Comment la technologie permet-elle d’augmenter le covoiturage ?

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Mais comment assurez-vous que les consommateurs peuvent trouver des véhicules d’autopartage disponibles où ils veulent ? Comment savoir quand un véhicule a besoin d’être nettoyé ? Ou, comment déterminer une zone géographique attractive pour l’autopartage ?

Un business model façonné par les données

Un business model façonné par les données

La technologie est le véritable « rouage » de l’autopartage flexible. Lire aussi : Démonstration d’une nouvelle technologie antiterroriste dans des endroits bondés. Cela permet aux fournisseurs d’affiner leurs stratégies et leurs ressources en fonction des besoins réels des utilisateurs, un facteur important pour offrir un service d’autopartage durable et efficace.

Et cela commence par déterminer la zone d’opération, où les véhicules peuvent être loués et déchargés. Pour identifier les zones à fort potentiel locatif, les prestataires s’appuient sur la technologie, les données et l’intelligence artificielle. Du profil socio-démographique du territoire, au pourcentage d’usagers, en passant par le nombre de points d’intérêt (restaurants, musées, etc.) et de commerces établis, les critères varient.

Une fois qu’une zone est sélectionnée, la prévision de la demande est également importante pour s’assurer que les véhicules se trouvent dans le quartier où ils seront reloués rapidement. Dans le cas contraire, l’algorithme ajuste automatiquement les tarifs de location pour rendre la zone de stationnement des véhicules plus attractive et ainsi favoriser les locations de voitures. Le but ici est d’éviter aux techniciens d’avoir à se déplacer pour déplacer des véhicules.

Sur le long terme, la technologie continue d’analyser les usages des clients et l’attractivité des territoires pour mieux identifier les besoins et adapter les services aux besoins réels.

Les domaines NFT .Blockchain seront disponibles ce vendredi 1er avril
A voir aussi :
Les domaines NFT .Blockchain seront enfin disponibles ce vendredi 1er avril À…

La technologie au service de l’expérience client

La technologie au service de l’expérience client

Un autre facteur déterminant qui contribue au succès de l’autopartage est l’expérience client. Et le dernier commence par la réservation et la prise en charge du véhicule. Si l’autopartage en free-floating a réussi à convaincre les fans du monde entier, c’est principalement par sa rapidité et sa simplicité. Le logiciel développé par le fournisseur permet de sélectionner en quelques clics son véhicule et sa période de location depuis son smartphone, de remplir tous les documents administratifs et de déverrouiller le véhicule. Ce service instantané est l’un des principaux avantages, par rapport aux autres formes de mobilité automobile partagée.

À Lire  En pleine tempête technologique, Google est encore relativement sec et satisfait

Une fois le véhicule en main, la continuité de l’expérience client est étroitement liée à ses conditions de fonctionnement et sa propreté. La flotte d’autopartage doit être en bon état et propre même s’il y a beaucoup de locations. Encore une fois, la technologie d’apprentissage automatique et les algorithmes plus spécifiquement, qui permettent aux fournisseurs d’avoir une visibilité complète sur l’état des véhicules et d’adopter des mesures de maintenance prédictive. La maintenance prédictive implique un algorithme qui récupère et agrège des données sur l’utilisation, l’heure du dernier nettoyage, le modèle de véhicule et – comme élément le plus important – les commentaires des clients dans les applications d’hygiène des véhicules dans le processus d’apprentissage automatique.

L'Inde gèle les actifs de l'échange de crypto WazirX
Sur le même sujet :
WazirX est sous le coup d’une enquête pour blanchiment. Binance, qui avait…

Quelles nouvelles avancées attendre ?

Quelles nouvelles avancées attendre ?

La technologie, et notamment l’intelligence artificielle, est devenue un facteur clé de succès dans le secteur de l’autopartage, en plus de flottes attractives. Bien qu’ils soient presque invisibles aux yeux du consommateur, ils sont les rouages ​​qui permettent des services de qualité adaptés aux besoins des différentes villes et consommateurs.

En rendant plus « prévisible » l’évolution des besoins de mobilité, la technologie permet aux fournisseurs de s’adapter en permanence aux enjeux de la crise environnementale et de la baisse de la motorisation dans nos villes.

Il existe encore aujourd’hui un grand potentiel pour améliorer la gestion de l’offre. Il est important de trouver des solutions pour mieux identifier ce dont les consommateurs ont besoin, quand et où exactement. Cela permet d’adapter l’offre de manière continue et flexible à ces paramètres, et donc aux besoins individuels de mobilité.

À Lire  "A croire qu'en 2024 les flammes se contentent de dire que la prochaine réforme pour 2029, c'est faire rêver"...

La logique de relocalisation a très bien fonctionné, mais l’enjeu ici est d’augmenter encore la disponibilité des véhicules dans les lieux très demandés pour assurer les locations. Dans ce domaine, l’intelligence artificielle et ses calculs fiables joueront un rôle plus important à l’avenir et feront passer la mobilité durable à un niveau supérieur.

La possibilité de rassembler, grâce au covoiturage, une multitude de données sur les besoins de mobilité est une information essentielle pour construire un avenir de mobilité durable.

D’abord parce qu’elle permet d’améliorer le quotidien des usagers pour par exemple répondre aux enjeux grandissants de la mobilité électrique en proposant aux automobilistes directement depuis leur application d’autopartage des informations sur les infrastructures de recharge disponibles sur leur trajet grâce à une meilleure prestations de service. cartographie numérique.

Mais aussi parce que ces données permettent aux opérateurs d’autopartage de prédire quand, comment et qui a besoin d’un véhicule – une condition essentielle pour le développement futur d’un autopartage efficace et autonome.

RAPPORTS. Dans cette maison d'hôtes du Finistère on promet un tourisme éco-responsable
Voir l’article :
bloqué « Je n’aime pas qu’on parle de contraintes mais plutôt d’exigences…