais. A moins de prendre 10 pilules d’un coup, comme le propose la marque !

Enfin, on ne sait rien sur l’origine des ingrédients du produit, qui comprend également le lactose et le sorbitol, qui peuvent provoquer des flatulences.

Identifier les carences

Je conseille à Clémence de faire une prise de sang pour vérifier ses besoins en fer, magnésium ou vitamine D avant qu’elle n’avale ces pilules. « La prise d’un complément alimentaire sera justifiée pour couvrir des besoins nutritionnels que l’alimentation normale ne peut couvrir », préviennent les autorités sanitaires françaises (Anses). Des repas équilibrés devraient donc, en principe, être suffisants pour couvrir adéquatement tous nos besoins. Les « vraies » carences nutritionnelles sont rares, mais elles existent. Certains régimes nécessitent la prise de compléments nutritionnels spécifiques, par exemple la vitamine B12 pour les végétaliens. Ceci pourrez vous intéresser : Nutrition : 9 aliments à surveiller – Jogging-International. Les personnes qui ne mangent pas de fruits de mer peuvent bénéficier de la consommation d’oméga-3 marins, ces acides gras essentiels au bon fonctionnement de notre organisme. Certaines pathologies, comme la maladie cœliaque ou les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin, entraînent une mauvaise absorption de certains minéraux : il est donc utile de les compléter. En cas de grossesse et au premier trimestre, il est recommandé de prendre de la vitamine B9 pour limiter les risques de retard de croissance ou de malformations du fœtus.

À Lire  Aperçu du marché des prébiotiques pour préparations pour nourrissons par tendances émergentes, analyse de la concurrence, croissance du marché, analyse des revenus, principales entreprises, défis, analyse des opportunités, prévisions - Androidfun.com

En cas de règles abondantes, comme chez ma patiente Clémence, les pertes en fer peuvent être importantes et la prise d’un complément alimentaire se justifie. A condition donc de choisir un produit bien formulé et bien dosé.

A voir aussi :
Publié le 23 décembre 2022 à 23h22 Source : JT 20h NOUSPublié…

Renforcer nos défenses immunitaires

De manière générale, l’appauvrissement de la qualité de notre alimentation moderne ou la consommation insuffisante de certains aliments – fruits et légumes, notamment légumineuses – conduit à certains états nutritionnels qui pourraient être améliorés sans être catastrophiques. Par exemple en calcium, magnésium, oméga 3.

L’hiver est la période où vous aurez peut-être besoin de renforcer vos défenses immunitaires : une cure avec du zinc, de la vitamine C, et surtout de la vitamine D peut être intéressante.

La vitamine D est également le seul micronutriment généralement carencé dans la population française. De novembre à mars, c’est donc une bonne alimentation complémentaire. Ici aussi, faites attention à la qualité du produit sélectionné (la vitamine D3 est la plus efficace) et à un éventuel surdosage.

Lorsque Clémence me revient avec des analyses de sang, elle est vraiment pauvre en fer, ainsi qu’en vitamine D. Je lui propose les compléments appropriés et l’invite à acheter ses produits dans des milieux sûrs, comme les pharmacies.

Lire aussi :
Chaque vendredi, un acteur gastronomique vous confie ses adresses préférées à Paris.…

Prendre un complément alimentaire n’est pas anodin

Une consommation excessive ou des interactions médicamenteuses peuvent provoquer des effets secondaires, des allergies. Par conséquent, il est sage d’informer votre médecin de tout complément alimentaire.

À Lire  Le charbon actif inhibe la prise de poids en laboratoire : peut prévenir l'obésité et le diabète

La plupart des produits sont inoffensifs… mais aussi inefficaces. Méfiez-vous des promesses spectaculaires telles que « réducteur de graisse », « anti-stress », « booster d’énergie ». Et même s’il a été prouvé en laboratoire que certains produits fonctionnent d’une certaine manière, comme le chrome pour réguler la glycémie et les envies sucrées, ils ne sont pas un remède miracle en eux-mêmes. Rien ne remplace une alimentation saine, des menus variés. Car les micronutriments agissent souvent en synergie : manger du saumon et des légumes au même repas signifie que les antioxydants contenus dans les légumes augmentent l’activité des oméga 3 chez le saumon et ont un effet bénéfique sur la composition du microbiote.

Lire aussi :
Durée : 2 min – Vu sur BBCEt si vos envies de…

Fortifier notre microbiote

Un microbiote qui ouvre un tout nouveau marché aux compléments alimentaires : les probiotiques. Autrement dit, des bactéries vivantes qui enrichissent et diversifient notre flore intestinale. Ils suscitent beaucoup d’intérêt et je les propose régulièrement à mes patients atteints du syndrome du côlon irritable. Mais même ici, vous devez choisir des produits qui ont fait leurs preuves grâce à des études scientifiques rigoureuses. Certains peuvent être très utiles, d’autres n’ont aucun effet. Cela dépend des souches bactériennes proposées, ainsi que de la composition initiale du microbiote. C’est pourquoi je propose parfois à mes patients d’essayer plusieurs types de probiotiques avant de trouver le bon.

Ou tout simplement les inviter à manger du yaourt, de la choucroute ou encore du kéfir, naturellement riches en probiotiques…

*basé sur une enquête d’avril 2022 réalisée par Harris Interactive

Nutrition : les bons réflexes en vacances ou en voyage
Lire aussi :
Les vacances sont souvent un moment où il est plus difficile d’avoir…