Coupés-cabriolets d’occasion : de 5 000 à 20 000 €, notre sélection

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Au début des années 2000, une nouvelle mode automobile s’impose aux constructeurs, celle du coupé-cabriolet. Il s’agit alors de proposer un toit rigide escamotable à la place de la capote. Un procédé déjà observé en 1931 dans la Peugeot Eclipse, mais qui devra attendre 1996 pour qu’il réapparaisse, dans la Mercedes SLK. Quelques années plus tard, c’est Peugeot qui la démocratise en 2001 avec la 206 CC.

La promesse est simple : profiter des avantages du cabriolet sans les inconvénients. Confort acoustique préservé, risque de vandalisme réduit, polyvalence et le parfait compromis sont de rigueur. Voilà pour la théorie, puisque dans la pratique, les choses ne sont pas toujours aussi évidentes.

S’il s’agit d’un critère purement subjectif, il faut avouer que la plupart des « CC » n’ont pas un physique facile, surtout vu de dos de ¾. La Renault Mégane, la Peugeot 308 ou la Nissan Micra C+C (que beaucoup ont oubliées), ne brillent pas par leur finesse esthétique. A noter également que ces versions pèsent entre 100 et 200 kg de plus que les berlines dont elles dérivent. Les mécaniques moins puissantes ont tendance à être un peu amorties.

Un mécanisme à vérifier

Avant de viser une occasion, une attention particulière doit être portée au plafond et au mécanisme. Ensuite il faut vérifier toutes les articulations facilement accessibles, leur bonne fixation ainsi que leur élasticité. Toute la manœuvre d’ouverture et de fermeture doit être scrupuleusement observée. Aucun bruit suspect ou lenteur excessive ne doit perturber le bon fonctionnement du système. Sur le même sujet : PHOTOS – Voici la nouvelle BMW M3 Touring, les shooting brakes sont de retour !. Il faut environ vingt secondes pour se déplier ou se replier complètement. Lors du test, il faut faire attention aux éventuels bruits d’air un peu trop présents et il est indispensable de faire un test d’étanchéité. Un jet d’eau à haute pression est idéal même si vous n’avez pas à solliciter les raccords en vous rapprochant trop du pistolet.

Plus lourd, ce qui demande beaucoup d’attention au niveau du toit, alors pourquoi sauter le pas et s’offrir un coupé-cabriolet ? Premièrement, parce que la polyvalence et le confort de ce type de voiture sont réels et, deuxièmement, parce qu’il s’agit d’une espèce en voie de disparition. La plupart des modèles de notre sélection n’existent plus et pourraient ne jamais revenir. En effet, le coût de développement et d’industrialisation de ce système n’est plus compatible avec la situation actuelle et la volonté de rationalisation des constructeurs. Voici votre chance de vous faire un futur collectionneur. Et vous savez que c’est le bon moment. Bien que moins sensibles à la saisonnalité du fait de leur toit en dur, les CC restent (légèrement) moins chères en hiver…

Voir l’article :
BMW dévoilera la toute nouvelle CSL basée sur la M4 au Concours…

LES PETITS COUPÉS/CABRIOLETS

C’est elle qui a démocratisé le concept et son look un peu désuet lui donne un certain charme. Disponibles en diesel et en essence, ces derniers sont moins bruyants, moins vibrants même si leur agrément n’est pas leur principal atout. En revanche, les blocs 1.6 16v 110ch et 2.0 16v 138ch font parfaitement l’affaire. Même en version CC, le châssis de la 206 est un régal et la direction est précise. Il est important de noter que cette voiture est homologuée pour quatre personnes. Évidemment, les places arrière sont totalement inhospitalières, mais elles peuvent dépanner, en toute légalité. Enfin, la 206 CC s’est très bien vendue, les exemplaires d’occasion sont assez faciles à trouver.

