Compagnie. Citations d’entrepreneurs : « Je n’aurais pas commencé seul, car j’avais besoin de…

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Offrir aux propriétaires la possibilité de développer leur patrimoine immobilier avec une approche responsable afin qu’ils puissent louer leurs biens à des locataires solvables avec peu de garanties, c’est l’ambition de Gestia Solidaire, la start-up fondée par Anne-Sophie Thomas et son frère Immanuel . « Ce projet est né dans mon parcours professionnel et personnel avec la volonté de proposer une offre alternative et porteuse de sens dans le domaine de la location immobilière », précise Anne-Sophie Thomas.

Gestia Solidaire accompagne les propriétaires dans la gestion de leurs biens en leur proposant un service clé en main alliant conseils juridiques et fiscaux, gestion locative, ainsi que des garanties contre les loyers impayés et les dégradations. « Nous offrons aux propriétaires la possibilité de louer un bien en fixant un loyer plus avantageux avec la garantie d’utiliser gratuitement les garanties et les déductions fiscales. L’objectif est d’optimiser et de sécuriser la location pendant la campagne de solidarité », résume le responsable.

Les biens dans les grandes villes sont loués à des locataires qui ont du mal à se loger car ils ont peu de garanties, comme les salariés sans CDI, les familles monoparentales à faibles revenus, les étudiants sans conjoint, etc. Gestia Solidaire construit des logements intermédiaires en collaboration avec des promoteurs privés.

Un accompagnement étape par étape

L’entreprise solidaire a largement bénéficié de l’aide de Bpifrance pour voir le jour, comme l’explique Anne-Sophie Thomas. « Je ne commencerais pas tout seul parce que j’avais besoin d’une escorte. J’ai eu la chance de bénéficier du dispositif La French Tech Tremplin qui m’a permis de toucher 62 000 € d’aide pour démarrer ma structure et suivre un programme de formation pendant un an et demi. A voir aussi : Hausse des taux : la BCE place 31 banques sous surveillance renforcée. Notamment dans l’incubateur LesPremières Auvergne-Rhône-Alpes (AURA). Grâce au « mentoring », j’ai approfondi mes connaissances en levée de fonds, gestion… et profité du premier réseau AURA. »

À Lire  Chute des marchés financiers : vendre avant capitulation ou acheter à des prix attractifs ? Les trucs merdiques de la Bourse sont sur le Web... - Guide de l'épargne

Basé à Lyon et soutenu par Bpifrance, cet incubateur accompagne des équipes féminines et mixtes pour créer des entreprises innovantes à fort potentiel. « Nous accompagnons entre 80 et 100 projets par an sur l’ensemble du territoire avec pour objectif d’inciter les femmes à l’ambition et à l’innovation dans des secteurs où elles sont peu présentes », explique Marie Trouhet, PDG de First AURAs. Avec un accompagnement personnalisé, ainsi que différents ateliers thématiques couvrant tous les domaines de la création d’entreprise et du développement personnel, nous les accompagnons tout au long du processus. Et soutenez-les fortement pour lever les freins qui peuvent gêner leur voyage. »

Avec ce soutien, Gestia Solidaire a un avenir prometteur : la start-up s’apprête à lever 1,2 million d’euros auprès d’investisseurs privés pour financer son développement. En cinq ans, il souhaite ouvrir 7 agences en France et aux Antilles (Martinique et Guadeloupe) pour un portefeuille de 16 000 biens sous gestion.

Plusieurs grandes banques arrêtent de prendre des dossiers de crédit émis par des courtiers
Sur le même sujet :
Les marges des banques sont devenues trop étroites entre la hausse des…