Côte d’or. Etude réalisée au CHU de Dijon : il y aurait un lien entre Covid et sécheresse oculaire

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Un programme de recherche mené au sein du service d’ophtalmologie du CHU Dijon-Bourgogne sur les liens entre sécheresse oculaire et Covid-19 a reçu la bourse Unadev de la Société française d’ophtalmologie.

&#xD ;

Par –

65 000 patients

&#xD ;

24 octobre 2022 à 16h30 Voir l’article : Voyage Covid : pass santé, Royaume-Uni, Italie, Maroc.

A voir aussi :
Grâce à l’ère numérique et à la technologie, les psychologues peuvent désormais…

L’achat de larmes artificielles observé de près

&#xD ;

| mis à jour le 24 octobre 2022 16:35

Voir l’article :
La pâte reste synonyme de plaisir et parfois même de confort en…

Résultats en fin d’année

– Temps de lecture :

&#xD ;

Le syndrome de l’œil sec affecte-t-il la survenue d’une infection au Covid-19 ? C’est la question que se pose Caroline Conese, stagiaire en ophtalmologie au CHU Dijon-Burgogne depuis quatre ans, qui complète sa formation par un master en santé publique.

« Les personnes ayant les yeux secs ont tendance à abuser de leur masque, à se toucher les yeux plus souvent », explique la jeune chercheuse. « Nous avons donc l’intuition que la sécheresse oculaire rend ces personnes plus sensibles à l’épidémie de Covid. »

Pour étayer scientifiquement cette intuition, alors qu’il n’existe à ce jour aucune littérature sur le sujet, l’étude menée au CHU Dijon-Burgogne porte sur environ 65 000 patients sélectionnés dans la base de données institutionnelle de l’assurance maladie.

À Lire  SANTÉ : Conseils pour guérir… les tiques

Ces personnes souffrant de sécheresse oculaire sont identifiées par leur achat répété de larmes artificielles. Le taux de survenue d’une infection au Covid-19 nécessitant une hospitalisation dans cette population est ensuite comparé à celui observé chez 65 000 à 130 000 autres Français qui ne consomment pas de larmes.

L’intérêt que représente ce programme de recherche promu par le CHU est reconnu au plus haut niveau puisque la Société Française d’Ophtalmologie (en collaboration avec l’Unadev, Union Nationale des Aveugles et Malvoyants) a accordé à Caroline Conese une bourse de 5 000 € de frais de recherche.

Hiver et Santé : conseils, virus, alimentation, traitement
Sur le même sujet :
L’hiver commence le 21 décembre 2022 et se termine le 20 mars…

Le service ophtalmologie du CHU, c’est :

Cette étude épidémiologique et statistique, qui s’achèvera fin 2022 ou début 2023, est réalisée par Caroline Conese avec l’appui d’un informaticien de la Direction de l’Information Médicale (DIM), Éric Benzenine, et sous la supervision du professeur Catherine Creuzot-Garcher, responsable du service d’ophtalmologie (lire par ailleurs), du professeur Catherine Quantin, responsable du service DIM, ainsi que des docteurs Anne-Sophie Mariet et Florian Baudin.

Double distinction pour le professeur Creuzot-Garcher

Chef du service d’ophtalmologie du CHU Dijon Bourgogne, le professeur Catherine Creuzot-Garcher a reçu le Giesbert Richard Lecture Award lors du congrès européen Euretine qui s’est déroulé à Hambourg du 1er au 4 septembre.

Cette lecture prestigieuse récompense le travail d’un chercheur et de son équipe dans le domaine de la chirurgie. Le professeur de Dijon a présenté les résultats des recherches menées par le service d’ophtalmologie du CHU sur la chirurgie maculaire, sur les patients opérés dans le service et en collaboration avec l’informatique médicale du CHU, sur les données de l’assurance maladie. Ce travail confirme la position d’excellence du sujet de la rétine en France et l’intérêt du travail collaboratif.

À Lire  Possibilité de prise en charge : Gestion des urgences dentaires les dimanches et jours fériés : lancement d'un prélèvement dans la Drôme, l'Isère, la Loire et le Rhône

Catherine Creuzot-Garcher a également reçu, lors du congrès de la Société française d’ophtalmologie (SFO) qui s’est déroulé du 7 au 9 mai à Paris, la médaille Paul-Chibret 2022, des mains du président de la SFO, le professeur Claude Speeg-Chatz. Ce prix récompense l’investissement international de la médecin dijonnaise au cours de sa carrière.

« Cette médaille est une reconnaissance pour moi, mais surtout pour l’engagement de toute l’équipe d’ophtalmologie du CHU Dijon Bourgogne au fil des années », souligne Catherine Creuzot-Garcher. « C’est l’ensemble du département qui a contribué à mon engagement dans la recherche et l’enseignement en ophtalmologie en menant des recherches internationalement reconnues. »

Canicule 2022 : De retour la semaine prochaine ?
Voir l’article :
CHALEUR EN FRANCE EN 2022 À l’été 2022, la France a connu…