A quel prix ?Une Peugeot 206 CC démarre aux alentours de 3 500 €, mais un budget de 5 000 € vous donne accès à des modèles d’une dizaine d’années avec un peu plus de 100 000 km en bon état et parfois avec de belles finitions comme les griffes Roland Les spécimens les plus chers n’atteignent pas les 7 000 €.

Nouvelle génération, mais recette inchangée pour Peugeot. Le toit escamotable s’intègre mieux à la gamme, les motorisations essence gagnent en muscle (THP de 150 ch), les équipements se modernisent… Bref, la CC gagne en maturité, mais elle gagne aussi en poids, ce qui a un impact en agilité . , performance et consommation. Du fait de ses petites dimensions, la 207 CC ne fait pas de miracles au niveau du coffre et des places arrière, qui font tout de même office de sièges supplémentaires. Une voiture qui s’apprécie vraiment à deux, et sans trop de bagages. Cette 207 s’est bien vendue en diesel et ses propriétaires n’ont pas hésité à la conduire.

A quel prix ?… L’offre de départ est équivalente à celle de la 206. Mais avec 3 500 € en poche, les modèles dépassent les 200 000 km. Avec un budget de 5 000 €, il est possible de s’offrir une version 120 ch Sport VTi de 2008 avec environ 130 000 km. Une mise de 8 500 € permettra d’acheter un modèle ayant parcouru moins de 100 000 km.

À Lire  Croissance du marché des produits d'entretien automobile, dernière analyse des tendances et prévisions 2022-2030 - Androidfun.fr

La plupart d’entre vous ont probablement oublié. Et pour cause, avec deux ans de commercialisation et moins de 15 000 exemplaires vendus, il a peu marqué son époque. La Wind est donc idéale pour un ride « différent ». Strictement biplace, cette Renault propose un volume de coffre assez correct (270 litres), mais majoritairement inchangé. En effet, le toit monobloc ne mord pas dans le coffre. Basée sur le châssis Twingo II, cette Wind est agréable à conduire et bénéficie de motorisations brillantes (100ch TCe et 133ch 1.6 16V). Par contre, la finition n’est pas son point fort.

L’oiseau est assez rare sur le marché, mais un chèque de 7 000 € permet de repartir avec un modèle 2011 ayant parcouru environ 110 000 km. Les exemplaires les plus chers sont proposés aux alentours de 10 000 €.

Voir l’article :
Il est important de bien choisir son assurance auto car c’est un…

LES COUPES/CABRIOLETS 4 PLACES

Par rapport à sa petite sœur 207, la 308 accueille plus décemment ses passagers arrière. Enfin, sachez que le dégagement pour les jambes et la tête (dans le coupé) est limité. Idem pour le coffre, sauf quand le toit est en place. Pour le reste, cette 308 maîtrise bien ses vibrations, est confortable en suspension et l’absence de turbulences en cabriolet est appréciable. Le petit avantage, le chauffage de la nuque (Airwave) qui permet de chevaucher les cheveux au vent même si les températures sont basses. Il faut cependant préciser que son poids important limite ses performances, notamment en essence.

A quel prix ?Une somme de 8 500 € donne accès à une version 120 CV Sport VTi de 2011 avec 110 000 km au compteur. Cependant, les diesels sont beaucoup plus courants et ont été davantage conduits. Ne pas dépasser ce kilométrage avec un HDi nécessite de dépenser 10 000 $ ou plus.

Renault Mégane III CC (2010-2016)

La concurrente directe de la 308 ne joue pas exactement le même registre. Il préfère miser sur le confort, tant pour la douceur de ses commandes que pour la douceur des suspensions. Les balades tranquilles sont plutôt pour elle, d’autant plus que son poids limite la santé de ses moteurs. N’hésitez donc pas à augmenter la puissance pour tirer le meilleur parti de cette Mégane. « Capote » en place, les passagers pourront profiter d’un toit vitré panoramique qui apporte une luminosité appréciable, mais se plaindront du manque de place à l’arrière.

