Communiqués de presse Le portage salarial, idéal pour les professions libérales

Rédactrice passionnée, Sara vous présente les nouveaux faits d'actualité 

Plus d’un million de travailleurs sont indépendants en France. Quel statut choisir avant de se lancer ? Entreprise individuelle, EURL, SARL ou portage salarial ? Le point sur les avantages du portage en matière de fiscalité et de droits sociaux.

Pendant de nombreuses années, les professions libérales ont été associées aux professions réglementées par la loi : médecin, architecte ou avocat. Les choses ont changé. Aujourd’hui, plus d’un million d’indépendants travaillent dans le secteur des prestations intellectuelles et des métiers du savoir. Plusieurs statuts peuvent être choisis pour exercer en tant que profession libérale, dont le portage salarial, qui résout de nombreux problèmes pour les futurs entrepreneurs. Le point sur ses avantages.

Définition de la profession libérale

Selon la Chambre nationale des professions libérales, la profession libérale désigne « toute profession exercée sur la base de qualifications appropriées, à titre personnel, sous sa responsabilité personnelle et de manière professionnellement indépendante, en offrant des prestations intellectuelles et conceptuelles dans l’intérêt de le client et le public (source, considérant n° 43 de la directive sur la reconnaissance des qualifications professionnelles n° 2005/36/CE). » En résumé, tout prestataire de services peut exercer une profession libérale.

Un indépendant exerçant une profession libérale non réglementée (consultant, enseignant, créatif, traducteur, etc.) peut choisir différents statuts : soit l’entrepreneur individuel, soit la société. Dans ce dernier cas, plusieurs options sont possibles, comme la Société Civile de Moyens (SCM), qui permet de partager les frais avec une autre indépendante, EURL ou SARL.

Dans la plupart de ces cas, l’obligation d’investir pour ouvrir l’entreprise, les contraintes comptables et fiscales, les cotisations sociales élevées pour bénéficier d’une bonne couverture santé et retraite compliquent le parcours du futur libéral.

Parmi les écueils, notons la fiscalité des professions libérales. La grande majorité d’entre eux dépendent du régime fiscal des bénéfices non commerciaux (BNC). Cependant, les règles sont complexes. Imaginons un consultant en informatique qui, en plus de ses prestations de conseil, fournit des logiciels à son client. Ensuite, cette vente est soumise à des bénéfices commerciaux. Il existe de nombreux cas particuliers. Mieux vaut se renseigner au risque d’obtenir un redressement fiscal.

À Lire  Dégât des eaux : qui se charge de rechercher une fuite ? | L'immobilier par SeLoger

Le portage salarial, un statut fait pour les professions libérales non réglementées !

Le transport salarié connaît une croissance annuelle de 20 %. Elle est aujourd’hui saluée par 100 000 indépendants en France.

Ce statut hybride est parfaitement adapté aux professions libérales. Il permet aux freelances d’exercer leur activité de conseil en toute autonomie. Comme pour les autres statuts, les indépendants sont libres de fixer leurs tarifs, de gérer leur clientèle et de programmer leurs tâches comme ils le souhaitent.

Le principe du portage salarial [site du guide du portage salarial] est simple. Un candidat indépendant, selon ses critères, choisit une société de portage qui l’accueillera à un taux de gestion d’environ 5 à 10% en moyenne. Au lieu de créer sa propre structure, l’indépendant bénéficie de toute l’expertise des spécialistes RH, fiscaux, comptables et sociaux de sa société faîtière, qui prennent en charge tous les aspects administratifs et fiscaux de son activité. .

Le libéral du transport salarié bénéficie également de tous les avantages sociaux du salarié traditionnel.

Il est payé mensuellement en fonction du chiffre d’affaires de ses missions et perçoit une rémunération salariale au même titre que les salariés.

Pas de frais d’installation dans le transport de la paie !

Le libéral du transport salarié n’a pas d’investissement pour financer son statut. Exit, les 37 500 euros nécessaires pour ouvrir une SARL, financer un comptable ou encore un centre de gestion agréé ou une assurance responsabilité civile professionnelle. Dès que le chef de projet a une mission, son statut de portée est activé dans les 48 heures à MISSIONS-CADRES et aucun frais d’entrée ou de sortie ne lui est imposé.

Les frais professionnels et les frais de mission sont pris en charge.

Une trésorerie parfaitement maîtrisée en portage salarial

L’indépendant soutenu n’a pas besoin de prévoir ses dépenses fiscales futures. Ils sont automatiquement déduits de sa rémunération lorsque la mission est accomplie. Contrairement aux limitations fiscales d’une entreprise, si le transporteur n’effectue pas de mission pendant un certain temps, il n’est pas assujetti à l’impôt.

À Lire  BTC Markets devient le premier échange cryptographique australien à obtenir une licence de services financiers

Un autre avantage est la gestion de la facturation. Dans le cas du portage salarial, c’est l’entreprise qui facture le client de l’indépendant puis verse ce net après déduction des cotisations sociales, de la charge patronale et du taux de gestion. MISSIONS-CADRES fait partie des sociétés de transport qui pratiquent le paiement anticipé sous certaines conditions (société cliente établie en France, etc.). Ce précieux service offre une visibilité financière mensuelle aux indépendants qui n’ont pas à attendre le paiement du client pour être indemnisés.

Les mêmes droits sociaux que les salariés : une vraie sécurité

La sécurité est le premier critère qui pousse les libéraux à choisir le transport payant. Un consultant usé contribue en tant qu’employé. Il est donc protégé de la même manière en cas d’accident, de maladie, de maternité ou de paternité. Elle est constituée au même titre que les salariés, une retraite et une retraite complémentaire. De plus, le portage salarial ouvre des droits à des indemnités de retour à l’emploi.

Chez MISSIONS-CADRES, un fonds de prévoyance est constitué pour les salariés aidés ainsi que les dépenses complémentaires de santé.

Les travailleurs indépendants ont également une responsabilité commerciale et le droit à l’éducation.

Est-il possible de changer de statut ?

La profession n’étant pas réglementée, un indépendant peut parfaitement changer de statut et choisir le portage salarial. Portage leur permet de se concentrer sur leur cœur de métier sans avoir à subir le stress de la gestion administrative et comptable de leur activité et surtout ses mauvaises surprises et dangers.

Vous voulez en savoir plus sur les bienfaits du portage ? Contactez gratuitement l’un de nos conseillers spécialisés au 01 79 72 70 90.