Comment lutter contre l’insuffisance cardiaque ?

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Un million et demi de personnes concernées par cette pathologie qui progresse à grands pas dans notre pays. C’est la première cause d’hospitalisation chez les plus de 65 ans. Comment reconnaitre les signes, les symptômes, les causes, les facteurs de risque et les moyens de prévenir cette maladie.

C’est une pathologie encore trop sous-diagnostiquée. Il cause 70 000 décès chaque année. L’assurance maladie tire la sonnette d’alarme car cette pathologie va progresser dans les années à venir. Ceci pourrez vous intéresser : Erold : Comment protégez-vous les chats, les chiens et les autres animaux de compagnie par temps chaud ?. Elle estime que 300 à 400 000 personnes ignorent qu’elles souffrent d’insuffisance cardiaque. Les symptômes sont souvent négligés, minimisés, surtout chez les femmes, et ces symptômes sont souvent négligés jusqu’au stade de la crise, voire de la mort, car l’hospitalisation est souvent traitée tardivement.

Force est de constater qu’il y a de plus en plus de patients en surpoids et sédentaires de moins de 50 ans qui sont touchés par l’insuffisance cardiaque. Nos experts ne manquent pas de commencer par rappeler que le nombre de patients insuffisants cardiaques va augmenter avec l’âge. L’enjeu est de mieux gérer cette maladie, de ne pas la laisser s’installer ou s’aggraver. Pour cette raison, il existe aujourd’hui de nombreuses mesures thérapeutiques et mesures hygiéno-diététiques pour limiter cette insuffisance et en ralentir la progression.

Nous vous expliquons ce qu’est exactement l’insuffisance cardiaque, ses symptômes, ses causes, ses facteurs de risque, ses traitements, son alimentation idéale et la place du sport et de l’activité physique.

Sur le même sujet :
En raison du service militaire, BTS doit suspendre sa carrière. Un engagement…

Le mécanisme de l’insuffisance cardiaque

L’insuffisance cardiaque est le cœur qui devient insuffisant. C’est un manque d’approvisionnement en oxygène dans tout notre corps. L’urgentologue Gérald Kierzek et le cardiologue Stéphane Manzo-Silberman expliquent que c’est lorsque « notre pompe cardiaque ne remplit plus sa fonction de se contracter, d’amener le sang oxygéné dans les artères, dans les poumons, dans les muscles, dans tous nos organes ». l’échec entraîne fatalement la mort, soit par œdème pulmonaire aigu, soit par arrêt cardiaque asphyxique car le cœur est tellement dilaté qu’il ne contrôle plus la régulation du rythme ».

Lire aussi :
Sans attendre les conclusions de la mission éclair confiée la semaine dernière…

Les signes qui doivent absolument alerter

Dans ce cas, les deux médecins rappellent combien « il faut faire le point avec son médecin traitant, pour éviter les complications, écouter les poumons ; échographie cardiaque pour évaluer la fonction du cœur ; analyses de sang ; contrôles réguliers de la tension artérielle ».

Anti-moustiques : Top 12 des solutions naturelles
Sur le même sujet :
La rédaction du Parisien n’a pas participé à la réalisation de cet…

Les facteurs de risque

Les deux experts listent les principaux facteurs de progression et d’aggravation de ces maladies :

L’activité insuffisante des fonctions du corps endommage et détruit les organes. Le professeur Gérald Kierzek rappelle que « le fait de ne pas bouger va changer le corps, le cœur, qui va redistribuer l’oxygène partout ailleurs. Sans activité, le muscle du cœur va s’atrophier et généraliser les fragilités internes, y compris les muscles en périphérie, ce qui fait que nous aurons moins de force, moins d’endurance, nos vaisseaux sanguins, au lieu de s’ouvrir, transportant le sang vont plutôt se rétrécir. Au-delà de 5-7. heures d’assise pendant la journée, nous augmentons la mortalité et de façon exponentielle ».

Il augmente le risque d’insuffisance cardiaque de 11 %. Ali Rebeihi rappelle ici une étude présentée lors du récent congrès de la Société européenne de cardiologie à Barcelone, qui indique qu’un excès de graisse abdominale serait très nocif pour la santé cardiaque. Les scientifiques ont analysé les données de 430 000 Britanniques âgés de 40 à 70 ans pendant treize ans. Au cours de l’étude, 8 669 participants ont souffert d’insuffisance cardiaque et certains en sont morts. La graisse abdominale contient de nombreux facteurs inflammatoires.

Il s’ajoute aux facteurs qui contribuent à la détérioration générale des artères, à leur rétrécissement, à la perte des fonctions oxygénées.

A voir aussi :
Le centre psychiatrique de la préfecture de police (IPPP ou I3P) reçoit…

Comment prévenir et éviter l’insuffisance cardiaque ?

80% des maladies cardiovasculaires peuvent être prévenues par une activité physique adaptée à son mode de vie, par l’alimentation et l’hygiène de vie en général.

Pratiquer une activité physique modérée régulière

Cela vous permettra de vous ré-entraîner, de re-musculer le cœur, les muscles, de solliciter moins la pompe cardiaque et d’ouvrir les vaisseaux périphériques pour qu’ils puissent mieux respirer. Le Dr Jean-Marc Sène explique « qu’il faut tonifier, porter, fortifier correctement son corps, renforcer ses muscles posturaux par des exercices de gainage qui vont permettre de renforcer les muscles profonds ». Le gainage, trois fois par semaine, des séances de dix minutes peuvent être trois fois par semaine. Privilégiez la marche, le vélo, la natation, des activités dont vous contrôlez l’intensité et évitez tous les sports explosifs ».

Surveillez, réajustez votre alimentation : évitez les excès

Voici la deuxième condition essentielle selon Gérald Kierzek : « il est important de réajuster son alimentation, d’éviter les aliments ultra-transformés, trop souvent riches en additifs, de privilégier une alimentation faite maison, si possible avec des produits frais, et qui permet de vraiment contrôler consommation de sel Choisissez un régime méditerranéen, dont les principes consistent à réduire les graisses, les sucres en privilégiant les graisses végétales, l’huile d’olive, les cinq fruits et légumes, les céréales, les légumes.Evitez le sel, nous en avons déjà assez indirectement dans l’alimentation, il n’est pas nécessaire d’en rajouter Suite ».

Invités

► Programme en partenariat avec le site Doctissimo.

Dr Stéphane Manzo-Silberman, cardiologue à l’Hôpital de la Pitié-Salpêtrière (AP HP). Ambassadrice d’Action pour le Cœur des Femmes

Dr Jean-Marc Sène, médecin à Paris, spécialisé en médecine du sport. Il se spécialise ensuite en traumatologie, ostéopathie, nutrition et physiologie de l’exercice. En 2016, il ouvre le cabinet « Santé Plus Sport » pour apporter un accompagnement complet aux sportifs professionnels et amateurs. Tous ses discours sont à retrouver sur

son blog

Les chroniques

📖 Auteur de « Sports : je débute ! » (In Press Editions, octobre 2022) et « Sport et troubles alimentaires » (L’Harmattan, janvier 2021, avec Ivan Raca et Marine Noret).

Dr Gérald Kierzek, médecin urgentiste anesthésiste-réanimateur à l’Hôpital Hôtel-Dieu (AP-HP) depuis plus de vingt ans. Directeur médical du site leader « Doctissimo » depuis septembre 2020. Chroniqueur et éditorialiste médical sur « Télématin » et « Bel & Bona » (France 2) depuis août 2022.

À Lire  La puissance de l'orgonite pyramide pour purifier votre environnement