A quel prix Un budget de 7 000 € est le minimum pour accéder à une Mégane CC. Mais ce sera une version diesel dCi de 110 ch avec plus de 150 000 km au compteur. Pour 3 000 € de plus, un modèle plus récent (2012) avec un moteur 130cv plus conséquent est tout à fait envisageable. De plus, ils font environ 100 000 km.

BMW Série 3 Cabriolet (2005-2013)

Avec cette génération de la Série 3, BMW adopte pour la première fois le principe du coupé-cabriolet, bien que le coupé soit toujours proposé. Le résultat est pour le moins convaincant, tant la ligne est fluide et équilibrée, sans ¾ arrière massif. De plus, le pare-brise plutôt court et vertical donne l’impression d’être dans un vrai cabriolet. Un bon point pour le conducteur qui profite d’un châssis parfaitement réglé et de la grande souplesse des moteurs six cylindres (essence et diesel). Les longs trajets ne sont donc que des formalités, sauf pour les passagers arrière qui se sentiront un peu à l’étroit.

Combien ça coûte ?Le droit d’entrée est de 11 500 €. Mais mieux vaut approcher les 17 000 € pour vous proposer une version peu kilométrée (environ 100 000 km) et mieux équipée (finition luxe). Le choix des motorisations est riche, que ce soit essence ou diesel, mais autant s’orienter vers un moteur six cylindres. Un 325i de 218 ch pourrait être un bon compromis.

BMW Série 4 Cabriolet (2013-2020)

La Série 3 Cabriolet devient la Série 4, le nom change, mais l’esprit reste. Eh bien, presque depuis que certaines mécaniques à six cylindres ont été remplacées par des blocs turbo à quatre cylindres. Cependant, le plaisir de conduite est toujours au rendez-vous et le comportement routier est difficile à reprocher. Silencieuse, plutôt confortable, bien finie et stylée, difficile de lui reprocher. Oui, les places arrière et le coffre sont limités, comme tous les coupés-cabriolets.

À quel prix? Par rapport à la série 3, la série 4 nécessite un portefeuille plus grand. Il faut réunir au moins 25 000 € pour accéder à une puissante version 420d de 184 ch avec 100 000 km au compteur. Plus rares, les versions essence sont aussi plus chères, à partir de 28 000 €.

Vous voulez conduire une voiture premium, mais pas une BMW ? Alors la Volvo est faite pour vous. Ligne élégante, même si l’arrière est un peu haut, présentation et finition soignées, cette C70 flatte l’oeil. Une autre direction est également prise en charge grâce aux moteurs cinq cylindres. Mélodiques, elles sont souples et agréables à conduire, pour ne pas dire rageuses. Quoi qu’il en soit, cette voiture est mieux appréciée à un rythme lent et à quatre car les sièges arrière sont adaptés aux adultes. En revanche, le coffre se rétrécit une fois le toit replié.

À Lire  BMW recommande de garder votre voiture plutôt que d'acheter du neuf ou de l'occasion

À quel prix? Pour se payer ce scandinave il faut un budget de 10 000 €. Il n’est pas forcément utile de dépenser plus puisque la plupart ont le compteur déjà bien garni, au dessus de 100 000 km. Les moteurs à essence sont évidemment plus désirables, mais ils se font rares…

En plus d’être le coupé-cabriolet le plus élégant du marché, ou presque, l’Eos est le seul à proposer la fonction toit ouvrant. C’est-à-dire que lorsque le toit est fermé, le toit peut coulisser. La Volkswagen répond ainsi à tous les souhaits. De plus, sa présentation est affûtée, son adhérence à la route est solide et l’espace à l’arrière est plutôt bon, grâce notamment à des sièges bien dessinés. Côté motorisation, le TSI 200 ch est particulièrement sympa et bien adapté, mais c’est le 2.0 TDI 140 ch qui domine les annonces.

À quel prix? Une Eos à 6 000 € est possible, mais pas vraiment recommandée. Il vaut mieux avoir un budget de 10 000 €, même si à ce prix les modèles peuvent dépasser les 100 000 km. Cependant, les exemplaires sont assez nombreux, un argument pour mieux négocier.

Lire aussi :
Les professionnels de la conduite font pression sur le gouvernement pour permettre…

LES ROADSTERS

Pour sa troisième génération de Mx-5, le constructeur japonais a eu la bonne idée de proposer un hard top. Un choix judicieux car l’augmentation de poids est limitée (37 kg), l’esthétique est préservée et le mécanisme n’affecte pas le coffre. Ainsi, le conducteur bénéficie toujours d’un roadster agréable avec une conduite ludique. Contrôle de la boîte de vitesses, de la direction, de l’équilibre du châssis, tout est fait pour procurer du plaisir, un vrai bonheur. Côté moteur, le 2.0 de 160 ch offre plus de tonus, mais le petit 1.8 reste cohérent avec la philosophie ‘ride’ de la voiture.

À quel prix? Pour un budget de 11 000 €, vous pouvez prétendre à une version 1.8 bien équipée, avec un kilométrage d’environ 120 000 km. Il est possible de trouver des modèles avec des odomètres à cinq chiffres, mais cette voiture n’a pas peur du kilométrage élevé.

Avec sa calandre inspirée de la Formule 1 et ses lignes épurées, cette SLK a tout pour séduire. L’intérieur est propre et bien équipé si le premier propriétaire a coché de nombreuses cases sur la liste des options, comme le chauffage du cou. Confortable bien qu’elle bénéficie d’une bonne tenue de route, la SLK profite de moteurs globalement sains, notamment les versions 280 et 350 V6, mais peu courantes. En revanche, ils profitent tous d’un volume de coffre quasiment identique quelle que soit la position du toit. Seul l’accès est compliqué lorsqu’il est replié.

A quel prix ?13 000 € à rouler dans un roadster, ça parait plutôt raisonnable. Les prix démarrent même à partir de 3 000 € en dessous, mais cela permet de bénéficier d’un modèle qui a parfois parcouru moins de 100 000 km et surtout dispose d’options comme la sellerie cuir par exemple.

Pareil et mieux, voilà comment se résume ce SLK de troisième génération. Leurs motorisations sont plus performantes, leurs équipements plus riches et plus technologiques (aides à la conduite, toit vitré en option, etc.). Son caractère devient également plus sportif, notamment au niveau du comportement routier, plus rigoureux. Les moteurs V6 sont préférés, mais ils sont aussi les plus chers. Mercedes a encore osé installer la mécanique diesel…

A quel prix ?La mise initiale ne dépasse pas 20 000 €. Seulement, c’est souvent le petit moteur 200K 184cv, au kilométrage correct (80 000km) mais l’offre d’équipement peut être resserrée.

Pour cette deuxième génération de Z4, la firme allemande privilégie le toit rigide. Le résultat est costaud car l’arrière reste équilibré et surtout conserve ses proportions avec son long capot et son habitacle le plus reculé possible. Cette Z4 joue la carte de la sportivité, mais utilise des moteurs quatre cylindres turbo. Les performances sont là, le son un peu moins. Les blocs six cylindres sont toujours de la partie, mais leur prix est bien plus élevé…

A quel prix ?Comme la SLK II, cette Z4 débute à 20 000 €, mais a passé la barre des 100 000 km. Une version Luxe sDrive23i de 204 ch est disponible, ce qui est un bon début. Pour 5 000 € supplémentaires, vous pouvez bénéficier d’un modèle plus récent (2013 au lieu de 2009) et d’un kilométrage plus raisonnable d’environ 70 000 km.

Sur le même sujet :
Alors que le marché automobile en France remonte doucement la pente fin…